Site collaboratif d’infos alternatives

1 enfant sur 4 vit dans la misère aux Etats-Unis

it’s call american dream because you have to be asleep to believe it . G.Carlin

Miracle du capitalisme, les maitres du monde, chantres du libéralisme débridé, rentrent dans les charts selects de la grande misère, médaille d’argent pas loin derrière la Roumanie.
taux d"enfants pauvres dans les pays développés

Ils s’étaient déjà illustrés suite à la crise capitaliste par un accroissement spectaculaire de gosses vivants dans la rue , 1.6 millions, une progression record de 45 % depuis 2010, mais aussi 46 millions d’américains survivent grâce à des bons alimentaire soit une augmentation notoire de 74 % depuis 2007.
Le gendarme du monde n’est plus capable d’assurer le gite et le couvert sur son sol.

N’en déplaise aux thuriféraires serviles du système capitaliste, l’alimentation, le logement deviennent un problème croissant dans les pays considérés encore pour combien de temps comme les plus riches.

Le confort qui vous entoure n’est pas le résultat d’un heureux hasard, ni une gracieuseté de l’intervention de l’État. Notre mode de vie, c’est à l’économie de marché que nous le devons.

S’il est vrai que l’accès à l’alimentation est encore problématique pour une partie de l’humanité et que nous devons nous en soucier, n’oublions pas pour autant que des milliards de personnes jouissent à présent d’un niveau de vie inimaginable il y a à peine deux siècles.

“le capitalisme moteur du progrès par Nathalie Elgrably dans contrepoint”

C’est vrai, on s’en était pas rendu compte, la chance inimaginable de ces gosses de vivre au pays DE la liberté d’entreprise, et ils ne remercieront sans doute jamais assez l’économie de marché de veiller sur leur bien-être.

Diane Tran, 17 ans peut témoigner de l’attention particulière que l’état américain, fidèle serviteur du grand capital, toujours prêt à brimer une population aux abois, lui a réservé : une nuit de taule pour absentéisme scolaire.
La gamine cumule 2 tafs en plus de sa scolarité pour nourrir ses frères et sœurs, les parents ayant fuit le domicile familial. Pas de médaille pour cette étudiante méritante, mais la geôle, seul crime reproché à Diane, la pauvreté, ne pouvant jouir de parents riches pour subvenir à ses besoins et payer sa scolarité, l’état l’a immédiatement sanctionné. Cette histoire pathétique a eut le mérite de mettre en lumière le sort réservé aux adolescents aux USA, combien de Diane Tran, au parcours moins méritant au regard des médias mainstream et pour des motifs aussi absurdes, croupissent dans les geôles démocratiques américaines dans l’indifférence générale.

Ces pseudos phares de l’émancipation des peuples opprimés par la nuit noire de la dictature tracent un chemin vers la démocratie à coup de bombes et autres drones aux populations avides de liberté, se prennent un sérieux coup dans l’aile, rappelés brutalement par la réalité. L’american dream vire au cauchemar.
Le capitalisme cannibale ne se contente plus d’affamer les populations du tier monde n’ayant plus grand chose à tirer de leur corps décharnés et s’attaque aux siens, au nord de l’hémisphère juste retour de bâton, face à l’apathie du charnier précédent, diront certains mal embouchés.
Et les dégâts commencent a se voir.
Ce désastre n’est certes pas un scoop, les États-Unis, apôtres du capitalisme , terre du libéralisme le plus sauvage, ne peuvent qu’engendrer ce genre d’inégalités toujours plus croissantes . SHOW must go on, les states ont une réputation a maintenir au prix de quelques dommages collatéraux, hélas pour eux (les collatéraux, pas les capitalistes pour eux tout va bien pas de soucis)

Le réveil de la population américaine risque d’être brutal , celle-ci abrutie par des heures de téloche, inconscientes de l’inégalité et l’appauvrissement croissants aux USA.
Quelques américains à la perception déformée par l’abus du lit de clous sans nul doute déclarent béatement vivre dans une contrée imaginaire, ou l’abondance et le partage des richesses règnent Freedonia (pour le coup l’étude s’est un peu plantée sur le caractère égalitaire de Freedonia, c’est quand même un royaume avec le clown couronné qui va avec, un beau concept libertarien de droite), alors que le partage des richesses aux states n’a rien à envier à des pays "en voie de développement" comme l’inde ( ou la pauvreté s’octroie dès la naissance, pour la caste des intouchables par exemple).
répartition des richesses par pays {JPEG}

