Site collaboratif d’infos alternatives

Le procès du flic assassin du jeune Yassin Aibeche et son infâme traitement médiatique

Un procès discret se tient actuellement aux assises d’Aix-en-Provence. Celui du flic qui a tué d’une balle dans le dos Yassin Aibeche, 19 ans, à Marseille en 2013. Mars-infos décrypte la présentation très partisane qu’en fait le journal local La Provence.

Mardi 13 décembre, s’ouvre à la cour d’assises d’Aix-en-Provence le procès du flic qui a tué Yassin Aibeche en février 2013, à Marseille dans le 3e arrondissement. (…) La police assassine, la justice acquitte… et l’appareil médiatique étouffe soigneusement les violences d’Etat. C’est encore ce à quoi se livre la presse quotidienne régionale quand elle relate l’histoire de Yassin. Alors, on produit ici une petite tentative d’analyse de texte.

La Provence, quotidien régional, fait donc paraître le 13 décembre 2016 un article sur le procès du flic, procès qui démarre le [même jour] à Aix-en-Provence. (…)

« Jusqu’à vendredi, les jurés vont devoir examiner cette affaire délicate qui pourrait se résumer à une rixe mortelle pour un motif futile, entre un policier hors service, alcoolisé et dépressif, et un lycéen peut-être un peu trop arrogant, ou trop détendu, grâce aux effets du cannabis... Mais au-delà des faits, c’est tout un contexte qu’il faudra replacer et y intégrer les parcours de ces deux hommes aux trajectoires de vie différentes. »

Une affaire délicate. Un flic bourré tire sur un homme de 19 ans, qui décède des suites de ses blessures. Ici encore, on romance, pour ôter tout caractère structurel au meurtre de Yassin. Qui devient une « affaire délicate ». Ensuite, la journaliste commence à camper le décor. Le policier est tout de suite caractérisé comme « dépressif ». Les circonstances seraient donc à sa décharge. En gros, cela équivaut à dire « pauvre type, pas complètement responsable de son geste, guidé par un contexte bien malheureux ». Yassin lui, qui rappelons-le est la victime dans ce crime d’Etat, est « peut-être un peu trop arrogant ». Ce qui pour le journal, semble presque justifier d’une « perte de contrôle » de la part de l’agent. Et puis arrêtons-nous un instant sur le traitement des produits stupéfiants par le journal. L’alcool est ce qui minimise le geste de Frédéric Herrour. Pas de sa faute, il était ivre. Le cannabis, drogue que les journaux associent systématiquement aux habitants des quartiers populaires, est ce qui aggrave le « cas » de Yassin. C’est normal qu’il se fasse tirer dessus, il était défoncé.

La suite à lire sur : https://mars-infos.org/la-provence-et-le-traitement-1937

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

TGI de Valence : procès des deux détenus du Quartier Maison Centrale

Bis repetitas : interdiction de rentrer dans la salle d’audience hormis la famille et la presse. Les quelques vingt personnes venues assister au procès de deux détenus de la prison de Valence se sont vues refuser l’entrée d’une audience pourtant publique. En plus d’une charge violente par les flics,...

> Tous les articles "Répression - prisons"