Site collaboratif d’infos alternatives

Lettre de parents de l’école Michel Servet

Luttes dans les écoles pour le logement

Suite à l’envoi de forces policières pour empêcher l’ouverture d’un abri à destination des familles sans-abris des enfants scolarisé, les parents de l’école Michel Servet demande l’arrêt de l’occupation policière à la sortie de cette école du bas des pentes de la Croix-Rousse.

Le 20 novembre est une journée internationale consacrée aux droits de l’enfant. A cette occasion, l’Education Nationale, aux côtés de l’UNESCO, encourage les enseignants à mener des actions autour de la citoyenneté et des droits fondamentaux des enfants. Sensibilisés par les réalités rencontrées dans leur classe, les enseignants de notre école ont travaillé autour d’un droit fondamental de l’enfant : celui d’avoir un toit. Un toit pour sa santé, un toit pour se reposer, un toit pour étudier, un toit pour se retrouver en famille, un toit pour exister…

A cette occasion, le comité de soutien aux familles sans abri, constitué de parents, d’habitants, d’enseignants, a décidé de mener une action le mercredi 16 novembre à 18h : une soirée conviviale de soutien aux deux familles sans toit de l’école.

JPEG - 85.3 ko

Mais à 17h30, six policiers municipaux bloquent l’accès au gymnase. Une centaine de personnes, parents, enseignants, voisins, enfants se retrouvent face à une grille fermée. Jeudi matin les vigiles sont encore là. Jeudi à 16h30, six policiers accueillent les enfants à la sortie de l’école avant de laisser la place à des vigiles pour la nuit. Vendredi la présence policière est toujours là à 12h30.

JPEG - 36.4 ko

Et là, c’est l’incompréhension. Qui sont les méchants ? Qui sont les gentils ? Ca s’embrouille dans ces jeunes têtes. Pourtant on leur explique « fraternité », « égalité », ces belles valeurs républicaines affichées sur les frontons des écoles. Et « liberté » ? Ah oui, on avait dit qu’on avait le droit d’exprimer notre désaccord… Leurs enseignants ont bien suivi les programmes autour de la citoyenneté. Alors pourquoi la police contre un élan de solidarité, de fraternité, de recherche d’égalité ? 

JPEG - 386.8 ko

Parce que dans cette école, c’est l’avenir de nos enfants qui se joue :

Nous demandons le retrait immédiat de la présence policière autour de l’Ecole Michel Servet. Celle-ci engendre un climat de stress inutile et va à l’encontre des valeurs républicaines.

Nous soutenons l’équipe éducative de l’école Michel Servet pour son souci du bien-être de nos enfants et pour son engagement dans l’accès à l’éducation pour tous.
Nous soutenons l’action menée par le comité de soutien aux familles sans abri et souhaitons qu’une solution d’hébergement soit proposée le plus rapidement possible aux familles concernées en respect de la loi française des droits fondamentaux des étrangers en France.

Des parents de l’Ecole Michel Servet

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

Rassemblement de soutien à un mineur sans papier mardi 15h

Boubacar, membre du Collectif Jeunes RESF, à été placé en garde à vue. Suite à un test osseux [1] qui lui donne 19 ans il n’est plus considéré comme un mineur à protéger mais comme un resquilleurs à évacué. Pour lui évité un placement en CRA et une expulsion ces camardes appellent à un rassemblement cette...

"Pas de familles remises à la rue ! La préfecture doit appliquer la loi !"

Le collectif Jamais Sans Toit refuse que des familles soient remises à la rue vendredi 31 mars, et veut que la préfecture applique la loi française qui stipule que des familles prises en charge dans le cadre de l’hébergement d’urgence doivent le rester ou se voir proposer une solution d’hébergement....

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

> Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"