Site collaboratif d’infos alternatives

Zehra Dogan jetée en prison : réagissons !

Zehra, journaliste de l’agence féminine JINHA, accusée d’être membre d’organisation illégale, pour ses articles et dessins, est actuellement détenue dans la prison des femmes, à Mardin.
Kedistan lance une campagne de solidarité, avec l’accord de ses amis et proches, pour dire aussi bien à Zehra qu’aux autorités qui l’ont mise en prison, qu’elle n’est pas seule.
Soyez-en sûrs, elle partagera cette solidarité avec ses co-détenues.

Zehra Dogan, qui avait été mise en garde à vue en Turquie le 21 juillet, vient d’être jetée en prison, après une parodie de passage devant un juge.

Les accusations élastiques de “liens terroristes”, permises à la fois par la nouvelle loi et par la situation d’après coup d’état, sont graves. Le fait qu’une journaliste puisse être accusée pour son activité, l’usage de moyens de communication qui sont les siens, montre bien où conduit ce régime qui a confisqué la justice et démis tous les juges qui n’étaient pas encore à la botte du Sultan ces derniers jours. Le journalisme en Turquie mène à la prison, et doublement lorsqu’on est Kurde.

Zehra Dogan, journaliste de l’agence féminine JINHA, avait été mise en garde à vue le 21 juillet, à Mardin, en même temps que Mazlum Kavak, conseiller du député HDP Ali Atalan. Mazlum Kavak a été libéré sous contrôle judiciaire, mais Zehra elle, envoyée en prison.

Zehra était une des rares journalistes qui travaillaient à Nusaybin, même pendant la longue période de couvre-feu. Elle a été arrêtée sur une terrasse de café dans la commune de Yenişehir, alors qu’elle était accompagnée de Mazlum Kavak.

Après la garde à vue, elle a comparu aujourd’hui devant le tribunal de Mardin. Des pseudos témoins, ont été présentés contre elle. Ils exprimaient pourtant qu’ils ne connaissaient pas personnellement Zehra, qu’ils venaient d’apprendre son nom à l’audience, mais qu’ils l’ont vue travailler en compagnie de Bilal Gündem, un de ses collègues journaliste, récemment arrêté lui aussi. Cela a suffi au tribunal pour décider que Zehra devait être mise derrière les barreaux, sous “suspicion de fuite possible”, et pour être jugée ultérieurement comme « membre d’organisation illégale ».

Zehra pour sa défense, a précisé qu’elle est journaliste, membre du TGS, syndicat des journalistes et enregistrée à l’administration de la sécurité sociale en tant que journaliste. Elle a ajouté que toutes les accusations menées à son encontre concernent son activité professionnelle, et que les témoignages expriment qu’elle ne faisait que travailler. Ceux-ci ne peuvent donc pas être considérés comme preuves de délit. En effet, Bilal Gündem, confrère de Zehra, avait été également mis en garde à vue récemment, toujours sur des témoignages semblables. Il a été libéré depuis.

Les avocats de Zehra ont à leur tour souligné les mêmes points. Ils ont précisé que ses partages sur les médias sociaux et ses dessins ne peuvent pas être considérés comme soutien à une organisation illégale. Zehra a été envoyée à la prison de Mardin.

La suite à lire sur : http://www.kedistan.net/2016/07/23/zehra-dogan-en-prison

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

Mort de Shaoyo Liu : dans les médias, le retour du péril jaune

Le Parisien révèle, dans un article récent, le contenu d’une « note ultra-confidentielle » de la DGSI. Selon le document, le mouvement de protestation en réaction à la mort de Shaoyo Liu serait « infiltré » par des « réseaux mafieux » et des « agents de Pékin ». Une présentation pourtant trompeuse, reprise...

Radio Canut encore prise pour cible

A priori dans la nuit du 27 au 28 mars 2017, la devanture de Radio Canut a une nouvelle fois été prise pour cible. Quand les vitres sont prises pour cibles, ce n’est pas juste pour le plaisir, mais bien pour tenter de briser la...

> Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

"Ne crois pas avoir de droits", interview du collectif de traductrices

Le mois dernier paraissait en France "Ne crois pas avoir de droits". C’est le récit d’une expérience politique menée par un groupe de femmes de Milan entre les années 60 et 80. Publié en 1987 en Italie, il vient d’être traduit en français. À l’occasion de sa présentation à Grenoble, nous avons lu le...

La Chapelle : du squat au rachat collectif ?

Le plus vieux squat politique de France, La Chapelle, véritable lieu d’expérimentation sociale, politique et artistique, qui existe depuis 1993, à Toulouse, lance un appel aux dons pour pérenniser son existence !

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"