Accueil > Analyse et réflexion > Présentation du n°29 de Réfractions « Voies sexuelles, voix désirantes (...)

Présentation du n°29 de Réfractions « Voies sexuelles, voix désirantes »

Publié le 12 janvier 2013

Quant aux sexualités... alors qu’on en parle tant, il faudrait croire qu’il n’y a rien à en dire. Tout du moins rien de sérieux, rien de déterminant (ou alors d’une manière strictement individuelle), rien de politique.

La porte des cham­bres à cou­cher, des backrooms, voire des don­jons (les­quels, quoi­que for­mel­le­ment dis­tincts, recou­vri­raient une même fonc­tion), clô­tu­re­rait un uni­vers propre. Tout ce qui serait vécu dans ce monde à part serait comme séparé des autres sphè­res d’exis­tence. Hors de ces espa­ces clos, on ne pour­rait plus rien en dire, sinon sur le mode de la confes­sion, dans des contex­tes plus ou moins ins­ti­tu­tion­na­li­sés (confes­sion­nal, cabi­net...) ou sau­va­ges (entre ami-es).

Ce qui a trait au « domaine de la sexua­lité » serait de l’ordre du privé. Et il serait non seu­le­ment déplacé, mais dan­ge­reux qu’il pénè­tre l’espace public. Une épaisse cein­ture de chas­teté se charge de pro­té­ger la poli­ti­que ! La plu­part des mou­ve­ments défi­nis comme tels s’en satis­font d’ailleurs. Ils se dis­tin­guent sim­ple­ment les uns des autres selon le degré de contrôle moral et médi­cal qu’ils pré­co­ni­sent, sur une échelle qui va de l’ordre moral et de la patho­lo­gi­sa­tion (l’idée que l’homo­sexua­lité n’est pas une « ano­ma­lie men­tale » a été accep­tée à grand-peine et d’aucuns s’y oppo­sent encore) à l’éthique mini­male d’un libé­ra­lisme absolu de mœurs.

Il arrive tou­te­fois que l’ensem­ble des dis­po­si­tifs fil­trants, per­met­tant la dis­tinc­tion radi­cale entre public et privé, man­quent à leur fonc­tion. La toni­truante affaire DSK en fut un récent exem­ple. L’effon­dre­ment évident de la famille tra­di­tion­nelle, depuis la remise en cause (ou tout sim­ple­ment avec l’impra­ti­ca­bi­lité) du modèle offi­ciel et domi­nant — bipa­ren­tal et hété­ro­sexuel — jusqu’à l’appa­ri­tion de nou­vel­les formes d’orga­ni­sa­tion de la vie sexuelle, affec­tive et sociale en est un autre.

L’économie capi­ta­liste a d’ailleurs bien com­pris tout le profit qu’elle pour­rait tirer de ces trans­for­ma­tions. La vente de sex toys, de vidéos pornos, de pos­si­bi­li­tés de ren­contres s’est lar­ge­ment mas­si­fiée au cours des quinze der­niè­res années. Les sexua­li­tés dis­si­den­tes à l’hété­ro­nor­ma­ti­vité ne font pas excep­tion. La plu­part du temps, elles cons­ti­tuent elles aussi un marché, fût-il de niche. La 6e édition de Fierté Montréal adop­tait l’été der­nier un étonnant logo : un code-barre arc-en-ciel...

