Site collaboratif d’infos alternatives

Collégien-ne-s SDF et fin de l’occupation du collège Jean Renoir de Neuville sur Saone : la loi sur l’hébergement d’urgence enfin appliquée !

Une jeune collégienne de 5e du collège Jean Renoir et sa famille étaient SDF depuis le vendredi 18 novembre. Les personnels du collège, apprenant cette situation en dernière minute ont porté assistance à personne en danger en leur procurant un hébergement pour le week-end à l’hôtel, puis dans les locaux de leur collège occupé du lundi 21 au mercredi 23 novembre.
Au même moment, ils accueillaient également une autre famille du collège qui dormait à même le sol depuis 4 mois dans une église non chauffée de Vénissieux, avec une maman enceinte de 8 mois.
Mercredi soir, la nouvelle tombait : conformément à la loi, un hébergement d’urgence pour chacune des deux familles était mis à disposition sur la commune d’Oullins, de l’autre côté de l’agglomération. Soulagement pour ces deux familles, les personnels, les parents d’élèves et les associations mobilisées, même si, pour les enfants, cet hébergement à Oullins est synonyme de longs trajets : plus d’une heure et quart dans chaque sens pour rejoindre le collège Jean Renoir et l’école de la Tatière à Neuville sur Sâone.

Le comité de soutien Jean Renoir reste en contact permanent avec ces familles et continuera d’assurer une veille auprès de tou-te-s les élèves du collège en situation précaire de logement. Les personnels rappellent que le statut de SDF n’est pas compatible avec une quelconque scolarité, et qu’en tant que citoyen-ne-s ils ne laisseront pas des élèves en danger. Ils ne peuvent accepter que la loi sur l’hébergement d’urgence ne soit pas appliquée pour des questions de crédits, quand dans le même temps le pays accepte de se faire voler 80 milliards de recettes fiscales par an.

L’occupation du collège est donc levée depuis mercredi 23 novembre. Le comité de soutien Jean Renoir remercie toutes les associations, services administratifs et relais politiques qui ont permis que la loi sur l’hébergement d’urgence s’applique dans les faits. Le comité Jean Renoir est maintenant solidement organisé et se tient prêt à reprendre Ex Tempore ses activités en cas de nouvelle mise en danger d’élève.

P.-S.

Copie à :
M. le Préfet du rhône, Madame la Rectrice de l’académie de Lyon , M. Le Président de la Métropole de Lyon, Aux Maires des communes du secteur Jean Renoir, DDASS du Rhône pôle famille.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

« Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la "Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits" fin 1983, marquent le début des années 80. On y voit...

A Lyon, trois femmes à l’affiche

Cette année à Lyon, la municipalité s’est saisie de la journée internationale pour le droit des femmes (célébrée le 8 mars) pour nous faire de belles campagnes de pub et mettre à l’honneur les « femmes remarquables », mais par la même occasion, rendre moins visibles les autres. Cette année à Lyon, la...

> Tous les articles "Discriminations"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

Occupation de la mairie du 3eme par les familles expulsées

Suite à leur expulsion du square Baraban et comprenant qu’aucune solution ne leur serait faite par la préfecture, les familles (50 enfants, 70 adultes) expulsées ont décidé collectivement de venir occuper pacifiquement la mairie du 3ème afin d’obtenir des solutions pérennes, sachant qu’ils disposent...

Expulsion du square Baraban : une centaine de personnes à la rue

Ce jeudi 23 mars au matin vers 7h, la gendarmerie est intervenue en nombre avec une dizaine de fourgons. En quelques heures, la centaine d’occupant.e.s du parc qui dormait là sous tente depuis le 10 février suite a l’expulsion d’un autre parc a été évacuée. Ils et elles sont désormais sans aucune...

> Tous les articles "Logement - Squat"