Site collaboratif d’infos alternatives

Royaume-Uni : God save the taxi drivers

Quoi de plus naturel pour Uber que de s’installer au Royaume-Uni, pays du travail sans droit  ? Après avoir cannibalisé les fameux black cabs et imposé son modèle de travailleur «  liquide  », la firme californienne a recruté environ 25 000 chauffeurs de taxi en quatre ans. Condamnés au statut de travailleurs indépendants, une poignée de mutins réclament des droits salariaux.

Mark, chauffeur flexible, n’avait clairement pas conscience de ses privilèges. Pire, le nanti s’en plaignait  ! Au volant de sa Skoda grise, deux gros autocollants Uber plaqués sur les flancs, il enquillait les boulevards pollués de Manchester en ronchonnant. Ce n’étaient pas tellement les bouchons, ni la qualité discutable des routes, ni ses concurrents des compagnies de bus hors de prix qui l’agaçaient. Non, Mark allait peut-être manquer le match Manchester City - PSG, prévu ce jour-là à 19h45. «  Si je fais une bonne journée, je pourrai le voir. Sinon, il faudra travailler plus longtemps et je finirai trop tard. Là, c’est mal parti.  »

C’est que la frustration footballistique du Mancunien - ici, un mal inconsolable - avait réveillé une nature grincheuse. «  On est tous à notre compte, mon pote. Mais je me suis habitué à ça, j’ai été taxi pendant 9 ans. J’ai pas de congés payés. Si t’es malade, t’as le droit à rien. Faut juste aller bosser. Je pars bientôt. Je pars trois semaines. Alors quand tu reviens de vacances, t’es complètement à sec  !  » Mark avait beau rester calfeutré dans l’habitacle confortable de sa voiture environ 12 heures par jour (y compris le week-end), il soutenait mordicus que «  c’est vraiment difficile, mon pote, surtout depuis qu’ils ont baissé leurs tarifs.  »

Tel un black pudding gâté, sa mauvaise foi manifeste vous aurait presque retourné l’estomac. D’après son site, Uber n’était-il pas plutôt du genre à bichonner ses chauffeurs  ? «  Transformez votre voiture en machine à sous. Certains de nos chauffeurs-partenaires reçoivent en moyenne 2 250 livres [2 870 euros] par mois.  » Et puis la rutilante entreprise californienne mettait le paquet sur la «  flexibilité ultime  » qui permet de «  choisir [ses] propres heures, bien gagner [sa] vie et consacrer davantage de temps aux choses qui comptent le plus.  » Sauf que Mark n’y voyait là qu’un énième attrape-couillon dans cette formidable terre d’opportunités qu’est le Royaume-Uni. «  Bah, c’est bien la flexibilité. Mais si ça veut dire travailler 12 heures par jour pour gagner assez alors ça veut pas dire grand chose.  » Pour une course de 2,57 km, vous aviez crédité le compte de Mark de 3,59 livres (4,5 euros).

La suite à lire sur : http://cqfd-journal.org/Royaume-Uni-God-save-the-taxi

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Bugey c trip hiver # 8 - Samedi 18 février 2017 - Hauteville-Lompnes

Festival culturel et engagé depuis 2009. Fonctionnant sur la base de l’entrée à prix libre, l’événement et sa programmation musicale affirment une fois de plus leur dimension militante et alternative sur des sujets d’intérêts politiques, généraux, locaux, sociaux et...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

Les TCL explosent le tarif des amendes

C’est à l’unanimité que les membres du Sytral ont décidé vendredi d’exploser le tarif des amendes TCL au 1er avril, lors d’une réunion qu’on imagine fort joyeuse et arrosée. On les imagine, gras et repus autour de la table, s’esclaffer « Au diable l’avarice, arrondissons ! » tandis que d’autres...

SNCF : point de vue oublié d’un certain type « d’usager »

Partout l’usager de la SNCF est présenté comme énervé par « ces salauds de grévistes ». Et pourtant, il existe des usagers qui se réjouissent de leur existence. Et même qui voudraient bien que le train aille moins vite : vitesse partout, voyage nulle part ! A lire sur La...

> Tous les articles "Transport"