Une histoire de la sexualité en anarchie

Mais les anar­chis­tes ne cons­ti­tuent pas davan­tage un monde à part, où les ques­tions poli­ti­ques enga­gées par les sexua­li­tés seraient d’avance réso­lues et où les idées reçues n’auraient plus court. En 1900, Emma Goldman renonça ainsi à par­ti­ci­per au congrès inter­na­tio­nal anar­chiste de Paris après que toute dis­cus­sion rela­tive à la sexua­lité et au contrôle des nais­san­ces en eut été exclue. On ne sau­rait tou­te­fois nier que, dans son ensem­ble, le mou­ve­ment liber­taire n’a cessé de com­bat­tre les tenants d’un ordre moral mte&start=10&sa=N----—K—-Q-ȟ@P--lhttp://www.google.fr/search?hl=fr&rlz=1W1SKPB_fr&q=lyon-Turin+%C3%A9cologiste&btnG=Rechercher&meta=&aq=f&oq=KZ:qcr|http://www.google.fr/search?sour­ceid=nav­client&hl=fr&ie=UTF-8&rlz=1T4ADBF_fr___GP330&q=homo­pa­ren­ta­lit%c3%a9+info+alter­na­ti­veKX+—-ohttp://www.google.fr/search?hl=fr&source=hp&q=jeudi+10+d%C3%A9cembre+2009+gr%C3%A8ve+ensei­gnants&meta=&aq=f&oq=Khttp://www.google.fr/search?hl=fr&source=hp&q=fin+de+lara­vers d’un regard rétros­pec­tif sur plus d’un siècle de « sexua­li­tés en anar­chie ». Les pre­miè­res expé­rien­ces com­mu­nau­tai­res du début du XXe siècle (qui furent des formes de pro­pa­gande par le fait aussi en matière sexuelle), la manière dont les fémi­nis­mes et ce que l’on a appelé la « révo­lu­tion sexuelle » ont réa­gencé les termes du débat sur les sexua­li­tés dans les années 1970, et enfin les réflexions déve­lop­pées dans le milieu liber­taire actuel sur ce que signi­fie appré­hen­der en anar­chiste ses pro­pres désirs, tout cela mani­feste le fait que nulle part ailleurs, sans doute, les pra­ti­ques sexuel­les n’ont été envi­sa­gées ainsi comme por­teu­ses d’enjeux d’émancipation et, à ce titre, de poli­ti­que.

Psychanalyse et libération sexuelle

La sexua­lité a certes pu être consi­dé­rée comme un domaine rele­vant d’un dis­cours spé­cia­lisé. Depuis plu­sieurs décen­nies, c’est à la psy­cha­na­lyse qu’est reconnue la mis­sion offi­cielle de parler du sexe. Certaines ten­ta­ti­ves émancipatrices, visant la sexua­lité, se dirent même dans son voca­bu­laire. Ce numéro a attri­bué une place à des expres­sions qui, à partir d’un enga­ge­ment psy­cha­na­ly­ti­que et poli­ti­que, mani­fes­tent l’impos­si­bi­lité d’un dis­cours spé­cia­lisé, clos sur lui-même.

« Expression de voies sexuelles »

Mais pré­ci­sé­ment parce qu’il nous sem­blait peu per­ti­nent de pro­po­ser une col­lec­tion de pos­tu­res idéo­lo­gi­ques sur la sexua­lité, ce sont essen­tiel­le­ment d’autres voix qu’il nous impor­tait ici de donner à enten­dre. Des voix qui n’adop­tent pas la pos­ture du « dis­cours sur la sexua­lité », mais qui sont l’expres­sion de voies sexuel­les. Des voix dési­ran­tes qui disent leurs pro­pres expé­rien­ces et leurs pro­pres luttes. Des voix qui, si mino­ri­tai­res soient-elles, ne lais­sent pas de nous parler. Le les­bia­nisme n’est-il qu’une option sexuelle où peut-il revê­tir une dimen­sion poli­ti­que propre ? Comment la por­no­gra­phie peut-elle être un lieu de contes­ta­tion des repré­sen­ta­tions domi­nan­tes, d’expres­sion d’autres désirs et d’expé­ri­men­ta­tion ? Que peu­vent nous ins­pi­rer les luttes des tra­vailleu­ses du sexe ?


