Site collaboratif d’infos alternatives

Sexisme, culture du viol : le Petit Paumé s’est-il totalement perdu ?

2 compléments

Cette année, le Petit Paumé a bien changé. Alors qu’en 2014 une rubrique « pour toi lyonnaise » faisait timidement son apparition sur le site internet, l’édition 2017 fait fi de cet essai de féminisme en se vautrant allégrement dans le machisme le plus banal.

Le Petit Paumé est une vieille institution bien connue des Lyonnais·es créée en 1968 par l’ancêtre de l’EMLYON Business School et qui se définit comme « un ami lyonnais que l’on consulte pour trouver des bons plans avant de sortir. Il émet un avis subjectif à partir d’un ressenti global. Il recommande certains établissements et en déconseille d’autres. »

Il est surtout un malheureux thermomètre du patriarcat ambiant. Distribué à quelques 250 000 exemplaires depuis le 8 octobre, jour du lancement de l’édition 2017 place Bellecour, aucune réaction sur son contenu n’a encore été émise. Et pourtant, il y aurait bien des choses à (re)dire. Ce n’est pas la qualité des commentaires que nous critiquons ici mais le ton machiste et misogyne utilisé tout au long du guide, sans que les auteur·e prennent conscience de la portée des mots utilisés.

La culture du viol en édito

Pour justifier la thématique annuelle, le retour de la Fête des Lumières, les auteur·es commencent par faire référence à l’annulation de l’année précédente en déclarant « Nous souhaitions également marquer notre impatience de retrouver notre chère Fête des Lumières violée en 2015 par la terreur de certains esprits peu lumineux. »

PNG - 2.8 Mo

Alors non, une fête n’est pas violée parce qu’elle est annulée. Un viol c’est une relation sexuelle non consentie. Détourner ce terme pour l’utiliser dans un contexte totalement inadéquat, c’est en nier la définition même et ça le banalise. Cela participe ainsi à la culture du viol dont est imprégnée la société française. Le fait qu’un des événements phare de la politique touristique lyonnaise ait été annulé a, plus qu’autre chose, été une libération pour les habitant·es qui ont pu profiter de leur ville sans l’habituelle horde de touristes du début décembre.

Une apologie du plus crade du porno

Mais, hélas, comme pour beaucoup de choses le meilleur (enfin ici le pire) est à la fin...

Ainsi à partir de la page 381 démarre une rubrique intitulée « Fripons ». Cette rubrique regroupe les sex shops, love shops et autres clubs libertins, décrits de façon plus ou moins graveleuse. La sexualité est vue principalement du point de vue des hommes hétérosexuels, où la femme n’est qu’un objet.

Trois pages ont particulièrement attiré notre attention. Glissées entre les descriptions de bar à hôtesses et autres bars à strip-tease, les rédacteurs (et rédactrices ?) ont cru bon de partager des compléments d’informations sur ce qu’il s’imaginent être pour eux (et elles ?) la sexualité.

La première page est ainsi consacrée au porno sur le web « Jeu de mains, jeux de coquins ». On y trouve une « liste du meilleur porno gratuit » et un classement des « plus bonnes de la toile »... La pornographie en elle-même n’est pas le problème, mais il s’agit là d’une caricature de ce que l’on peut trouver de pire, ce que la suite nous confirme vite.

La rubrique suivante, se voulant une rubrique francophone « Le porno que l’on peut com-prendre », le Petit Paumé fait la promotion d’un site tristement célèbre, « Jacquie et Michel ». Ce site, façade d’un des plus important et des plus rentables groupes de l’industrie pornographique française, est le fruit de très nombreuses critiques. Certaines pointent ses films pseudo-amateurs qui le plus souvent sont basés sur la soumission, l’humiliation et l’apologie du viol des femmes. D’autres portent sur ses liens avec l’extrême droite la plus dure en donnant la parole a un vieux taulier de la fachosphère.

JPEG - 1.2 Mo

Les femmes considérées comme des objets sexuels

Sur la page suivante (389), le Petit Paumé se permet de dresser un palmarès des meilleures positions sexuelles, à l’attention des hommes uniquement, évidemment. Seule la sexualité hétérosexuelle y est présentée et le consentement de la femme n’y est jamais évoqué, sûrement inutile aux yeux des auteurs. Les femmes sont passives, réduites à une fonction d’objet sexuel quand l’homme est présenté comme actif et seul pourvoyeur de plaisir pour la femme.

