Site collaboratif d’infos alternatives

La Métropole et le Rhône criminalisent de nouveau les jeunes étrangers non accompagnés

La France doit protection au mineurs isolé-e-s qui se trouvent sur sont territoire. Pour échapper à ces devoirs en matière de protection l’état n’hésite pas à remettre en cause l’age des mineur les plus âgés les faisant ainsi sortir des dispositifs de protection. Au passage pour se couvrir, les pouvoir publique n’hésite pas en plus à attaquer les mineurs qui ont déjà perdu le droit à la protection, en les accusant de produire des faux documents. Le communiqué qui suit reviens sur cette situation.

Il y a maintenant plus d’un an, la Ligue des droits de l’Homme accueillait dans son local une conférence de presse pour RESF recevant quatre député.e.s venu.e.s rendre visite aux jeunes étrangers et étrangères alors incarcéré.e.s, accusé.e.s de tricherie sur leur âge et leur identité .
Est-ce une suite à cet évènement , si plus aucun jeune étranger isolé n’a été emprisonné dans les mois qui ont suivi ?

Le 17 novembre, le Tribunal de Lyon a condamné deux jeunes étrangers, parus en comparution immédiate, chacun à un mois de prison, avec mandat de dépôt : cela signifie que ces adolescents ont été immédiatement conduits en prison, sitôt le jugement rendu .
La Mission pour l’Evaluation et l’Orientation des Mineurs Isolés Etrangers ( MEOMIE ) avait émis un doute sur leur minorité bien que le passeport détenu par l’un d’eux, ait été reconnu authentique par le service de la Fraude documentaire !

En raison des délais de fonctionnement de l’institution judiciaire, si ces jeunes voulaient faire appel de leur condamnation, ils risqueraient vraisemblablement d’être expulsés à leur sortie de prison avant même de passer au tribunal !

La Métropole et le Rhône ne se limitent pas en effet à créer à ces jeunes un casier judiciaire indélébile, en traumatisant gravement et brutalement leur existence d’ adultes en construction, mais, alors qu’ils n’ont aucun moyen de subsistance, pas le droit de travailler, elle leur réclame le remboursement de 20 000€, voire 30 000 €, voire 49 000 € …totalement in remboursable , justifiant à priori une autre condamnation pour défaut de paiement …

La Ligue des droits de l’Homme ne saurait rester silencieuse devant de tels dénis de l’accueil des migrants .
Ces jeunes, nés dans les pays africains francophones, ont accomplis de véritables exploits dans leurs périples hasardeux et dangereux pour atteindre enfin la France .
La Ligue des droits de l’Homme tient à rappeler l’article 47 du Code Civil Français : « Tout acte de l’état civil d’un Français ou d’un étranger fait en pays étranger et rédigé dans les formes usitées dans ce pays fait foi. » .
La Ligue des droits de l’Homme, dont la raison d’être est la défense et les respect des droits de l’Homme et du Citoyen, affirme qu’elle soutiendra toute action entreprise dans le but d’obtenir la régularisation de ces jeunes étrangers non accompagnés .

LDH69

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

Miam ! Cantine pour cantiner samedi 25 mars !

Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier·es ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner ! Rendez-vous est lancé le samedi 25 mars, 19h30 pour manger, se retrouver, papoter des taules, au quartier Gratte-Ciel à...

TGI de Valence : procès des deux détenus du Quartier Maison Centrale

Bis repetitas : interdiction de rentrer dans la salle d’audience hormis la famille et la presse. Les quelques vingt personnes venues assister au procès de deux détenus de la prison de Valence se sont vues refuser l’entrée d’une audience pourtant publique. En plus d’une charge violente par les flics,...

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

« Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la "Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits" fin 1983, marquent le début des années 80. On y voit...

A Lyon, trois femmes à l’affiche

Cette année à Lyon, la municipalité s’est saisie de la journée internationale pour le droit des femmes (célébrée le 8 mars) pour nous faire de belles campagnes de pub et mettre à l’honneur les « femmes remarquables », mais par la même occasion, rendre moins visibles les autres. Cette année à Lyon, la...

Départ en car de Lyon pour la Marche pour la Justice et la Dignité

A la suite du meeting du 26 février dernier, le comité lyonnais du Collectif du 19 mars propose un départ en car afin de converger à Paris dimanche 19 mars dans le cadre de la Grande Marche nationale pour la Justice et la Dignité contre le racisme, l’islamophobie, les violences policières, la hogra,...

> Tous les articles "Discriminations"