Deux textes en contexte concluent ce dos­sier. Ils s’ins­cri­vent dans le mou­ve­ment de mobi­li­sa­tion sociale initié, au Québec, par la pro­tes­ta­tion étudiante contre l’aug­men­ta­tion dras­ti­que des frais d’ins­crip­tion uni­ver­si­taire. Ils don­nent à voir com­ment les ques­tions rela­ti­ves à la sexua­lité s’ins­cri­vent dans une dyna­mi­que de contes­ta­tion géné­ra­li­sée, mais aussi com­ment elles ne sont pas seu­le­ment des ques­tions posées, mais, encore une fois, des expé­rien­ces vécues.

Tous les textes pré­sen­tés dans ce numéro par­ti­ci­pent, malgré leurs diver­gen­ces théo­ri­ques, d’un même geste : ouvrir des pos­si­bles. En aucun cas les débats où ces dif­fé­ren­tes pers­pec­ti­ves se ren­contrent ne sau­raient abou­tir à quel­que point final que vien­drait poser on ne sait quelle théo­rie « anar­chiste » de la sexua­lité. Il s’agit encore moins de dire com­ment les anar­chis­tes doi­vent baiser ! Les mul­ti­ples pra­ti­ques expo­sées ici ne sont que des exem­ples et pas des (nou­vel­les) normes. Elles dési­gnent des sites cri­ti­ques d’où peu­vent surgir des poli­ti­ques mutan­tes. Parce qu’il recou­vre un mou­ve­ment émancipateur qui se pense sur la tota­lité des choses, et pas seu­le­ment dans l’action poli­ti­que consi­dé­rée d’une façon res­tric­tive, l’anar­chisme infuse les sexua­li­tés. Et ces der­niè­res ne man­quent pas de lui ren­voyer la pareille.

Et si, pour finir, les sexua­li­tés étaient un prisme à tra­vers lequel les rap­ports entre spon­ta­néité pra­ti­que et réflexion théo­ri­que, tels qu’ils pour­raient être conçus par les anar­chis­tes, se don­naient à voir ? Et s’il était aussi absurde de parler d’une concep­tion anar­chiste de la sexua­lité que d’une concep­tion anar­chiste de la société ou de la com­mu­nauté, parce qu’il n’y aurait, malgré un hori­zon révo­lu­tion­naire commun à cons­truire, que des pra­ti­ques d’émancipation diver­ses à expri­mer ?

La com­mis­sion

CEDRATS (Centre de res­sour­ces sur les alter­na­ti­ves socia­les) Lyon, 27 Montée Saint-Sébastien, métro Hôtel de ville ou Croix Paquet (lignes A ou ou C), ven­dredi 18 jan­vier 2013 à partir de 19h.

P.-S.

Table des matières

Sexualités en Anarchie

- De la liberté en amour au début du XXe siècle, Luce Turquier.
- « Libération sexuelle », féminisme et anarchie, Daniel Colson.
- Désir : portes à enfoncer, Marie Pierre
- Psychanalyse et libération sexuelle
- Réflexions partielles et partiales sur la vision lacanienne de la sexualité, Alain Thévenet
- Sexe et politique, Jacques Lesage de La Haye
- Les sexualités : terrains de luttes et d’expérimentations
- Le lesbianisme politique, entretien avec Natacha Chetcuti
- Inspirations des luttes xxx : cinq fabulations révolutionnaires, Amandine Guilbert et Rémi Eliçabe.
- Une aventure post-porno, Post-op.
- En contexte Ce que le désir fait à la politique, discussion libre avec des membres de la mouvance queer montréalaise...
- Mille rencontres : de la nudité au masque, Andréann C.

TRANSVERSALE

- hAcktivisme numérique ?, Ippolita

ANARCHIVE

- De la bêtise et du vote, Gustav Landauer

LES LIVRES, LES REVUES, ETC

Proposer un complément d'infos

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Infos locales

  • Résistances et solidarités internationales

    Débat « L’Ukraine, entre capitalisme à la russe et impérialismes occidentaux »

    Depuis quel­ques mois, l’Ukraine est deve­nue un champ de batailles où s’affron­tent les vieilles puis­san­ces impé­ria­lis­tes d’Europe occi­den­tale et des États-Unis, et le capi­ta­lisme russe dési­reux de se cons­truire une puis­sance régio­nale. L’étincelle et Union pour le Communisme pro­pose une réu­nion publi­que / débat le jeudi 24 avril à 18H à l’Université Lyon 2 (Quais).

