Site collaboratif d’infos alternatives

Tour de France de quelques horreurs faites aux pauvres en période de grand froid

Alors que les températures extérieures descendent dans le négatif, préfets et maires de France rivalisent de dégueulasserie dans le traitement qu’ils réservent à celles et ceux qui sont privés de logement. Qu’ils ferment des lieux d’accueil, refusent d’ouvrir des lieux de mise à l’abri ou envoient plus ou moins directement leurs flics harceler celles et ceux qui dorment dehors, tous ont en commun de se comporter de manière inhumaine. Passage en revue d’horreurs révélées dans les deux dernières semaines.

À Lyon, préfecture et mairie assument des places d’hébergement insuffisantes

Le vendredi 6 janvier, le collectif des professionnel.le.s de l’urgence sociale (PUS) alertait sur la non-ouverture d’un second gymnase pourtant manifestement nécessaire au vu du nombre de personnes contraintes de dormir dehors à Lyon. Le lendemain, l’adjointe au maire aux affaires sociales, Zohra Aït-Maten, confirmait malgré elle les informations du collectif, précisant que les services de la préfecture n’avaient pas jugé cette ouverture nécessaire. Les données sur lesquelles ces services s’appuient pour évaluer la nécessité sont inconnues et semblent assez inadaptées tant le nombre de personnes dormant dehors, environ 2000 à Lyon selon la FNARS, est important. Une semaine après, le collectif PUS lançait une seconde alerte sur la situation dramatique à Lyon.

Le fait est que des personnes ont dormi dans la rue à -10° alors qu’elles avaient sollicité le 115 ou le Samu social pour une place d’hébergement. Aujourd’hui, au-delà des bisbilles entre la préfecture et la mairie, nous continuons à dénoncer le manque de places d’hébergement.

Nous sommes obligé.e.s de constater en ce 12 janvier, alors que les températures sont passées en dessous de zéro, que toutes les places d’hébergement prévues et financées pour l’hiver (donc officiellement depuis le 2 novembre, début du plan froid) n’existent toujours pas. Ces derniers jours, seulement 140 personnes ont été mises à l’abri dans un gymnase (de 18H à 10H, retournant la journée dans le froid). C’est bien dérisoire, au regard des chiffres transmis par le 115 (entre 250 et 350 personnes par jour en moyenne et 1500 sur 15 jours) et le Samu social et surtout, inadmissible comme proposition, à l’heure où toutes les autres solutions d’hébergement plus décentes n’ont toujours pas été mises en œuvre.

Le 19 janvier, le Samu social et les professionnel.le.s de l’urgence sociale étaient en grève et manifestaient pour dénoncer le manque de places d’hébergement dans le Rhône. Le 21 janvier, malgré des températures flirtant avec les -10°C, la préfecture ne mettait toujours pas tout en œuvre pour mettre à l’abri les personnes qui dorment dehors. Le collectif PUS écrivait alors :

Nous ne souhaitons pas être contraints d’engager un mouvement de plus grande ampleur. Néanmoins, nous nous y résoudrons sans réaction forte et immédiate des pouvoirs publics. Car nous restons convaincus qu’à -10°C, les engagements ministériels doivent être suivis d’effets.

Car que ce soit à -10° ou en période estivale, la souffrance des personnes sans abris se doit d’être entendue et reconnue, et nous restons convaincus que la loi se doit d’être appliquée, et les moyens nécessaires proposés aux acteurs de terrain.

À Paris, les policiers confisquent les couvertures de migrants qui dorment dehors

C’est Médecins sans Frontières qui a révélé cette hallucinante violence qui met directement les personnes en danger de mort en raison des températures glaciales qui règnent dans la capitale.

Les policiers harcèlent les migrants en leur confisquant leurs couvertures, utilisant parfois des gaz lacrymogènes pour les disperser, allant jusqu’à leur interdire de s’asseoir dans la file d’attente du centre humanitaire de la Chapelle où ils attendent une place d’hébergement. Ces pratiques inacceptables mettent en danger la vie des migrants : les équipes de Médecins Sans Frontières ont dû prendre en charge huit personnes proches de l’hypothermie.

Le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux, a défendu le travail des flics en assurant, sans rire, qu’ils allaient « continuer à (le) faire, avec toute l’humanité qui est consubstantielle à (leur) responsabilité ». Tentant pathétiquement de justifier leurs actes inqualifiables, il a même suggéré que confisquer des couvertures s’inscrirait dans « une forme de contrainte à mettre à l’abri quelqu’un ». Comme si, alors que le 115 est saturé à Paris comme ailleurs et que les solutions d’hébergement d’urgence manquent, les flics avaient d’autres intentions et objectifs que d’intimider ces migrants pour les chasser. Enlever à des personnes la morceau de tissu qui leur permet de se protéger un peu du froid, voilà une curieuse manière de les mettre à l’abri.

