Site collaboratif d’infos alternatives

A Lyon, face à une mobilisation en hausse, la police se lâche

Loi travail | Manif 3 compléments

Cortège plus dense que la semaine dernière ce jeudi 26 mai à Lyon. Avec une présence plus importante à la fois en tête et derrière avec les syndicats. Mais la police avait décidé semble-t-il de ne pas laisser s’installer la joie d’une mobilisation qui se renforce. Alors que les gens dansaient place Bellecour, les flics ont chargé, tabassé à de multiples reprises.

Depuis le 9 mars, plus de deux mois de luttes intenses, de blocages, de manifestations, de débrayages, mais aussi de répressions, d’arrestations et de blessé.es, dans une mouvement de protestation contre la loi El Khomri et son monde. Cette semaine, de nombreux.ses salarié.es ont rejoint le mouvement de manière plus active qu’auparavant en entrant en grève illimité et en bloquant leurs outils de travail. Alors que l’Euro de Foot commence dans une quinzaine de jours avec à la clé des millions de touristes et donc d’euros qui vont débarquer en France. Suivi global du mouvement.

Ce jeudi 26 mai, la grève et les blocages sont maintenant réalité, ne relâchons pas la pression sur le gouvernement qui est à deux doigts de s’écrouler !

- 21h50 : les 80 personnes présentes au rassemblement sont dispersées par les flics qui ont sorti les chiens et les tasers. Pas de confirmation de tir de taser. Une personne a été arrêtée et jetée par terre. Ils l’ont relâchée deux minutes plus tard.
- 21h30 : violente charge des flics sur les personnes rassemblées devant l’hôtel de police Marius Berliet. Besoin de soutien.
- 18h45 : beaucoup de blessé·es parmi les personnes qui se sont faites encerclées place Bellecour. Une cinquantaine a été sortie de la place direction les quais de Saône. Plaies ouvertes, syncope… Un rassemblement est appelé par l’AG de la Bourse du travail devant le commissariat central de Marius Berliet.
- 18h25 : les flics embarquent les manifestant·es qui restaient place Bellecour par groupes de 30 à 40 personnes. 11 camions de CRS sur place.
- 18h15 : violente charge pour le plaisir sur les 200 dernières personnes qui restaient place Bellecour. Plusieurs blessées et interpellations.

JPEG - 217.2 ko
JPEG - 270.3 ko


- 16h55 : les camions syndicaux sont sortis de la place. 200 personnes osent encore rester sur la place. Témoignage lors de la charge : « Les flics ont crié des trucs du genre "bande de bâtards, maintenant vous avez peur hein !", tout en lançant des grenades de désencerclement. »
- 16h50 : les flics ont chargé de partout et fait plusieurs interpellations ultra-violentes, tabassant des manifestant·es à coups de matraque qui hurlaient n’avoir rien fait.

JPEG - 159.9 ko


- 16h40 : la CGT demande que les manifestant·es puissent sortir de la place Bellecour. Réponse des flics : charges et gazage, encore et encore.
- 16h20 : alors que les gens dansaient sur la place, les flics se mettent à charger et à balancer en masse des lacrymos.

JPEG - 124.9 ko
JPEG - 171.7 ko

- 15h40 : au moins deux blessé·es évacué·es par les pompiers. Au moins un par flashball à la Guillotière, en pleine tête, et un autre aux jambes place du Pont. D’autres personnes blessées par des grenades de désencerclement tirées en masse aujourd’hui (alors qu’il n’y avait rien à désencercler).
- 15h30 : la CGT annonce 12 000 manifestant·es aujourd’hui à Lyon contre la loi Travail, et appelle à rester place Bellecour le plus longtemps possible.

JPEG - 219.9 ko


- 15h25 : arrivée sur Bellecour, et un petit coup de peinture sur la police.

JPEG - 227.3 ko


- 15h20 : le cortège est reparti et arrive sur le pont de la Guillotière mais les flics bloquent le pont.

JPEG - 149.4 ko


- 15h15 : Une arrestation

JPEG - 191.4 ko


- 15h05 : un manifestant blessé a été évacué par les pompiers. Il aurait été touché par un flashball ou une grenade de désencerclement. Plusieurs blessés légers.

JPEG - 234.3 ko
JPEG - 443.7 ko
JPEG - 376.1 ko


- 14h45 : tentative de manif sauvage grande rue de la Guillotière, beaucoup de lacrymogènes. repli cours Gambetta.

JPEG - 144.7 ko
JPEG - 130.5 ko
JPEG - 309.1 ko

- 14h15 : plein de banderoles chouettes dans le cortège aujourd’hui.

