Site collaboratif d’infos alternatives

À Calais, La nuit, les CRS se vengent à coup de gaz lacrymogènes sur la "jungle"

Un feu d’artifice de gaz lacrymogènes. Depuis lundi 4 janvier 2016, la « jungle » de Calais a été arrosée de grenades par les CRS plusieurs nuits de suite.
Un film de sept minutes mis en ligne par le groupe No Border « Calais Migrant Solidarity » montre les gazs lacrymogènes, les tentatives de défense, les cabanes du bidonville, plongées dans un nuage de gaz, dans la lumière blafarde des lampadaires de la rocade.

Source : Publié le 7 janvier 2016 dans la presse mainstream française :
http://www.liberation.fr/france/2016/01/07/la-nuit-a-calais-les-crs-arrosent-la-jungle-de-lacrymogenes_1424987

Un feu d’artifice de gaz lacrymogènes. Depuis lundi, la « jungle » de Calais a été arrosée de grenades par les CRS plusieurs nuits de suite.
Un film de sept minutes mis en ligne par le groupe No Border « Calais Migrant Solidarity » témoigne de l’horreur que fait subir les forces de l’ordre aux migrant-e-s : https://www.youtube.com/watch?v=OQCP_inka-Q

Certains migrants, parfois très jeunes, retournent les grenades à l’envoyeur ou jettent des pierres. On aperçoit des averses d’étincelles quand les grenades touchent les toits des cabanes. Certaines grenades sont envoyées à tir tendu (voir à 6’55’’). Dans ces cabanes, il y a aussi des gens qui dorment, des femmes et des enfants, surtout dans la zone la plus proche de la rocade, où se trouvent de nombreuses familles kurdes d’Irak.

« En ce moment, c’est toutes les nuits », raconte Mehdi, un Iranien. « Tout le monde mange du gaz. Les calmes et les énervés. Les familles qui n’ont rien demandé à personne, comme les autres ». Il estime à une centaine le nombre de grenades jetées chaque nuit. En novembre dernier, dans le carré des Kurdes, des familles racontaient comment des tentes avaient pris feu à cause des grenades. Une femme expliquait que son fils de 4 ans respirait avec difficulté à cause des gaz. Pour un activiste No Border, cette stratégie qui consiste à arroser tout le monde relève de la « punition collective ». « La nuit, la jungle est en état de siège. La police bloque les gens. En retour, ces jeunes qui viennent de pays en guerre le vivent comme un jeu. C’est tragique. » Les No Border annoncent deux blessés au visage.

Selon le groupe No Border « Calais Migrant Solidarity », qui s’exprime en anglais sur son site, dans la nuit du 4 au 5 janvier, les migrants avaient répondu à une provocation d’un groupe d’extrême droite contre les exilés aux abords de la jungle. La nuit suivante, le scénario est plus classique : des exilés tentent de ralentir le trafic sur la rocade portuaire pour créer un embouteillage et tenter d’entrer dans les camions, comme le font de ceux qui n’ont pas les moyens de payer les milliers d’euros que coûte désormais le passage. Ils jettent des rondins de bois et des poteaux métalliques sur le trajet des camions. Réaction policière : repousser les exilés jusqu’à l’entrée de la « jungle » et bombarder de grenades lacrymogènes la jungle elle-même.
Résultat, le bidonville est plongé dans un épais brouillard qui brûle les yeux et la gorge de tous.

La préfecture du Pas-de-Calais, à qui on a demandé de commenter la vidéo, a répondu par écrit : « Cette vidéo présente une vision tronquée des événements. Les réactions des forces de l’ordre que l’on peut voir sur la vidéo étaient des réponses à des tentatives de blocage de la rocade portuaire. » Etonnante réponse : à l’image, ce sont les cabanes et les tentes du bidonville qui sont bombardées de grenades lacrymogènes, pas la rocade portuaire. Comme si ceux qui y vivent, n’existaient pas.

Entre 4 000 et 7 000 personnes vivent dans la jungle de Calais, selon les sources. La préfète a annoncé lundi qu’elle souhaitait faire descendre ce chiffre à 2 000. Elle souhaite faire démanteler les cabanes du bidonville, à mesure que se remplit une aire de bungalows chauffés, prévue pour 1 500 personnes, un « camp humanitaire », qui doit ouvrir lundi. On construit un « camp humanitaire » le jour, et on arrose la jungle de lacrymogènes la nuit.

Pour + d’infos, créer des liens de solidarité : https://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/
et sur Squat.net, retrouvez des infos sur la situation à Calais.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

Rêves d’Europe et cauchemar sécuritaire : les murs de la mer

Dans son numéro de novembre, le journal CQFD revient sur la situation des migrant·es autour de Ceuta et Melilla, les deux enclaves espagnoles au Maroc, seules frontières terrestres de l’Union européenne avec le continent africain. Une violence au quotidien dont témoignent les migrants rencontrés par...

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"