Site collaboratif d’infos alternatives

Face à la répression, maintenons l’unité pour le retrait de la loi Travail !

Loi travail | Manif

L’UD CNT 69 appelle avec les organisations CGT, CNT-SO, FO, FSU, Solidaires et UNEF à participer massivement à la manifestation du jeudi 26 mai à Lyon, qui partira à 13 h de la Manufacture des Tabacs en direction de la place Bellecour.

Le passage en force par le 49.3 n’est qu’une illustration de la stratégie du gouvernement contre les travailleur-euses. Depuis plus de deux mois, la police exerce une pression par sa présence agressive et sa violence contre les manifestants. Ainsi l’État essaye de décourager, de diviser, de faire peur. On ne compte plus les blessé.e.s, les arrestations, les inculpations, toutes plus arbitraires les unes que les autres, le gazage massif des manifestant.e.s, les tirs de FlashBall a bout portant et autres grenades de désencerclement qui ont causé plusieurs bléssé.e.s.

C’est bien l’ensemble des manifestant-es et du mouvement de contestation qui est visé, les organisations syndicales (CGT, Solidaires, etc.), les étudiant-es, les lycéen-nes, les salarié.e.s, syndicalistes ou pas. La Maison du Peuple à Rennes
expulsée par le Raid, le quadrillage militaire le lendemain du centre-ville, des interpellations préventives à Marseille, le saccage par la police de la Maison des syndicats CNT à Lille, la perquisition par la Bac de la camionnette de la CNT à Bordeaux et du local Solidaires à Rennes, les interdictions de manifester le 17 mai délivrées à plusieurs dizaines de personnes sans aucune justification...

Il s’agit d’une criminalisation du mouvement social déjà illustrée entre autre, par le cas des Goodyear, Air-France, la ZAD à Nantes. L’état d’urgence, n’est qu’un outil de répression politique du gouvernement permettant de banaliser un climat sécuritaire. Tout cela avec l’appui de l’ensemble des discours et des décisions qui contribuent à alimenter la ritournelle médiatique sur les bons et mauvais manifestant-e-s.

La seul violence est celle de la dégradation des conditions de travail et de vie, des licenciements, du chômage et de la misère, de la casse des services publics et du code du travail, des expulsions et du racisme, du contrôle social, de la marchandisation de nos vies, des inégalités croissantes, bref la violence d’une société de plus
en plus répressive et liberticide.

Les véritables casseurs, c’est le patronat et son MEDEF, qui s’enrichit en faisant courber l’échine aux travailleurs et travailleuses ; c’est l’État qui révèle de plus en plus son autoritarisme et sa brutalité, n’arrivant plus à se cacher derrière les
leurres de la république et de la démocratie ; Ce sont les gouvernements successifs qui ont cassé la sécu, les retraites, les salaires, les acquis sociaux... Enfin ce sont les journalistes qui mentent et répètent les mensonges de la police et des préfets.

Aujourd’hui, la nécessit é de s’opposer aux violences du patronat et de l’Etat passe par la lutte contre la loi El Khomri

* Il s’agit de s’unir et de s’organiser en ayant confiance en notre force collective.
* Il s’agit d’agir collectivement et directement, c’est à dire sans représentant, sans attendre les consignes d’en haut.
* Il s’agit de ne plus croire en un compromis possible entre des classes sociales dont les intérêts s’opposent, de ne plus croire en la bienveillance de l’État.
* Il s’agit de ne plus se mentir en espérant que cela ne nous concerne pas , qu’on passera au travers des mailles du filet grâce au chacun pour soi ou que les choses vont finir par s’améliorer.
* Il s’agit de retrouver le plaisir de l’action solidaire, le goût de la lutte et de l’entraide.
* Il s’agit de faire converger les luttes dans un mouvement de masse.
* Il s’agit de construire des perspectives communes réjouissantes, pour une société égalitaire et libertaire.

Décrétons ensemble la Grève générale reconductible !

Communiqué CGT, CNT, CNT-SO, FO, FSU, Solidaires, UNEF,

Toujours déterminé-es : Amplifier la mobilisation, faire respecter la démocratie !