Mais imposer sa vision du monde et protéger sa population terrifiée ( et l’a maintenir dans cet état) de l’axe du mal est un choix politique et a un coût. Le budget militaire américain s’ est envolé depuis l’ère Bush et l’attentat des tours jumelles. Les gouvernements successifs ne lésinent pas sur la dépense : 1.5 billions ( 1 billion = 1000 milliards) de dollars pour le budget de la défense en 2012.
dépenses militaires par pays {JPEG}

1 tiers des recettes fiscales sont consacrés à la guerre et au budget sécuritaire, le gouvernement dépense plus pour protéger la population d’une hypothétique attaque terroriste que du coup du sort malheureux que la vie lui inflige.
Depuis le 9/11,238 citoyens américains sont morts dans des attentats terroristes, soit 24 par an et pour la grande majorité loin du sol américain, en Afghanistan ou en Irak.
Sur 25719 décès liés au terrorisme dans le monde, les américains ne représentent que 0.124%.
Un pourcentage loin d’être anodin et qui justifie à lui seul, la dépense militaire américaine.
Et bien sur, cette surenchère hallucinante et ostentatoire du budget militaire , se fait au détriment des budgets mineurs qui subissent des coupes drastiques : l’éducation, la culture, la santé . Mais face la menace terroriste hypothétique qui obsèdent les américains, l’état ne mégote pas.

Selon la CPSC [1], un américain moyen est plus susceptible de se faire défoncer le crâne suite à la chute d’ un téléviseur que d’être tuer par un terroriste. Entre 2000 et 2010, 293 américains sont morts chez eux parce qu’une télé, un meuble leur est tombé dessus. 55 morts de plus que le terrorisme sur la même période. Les téléviseurs tuent plus que le terrorisme mais malgré cela ne bénéficient pas d’un budget gouvernemental équivalent pour protéger la population du danger potentiel que cet objet représente (éteint ou allumé) .
On constate environ 40 décès chaque année suite à une réaction allergique aux piqûres d’abeilles, de guêpes ou encore de frelons. Les insectes tuent chaque année plus de bons citoyens américains que les terroristes et ne sont guère inquiétés par les agents retors de la CIA.
Le gouvernement préfère, alimenter la peur irrationnelle d’une horde de barbus, bardés de bombes envahissant le sol américain, que celle d’un crâne réduit en bouilli suite à la chute malencontreuse d’une télé, on se demande bien pourquoi. On a les services publics qu’on mérite, Al-Qaïda versus téléviseur.

Mais malgré tout, la plus grande menace qui pèse sur le peuple américain c’est lui-même. Selon le dernier rapport de l’OMS [2] les maladies non transmissibles comme le cancer, les troubles pulmonaires, le diabète et les maladies cardiaques sont responsable de 87 % de la mortalité chez les américains, comparativement 64 % dans le reste du monde. Ces maladies sont principalement causés par le tabagisme, une mauvaise hygiène alimentaire, le manque d’activité physique, et l’abus d’alcool, (bref la vie ) ce qui signifie que les Américains se tuent à un rythme beaucoup plus soutenu qu’aucune organisation terroriste ne pourrait jamais l’espérer.
Malgré cela, le long et tortueux débat sur l’assurance maladie universelle, promis par Obama n’a guère avancé.

Ce dernier , immédiatement labellisé prix Nobel de la paix à son investiture, a achevé le taf de Bush et remplacé son fameux patriot act devenu obsolète. Impulsé par son administration, le NDAA [3] permet l’arrestation et l’embastillement et le meurtre de tout citoyen américain soupçonné de relation avec le terrorisme [4] sans autre forme de procès où qu’il se trouve dans le monde, .
Il étend ainsi les lois d’exceptions de la non moins célèbre prison Guantánamo sur le sol et contre la population américaine en quelque sorte en lieu et place de la fermer.
On voit clairement que le bien être du peuple américain n’est guère la priorité bien au contraire de la plus grande démocratie libérale.

P.-S.

N.

Notes

[1Consumer Product Safety Commission

[2Organisation Mondiale de la Santé

[3National Defense Authorization Act

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.Info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info