La position recommandée par le Petit Paumé, où le mot viol aurait plus de sens que dans l’édito, est édifiante : « C’est une dure journée pour moi, je décide de tout : plus vite ? Plus fort ? Nos enfants vont marcher à quatre pattes jusqu’à leur 5 ans. »

JPEG - 642.6 ko

La prostitution lyonnaise présentée comme une balade touristique

Enfin, la page 391 est dédiée aux différents lieux de prostitution, pour que les hommes puissent se décider selon leurs « goûts » et leur portefeuille.

On y retrouve une banalisation (encore) des femmes rendues objets. La rubrique est teintée de racisme, mentionnant qu’elles sont « rangées par ethnie ». Le tout est écrit sur un ton potache. La prostitution est un lieu d’initiation pour les « puceaux, loosers et mauvais coups », les conditions de travail sont exotisées, minimisant la violence sociale de leur situation. La relégation des prostituées de Confluence à Perrache est présenté comme une chance pour le client puisque maintenant elles sont encore plus nombreuses dans leur camion joliment illuminé par des bougies, la « prostitution de proximité » est vantée, tel un service rendu, ou un commerce comme un autre.

Les prostitués sont donc au service des hommes, pour leur apprendre la sexualité ou pour les « soulager ».
Finalement, la répression policière est ici présentée comme un jeu « PS1 : la prostitution c’est mal, et si vous êtes pris sur le fait vous en aurez pour votre argent : 1500 € d’amende soit environ 75 fellations ou 3 jours de salaires brut d’un député. »

JPEG - 785 ko

Une équipe de rédaction en roue libre

On ne fera pas une critique exhaustive de toutes les descriptions des bars, restaurants et autres, elles aussi sexistes et racistes.

Ce qui est affligeant est que tout cela à l’air totalement banal et ne semble poser aucun problème à ces auteur·es. Leur seul souci est d’éviter tout nouveau procès en tâchant de ne pas être trop irrévérencieux, car ils se sont « rendu compte de la popularité du guide auprès des Lyonnais et de la responsabilité qui en découle vis-à-vis des entreprises dont on parle. » Pour cela, un avocat relit gracieusement le guide [1].

Dommage que ces étudiant·es n’aient aucun conseiller pour les prévenir du sexisme et racisme qu’ils reproduisent et que selon eux, ni l’un ni l’autre ne fassent partie « d’une impasse sur un code de bonne conduite, garant [du] sérieux et de [l’] intégrité » du Petit Paumé.

PNG - 45.9 ko

Ces immondices sont à mettre en lien avec l’affaire des publicités Bagelstein, lorsque cette enseigne de bagels fait impunément du sexisme la base de sa stratégie publicitaire. Une affaire révélatrice du climat ambiant.

Alors que cela fait plus de 3 semaines que ce guide est sorti et que la plupart des institutions et des entreprises locales lyonnaises sont dedans, ni ces dernières et ni aucun lecteurs-trices n’a pour l’instant réagi...

Cher Petit Paumé, nous espérons que tu retrouves un jour ton chemin, en attendant, pour cette année, la poubelle sera le tien.

P.-S.

Article réalisé dans le cadre du collectif d’entraide à la rédaction.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 7 novembre 2016 à 10:29, par Anonyme

    On peut noter aussi dans la partie Prostitution : "il n’y a ni Vierge ni enfant (espérons-le pour vous)." Ah bon ? Ils l’espèrent pour nous ? Pas pour les enfants concernés ?

  • Le 3 novembre 2016 à 20:00, par

    Pour un site qui se bat contre la culture du viol vous utiliser aussi des termes extrêmement inappropriés ... Le viol n’est pas "une relation sexuelle non-consentie", c’est un viol, c’est un acte de violence pas une relation sexuelle. On ne parle pas de nager en respirant et nager sans respirer, on dit nager et se noyer, ce sont deux choses très différentes...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

Présentation du Caaf Lyon : Collectif d’autodéfense et d’action féministe

Face à nos agresseurs, autodéfense et action féministes ! Texte de présentation d’un collectif de meufs créé par nécessité de s’organiser face aux viols, aux agressions, aux violences sexistes, à l’isolement de leurs victimes et à l’impunité de leurs auteurs (aussi et notamment dans le "milieu" militant !)....

"Ne crois pas avoir de droits", interview du collectif de traductrices

Le mois dernier paraissait en France "Ne crois pas avoir de droits". C’est le récit d’une expérience politique menée par un groupe de femmes de Milan entre les années 60 et 80. Publié en 1987 en Italie, il vient d’être traduit en français. À l’occasion de sa présentation à Grenoble, nous avons lu le...

> Tous les articles "Rapports sociaux de genre"