Après plus de deux mois de mobilisation des salarié-es, des jeunes, des privé-es d’emploi et des retraité-es, la mobilisation se poursuit et s’amplifie comme le montre cette journée du 19 mai.

Cette semaine, le développement d’actions, de grèves dans de nombreux secteurs et de blocages pour obtenir le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, montre que la détermination reste intacte.

L’opinion publique reste massivement opposée à cette loi Travail et à l’utilisation autoritaire du 49.3 par le gouvernement.

Le gouvernement n’a pas d’autre issue que celle du dialogue avec les organisations qui luttent pour le retrait de ce projet de loi et pour être écoutées sur les revendications qu’elles portent. C’est pourquoi les organisations CGT, CNT, CNT-SO, FO, FSU, Solidaires, UNEF en appellent solennellement au Président de la République.

Des secteurs professionnels sont engagés dans un mouvement de grève reconductible, d’autres vont entrer dans l’action. Les organisations appellent le 26 mai prochain à une journée nationale de grève, manifestations et actions.

Les organisations décident de renforcer l’action par une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin, au début des débats au Sénat. Elles appellent à multiplier d’ici là, sur tout le territoire, des mobilisations sous des formes diversifiées.

Elles décident également une grande votation dans les entreprises, les administrations et les lieux d’étude qui se déroulera dans les semaines à venir en parallèle au débat parlementaire afin de poursuivre avec les salarié-es et les jeunes les débats sur la loi Travail, obtenir le retrait de ce texte pour gagner de nouveaux droits permettant le développement d’emplois stables et de qualité.

La loi doit notamment préserver la hiérarchie des normes, élément protecteur pour tous et toutes les salarié-es.

Cette votation sera remise lors d’un nouveau temps fort qu’elles décideront prochainement.
Les organisations invitent leurs structures à poursuivre la tenue d’assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction.
Elles se retrouveront rapidement pour assurer l’organisation et la réussite de ces mobilisations et initiatives.

Les organisations appellent à participer massivement à la manifestation du jeudi 26 mai à Lyon, qui partira à 13 h de la Manufacture des Tabacs en direction de la place Bellecour.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Appel à rassemblement contre la fermeture de Jean Delatour le 30 Janvier à 10H

Un véritable « Gâchis que la fermeture de l’entreprise Jean Delatour bijouterie », entreprise qui a construit sa renommée sur les comités d’entreprises particulièrement dans le territoire de Venissieux, Saint fons, Feyzin. A ses débuts le concept était l’accessibilité large à la bijouterie sur cette base...

Grève sauvage à la gare de Perrache jeudi 16 mars

Un peu plus de 70 employés de l’accueil de la gare de Lyon Perrache se sont mis en grève ce jeudi 16 mars après l’annonce du licenciement d’une de leurs collègues. Ils ont notamment envahi une réunion de la direction pour signifier leur refus face au licenciement de cette employée appréciée de ses...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

Victoire pour les femmes de chambre de l’Appart’city Caluire

4 000€ de remboursements d’heures supp’ non payées ! Les femmes de chambre de l’Appart’city Cité internationale Caluire avaient annoncé qu’elles ne nettoieraient pas les chambres : Pas de salaire versé, pas de travail ! Elles avaient voté la grève pour dénoncer les heures supplémentaires non payées depuis...

Un historique de la lutte des livreurs de Foodora, à Turin

Un peu partout en Europe, l’ubérisation du travaille gagne du terrain. Les entreprises de cette soi-disant économie du partage (quelle blague !) prolifèrent, comme Deliveroo ou Foodora pour la livraison de nourriture. Les luttes aussi. Voici donc un historique de la lutte des travailleurs et...

Rencontre : Sur le développement du capitalisme en Chine

Le 7 avril à 17H00 au Jusqu’ici, retour critique sur la Chine maoïste et la révolution culturelle organiser par l’association table rase en présence de C. Reeve auteur de nombreux ouvrages sur la Chine maoïste et actuelle.

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"