  • Résistances et solidarités internationales

    Conférence-débat : officiers français et génocide des Tutsi

    Les expli­ca­tions, déné­ga­tions et jus­ti­fi­ca­tions des offi­ciers fran­çais pré­sents au Rwanda en 94, dans le texte. Une démar­che ori­gi­nale pour com­pren­dre le rôle des offi­ciers fran­çais dans le géno­cide tutsi à partir de leur pro­pres décla­ra­tions. Conférence - débat le 26 avril à la librai­rie Terre des Livres.


16 avril


13 avril

  • Vie des quartiers - urbanisme - initiatives

    Goûter solidaire contre la fin de la trêve hivernale

    Depuis le 31 mars, fin de la trêve hiver­nale, plu­sieurs famil­les dont les enfants sont sco­la­ri­sés à l’école Gilbert Dru se retrou­vent à la rue ou dans des situa­tions d’héber­ge­ment très pré­cai­res. C’est pour­quoi des parents et des ensei­gnants de plu­sieurs écoles et col­lè­ges de l’agglo­mé­ra­tion lyon­naise s’orga­ni­sent et vous invite le jeudi 17 avril.


12 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Rencontre autour de la naissance d'une école autogérée

    Rencontre débat avec des cama­ra­des venu-e-s de Barcelone pré­sen­ter leur projet d’école auto­gé­rée, coo­pé­ra­tive et com­mu­nau­taire, le mer­credi 16 avril.

  • Salariat - précariat

    Blocage du site ERDF de Vénissieux

    Depuis jeudi 10 avril, une tren­taine de sala­riés du groupe ERDF de Vaise et Vénissieux, blo­quent l’entrée du site de Vénissieux deman­dant entre autre le retrait des cour­riers d’aver­tis­se­ment et de blâmes adres­sés à cer­tains d’entre eux. Il se sont relayés toute la nuit du 10 au 11 avril dans l’attente d’une négo­cia­tion juste.

  • Résistances et solidarités internationales

    « Les négociations Israélo-Palestiniennes » : Premier bilan et perspectives

    Conférence d’Élias Sanbar, ambas­sa­deur de la Palestine auprès de l’UNESCO, mer­credi 16 avril à 18h, salle Victor Hugo, Lyon 3e.


9 avril

  • Discriminations

    Lecture de soutien à Act Up-Paris

    Pour sou­te­nir l’asso­cia­tion, rendre visi­bles ses actions et ses combat en matière de lutte contre le sida, deux évènements sont orga­ni­sés à Lyon dans la jour­née du samedi 12 avril


7 avril

  • Ecologie - nucléaire - Alternatives

    « No Gazaran » : Film & débat au ciné Caluire

    Projection le ven­dredi 18 avril à 20h30, avec le Collectif Caluire Environnement, du film docu­men­taire « No gaza­ran » suivi d’un débat. Avec la pré­sence de la réa­li­sa­trice Carole Menduni.


6 avril

  • Droits sociaux - santé - services publics

    Rassemblement contre la casse de l'assurance chômage

    Rassemblement contre la casse de l’assu­rance chô­mage à l’occa­sion de la venue de Pierre Gattaz (pré­si­dent du Medef) à Lyon 1, le mardi 8 avril à partir de 17h45. Et assem­blée géné­rale le mer­credi 9 avril à 15h à l’Opéra de Lyon.

  • Informatique

    Infokiosque et atelier informatique au squat Le Kajibi

    Ce mardi 8 avril à partir de 14h, le squat Kajibi pro­pose un info­kios­que et un ate­lier infor­ma­ti­que sur le thème « com­pren­dre et auto­gé­rer/par­ta­ger sa connexion Internet ».


3 avril


1er avril


30 mars


28 mars


> Voir toutes les archives