À Strasbourg, les policiers municipaux réveillent les SDF en voiture

C’est une vidéo amateur de 35 secondes qui révèle cette pratique dégueulasse. On y voit une voiture de la police municipale strasbourgeoise pénétrer dans un passage réservé aux piétons où des personnes se sont réfugiées pour dormir. Les policiers réveillent ces personnes avant de reculer rapidement vers la personne qui filme et de lui demander de cesser. Il est 6h du matin et cette pratique de réveil forcé serait quotidienne. Le militant qui a filmé explique à Rue89 Strasbourg :

On avait eu des échos de patrouilles de police qui dérangeaient les SDF au petit matin. Je voulais voir si c’était vrai et effectivement. Les policiers réveillent les SDF et leur demandent de quitter les lieux depuis leur voiture.

Là encore, la municipalité se défend piteusement en dégainant un argument auquel nul ne peut croire : si les SDF ont été réveillés brutalement aux aurores, ce serait à des fins d’entretien des rues. Entretenir les rues ? À Strasbourg comme ailleurs, le spectre de l’hygiénisme et de l’évacuation des populations indésirables n’est jamais bien loin.

À Tours, un centre d’hébergement fermé brutalement à la veille de Noël

Les résidents et salarié.e.s du foyer d’hébergement d’urgence Albert Thomas ont appris seulement 24h à l’avance que le lieu allait fermer le 23 décembre.

Le 22 décembre dernier, le Tribunal de Grande Instance de Tours a décidé la liquidation judiciaire de « l’association Albert Thomas », gestionnaire du foyer d’urgence Albert Thomas (accueillant 36 résidents) et bailleur d’appartements représentant 21 places d’hébergement d’urgence. Cette liquidation peut entraîner de facto l’expulsion des 36 résidents actuels du Foyer.
Source : La Rotative

Depuis l’annonce, résidents et ex-salarié.e.s occupent les lieux. Les manifestations de soutien se multiplient, rassemblant de nombreuses personnes. Le maire, Serge Babary, et le préfet, Louis Le Franc, ainsi que leurs services font la sourde oreille aux revendications et profitent même cyniquement du fait d’avoir ouvert un gymnase dans le cadre du Plan Froid pour prétendre avoir amélioré la situation. Tout aussi cynique, l’opposition PS essaie d’instrumentaliser la situation pour redorer son image sociale. C’est sans compter sur la détermination des résidents, des salarié.e.s et de leurs soutiens qui tiennent bon. La Rotative fait régulièrement le point sur la situation.

À Tours toujours, une bonne nouvelle semblait être arrivée lorsque le Conseil d’État a confirmé l’illégalité de l’arrêté anti-mendicité pris par l’ancien maire en décembre 2013. Repris systématiquement par le maire actuel, ce dispositif aurait donc dû disparaître après cette confirmation. Mais le mépris pour les pauvres des élus n’ayant aucune limite, l’adjoint au maire de Tours en charge de la sécurité a aussitôt confirmé dans la presse souhaiter récidiver rapidement malgré cette condamnation. Ses propos synthétisent de manière éloquente ce que des représentants politiques se sentent aujourd’hui autorisés à penser et à dire : « Mon message consiste à dire à ces personnes qu’elles ne sont plus les bienvenues à Tours ».

Banalité du mal

Forgé par Hannah Arendt, le concept de banalité du mal repose sur l’idée que le mal peut-être l’œuvre de gens ordinaires et médiocres qui obéissent aveuglément dans un système organisé. Il est toujours difficile de savoir quand le mot « mal » devient adapté pour décrire une situation. La mise en danger et la violence des outrages dont ministres, préfets, élus et policiers se rendent sciemment coupables à l’encontre de personnes dont ils disposent pourtant du pouvoir d’au moins les mettre à l’abri [1] est clairement de ce ressort.

Notes

[1Les préfets et les maires partagent par exemple le droit de réquisitionner les innombrables logements vides qui se trouvent dans nos villes.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

"Pas de familles remises à la rue ! La préfecture doit appliquer la loi !"

Le collectif Jamais Sans Toit refuse que des familles soient remises à la rue vendredi 31 mars, et veut que la préfecture applique la loi française qui stipule que des familles prises en charge dans le cadre de l’hébergement d’urgence doivent le rester ou se voir proposer une solution d’hébergement....

Enfants en souffrance - Ecole Grandclément en résistance !

Le collectif Jamais sans toit Grandclément s’est reconstitué suite aux situations de 2 familles qui sont à la rue. Après un repas solidaire, le collectif organise une manifestation devant l’école MArdi 28 Mars à 8h - Venez nombreux avec vos tentes & duvets...

> Tous les articles "Logement - Squat"