JPEG - 265.3 ko
JPEG - 346.2 ko
JPEG - 406.2 ko
JPEG - 364.5 ko
JPEG - 329.9 ko
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 360.5 ko
JPEG - 248.5 ko
JPEG - 274.5 ko
JPEG - 250.9 ko
JPEG - 274.4 ko


- 14 h : 9 000 personnes dans la manifestation aujourd’hui d’après les syndicats, comme la semaine dernière.
- 13h30 : trois interpellations avant même le début de la manif après la fouille des sacs.
- 12h55 : fouilles et intimidation avant d’arriver à la manif. Des flics ont coupé de force le micro d’un membre de radio Canut qui enregistrait.

Conseils en manif

P.-S.

Vous pouvez enrichir ce suivi par différents moyens :
- en postant un complément d’infos à la suite de cet article ;
- en proposant un nouvel article ;
- en envoyant au collectif d’animation de Rebellyon : contact (arobase) rebellyon.info ;
- en nous signalant des infos via Twitter.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 30 mai 2016 à 12:16, par manifestant syndiqué

    Bon, attention à ce qui se dit...

    Ce que j’ai vu :
    Quand la première charge a démarrée sur bellecour, les camions des syndicats CGT présents sur place ont clairement été visés par les gazs lacrymos, peut être parce que aux manifs précédentes, ils ont souvent servis de points de repères.
    Dans le même temps, une poignée de personnes sont arrivées très agressivement vers les camions et ont menacé des syndicalistes, insultant notamment des gens de flics, ou de traîtres.
    Ça s’est chauffé, sûrement pas bien intelligemment et de façon viriliste comme tu dis, mais des deux côtés.
    D’autres personnes se sont greffées au truc, sans bien comprendre ce qui se passait je pense.

    C’est pourri, on est d’accord, mais la vision unilatérale que tu donnes me gène. Parce que c’est pas acceptable que des militants se tapent dessus dans une même manif, mais est-ce que c’est moins violent, moins viriliste de débarquer à dix masqués pour insulter et menacer des gens qui en plus, dans la CGT, font partie de ceux qui restent jusqu’au bout en solidarité avec tout le monde ?

    Quand à la demande d’explication, si c’est toi qui est venu quand on quittait la place, c’était pas une demande d’explication, mais là encore, un combat de coqs, et je mets tout le monde dans le même sac. J avoue que c’est peut être un peu lâche, mais là, je me suis cassé, j’en ai eu marre.

    Franchement, il y a plein de façon différentes de les faire ces manifs, si on pouvait se respecter un peu plus, ce serait reposant...

  • Le 27 mai 2016 à 15:28, par manifestant hier

    Hier en fin de manifestation quand les flics ont décidé de dégager la place à grand coup de gaz lacrymogène, des membres de la CGT se sont mis à agresser des manifestants prétextant que c’était de leur faute si les CRS attaquent.
    En effet lorsque les gaz sont arrivés, nous nous sommes capuches et masquer pour éviter de bouffer du gaz.
    A ce moment le DJ CGT et des camarades à lui nous ont bousculés, levé le poing en l’air et une copine s’est faite étrangler par derrière et malmener. Nous nous sommes donc fait littéralement agresser alors que les keufs nous gazaient.
    Nous sommes allé leurs demander des explicationspar la suite, le plus violent qui était complètement ivrea été écarté et ils nous ont répondu que c’était des flics infiltrés (la bonne blague).
    Nous condamnons ces violences et conseillons à nos camardes syndicalistes de calmer leurs énervés et de ne pas se tromper d’ennemi. Merci tout de même aux autres syndicalistes avec qui nous avons pu discuter plus posément.
    Et une spéciale à celle qui se reconnaitra qui s’est incrustée de manière autoritaire pour défendre les virilistes.

  • Le 26 mai 2016 à 22:19, par Thamior

    Concernant ce qui s’est passé à la Guiliotière :
    Après la tentative de manif sauvage, la police a tenté de coupé le cortège en deux (entre le cortège de la CGA (tête de cortège) et les jeunes communistes) en utilisant au moins 5 grandes de désencerclement provoquant au moins 1 blessé touché au bras.
    Fortement heureusement, le reste du cortège a su réagir très vite et empêcher que la tête de cortège d’être encercler.

    A la fin de la manifestation, le métro Bellecour a très vite été fermé et de nombreux manifestants dont je fais parti ont été fouillé lorsque nous tentions de sortir de la place (personnellement vers 16h par l’avenue de la République). Le but étant surement d’accentué la pression sur les citoyens (à priori je n’ai pas vu de contrôle et relevé d’identité).

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Appel à rassemblement contre la fermeture de Jean Delatour le 30 Janvier à 10H

Un véritable « Gâchis que la fermeture de l’entreprise Jean Delatour bijouterie », entreprise qui a construit sa renommée sur les comités d’entreprises particulièrement dans le territoire de Venissieux, Saint fons, Feyzin. A ses débuts le concept était l’accessibilité large à la bijouterie sur cette base...

> Tous les articles "Salariat - précariat"