Site collaboratif d’infos alternatives

Où vont le gouvernement, la ville de Vaulx-en-Velin et les Grands Projets de Ville imposés pour en finir avec les quartiers populaires ?

Où vont le gouvernement, la ville de Vaulx-en-Velin et les Grands Projets de Ville imposés pour en finir avec les quartiers populaires ?
A Vaulx-en-Velin : Soyons sûrs que notre ville fait partie intégrante de nous… La belle aventure continue avec énergie et détermination.

JPEG - 4.7 Mo

Quartier populaire Mont Gerbier - Mont Cindre, zone à défendre. Immeubles infestés par les rats suite à l’arrêt de l’entretien des logements, pire : au Mont Gerbier - Mont Cindre, ils ont déblayé les débris des immeubles abattus lors de l’opération précédente, et les locataires riverains ont subi de graves nuisances de bruit et de poussière, très probablement d’amiante.

« Même quand on a plus de mal à y vivre parce qu’il y a plus de chômage et de précarité, on s’attache à son quartier, on s’y fait des relations, les enfants à leur école… » La disparition des quartiers populaires, par la dépossession de sa population, est la cible des Grands Projets de Ville, des gouvernements successifs ; ceux là même, ces quartiers, dont on ne veut plus dire, et ou on veut faire oublier, que ce sont ceux là même qui ont participé et qui participent encore à la conquête des droits, aux printemps sociaux, pour plus de justice, de vérité, d’égalité, du changement social ! Ici aussi les milieux de vies populaires comptent !

Alors !

A Vaulx-en-Velin, la mairie met la pression sur les derniers occupants (20 familles) des Monts Gerbier et Mont Cindre. Occupants et locataires en colères, précarisés, qui résistent toujours pour leur relogement aux conditions que la loi stipule : relogement dans le quartier (de leur milieu de vie populaire, sociale, économique, affectif), avec le même loyer et charges.

Alors qu’Hélène Geoffroy, l’actuelle ministre de la ville, a été membre de la Commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale et a été secrétaire nationale du PS déléguée à la lutte contre l’exclusion.

Alors que, devenue maire de Vaulx-en-Velin, trois semaines après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, elle avait été reçue à l’Élysée avec quelques autres maires de banlieue pour préparer le comité interministériel « Égalité et citoyenneté » du 6 mars 2015.

Alors qu’aujourd’hui elle se déclare encore opposée au projet de construction de l’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, contre l’avis du gouvernement Valls.

Alors qu’Hélène Geoffroy a affirmé sa confiance en son dauphin, Pierre Dussurgey, l’actuel maire PS de Vaulx-en-Velin, et son intention de ne pas lâcher la ville pour autant : Pierre Dussurgey maîtrise déjà les dossiers, dit-elle. Soyez sûrs que votre ville fait partie intégrante de moi… La belle aventure continue avec énergie et détermination.

Alors une belle aventure… l’exclusion pour les dépossédés, les habitants qui ont été avertis, pour seul choix et comme « affaires sociales contre l’exclusion et l’égalité citoyenne » : qu’ils recevront trois lettres recommandées, en pleine période hivernale, dont la dernière lettre sera la mise en demeure d’expulsion, si ces locataires n’acceptent pas l’une des trois propositions-imposé d’être relogés aux seules conditions, et contre la loi, des bailleurs, du GPV, qui font loi et la mairie qui applique leur loi.

Alors que l’occupation du collège Henri Barbusse de Vaulx-en-Velin par trois familles SDF se poursuit depuis le début du mois de novembre, trois familles d’enfants scolarisés au collège Barbusse dorment sous le toit du gymnase à deux pas de l’établissement. Soutenues par l’équipe pédagogique, les 14 personnes concernées n’ont pour l’instant "obtenu aucune réponse que ce soit de la part de l’inspection d’académie, de la Métropole ou encore de la préfecture." Une "situation indigne" que dénonce la Ligue des droits de l’Homme de l’Est lyonnais, tout en rappelant que cette situation est similaire à celle de l’école Gilbert Dru (Lyon 7e), où les six familles ont été relogées après avoir occupé l’école Gilbert Dru, ce qui fait dire à la Ligue des droits de l’Homme : s’il n’y a pas deux poids, deux mesures entre Lyon et Vaulx-en-Velin.

Alors qu’à Vaulx-en-Velin, de nombreux logements sont vides et disponibles, au dernier recensement (2013) on en comptait 7,3%, soit environ 1200 logements non occupés.
Alors que les bâtiments des quartiers populaires de Pierre Dupont, Vaulx-en-Velin, soit 248 logements, vont être détruits.
Alors que des pressions sont exercées sur les locataires dès le début des opérations de relogement.

Alors, madame Hélène Geoffroy, ministre de la ville : Sommes-nous sûrs que notre ville fait partie intégrante de vous… et la belle aventure continue-t-elle avec énergie et détermination : pour qui ? Nous ne sommes pas dupes, la « mixité sociale » est de la poudre aux yeux.

Alors !

Ne restons pas seuls, seules, face aux grands projets de ville imposées, à Vaulx-en-Velin comme à Lyon et ailleurs, face à la dépossession de nos milieux de vie populaires.
Vaulx-debout, tous les samedi matin, 11h, devant l’immeuble Pierre Dupont. Station bus C3, Jean Lésire, une station avant Mas du Taureau. Vaulx-en-Velin. Rejoignez-nous.

Vaulx-debout, 14 novembre 2016

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Apartheid social » :

Miam ! Cantine pour cantiner samedi 25 mars !

Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier·es ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner ! Rendez-vous est lancé le samedi 25 mars, 19h30 pour manger, se retrouver, papoter des taules, au quartier Gratte-Ciel à...

Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

> Tous les articles "Apartheid social"