Apartheid social

Analyse et réflexion Apartheid social

Attentat à Charlie Hebdo : et maintenant, que va-t-il se passer ? Les mesures liberticides

Suite à l’attentat à Charlie Hebdo ayant fait 12 morts et les autres événements suivants, le gouvernement français ainsi que l’ensemble de la communauté internationale réagit et s’organise pour faire face à la « menace terroriste islamique ». Cet article a pour vocation de constituer un aperçu des mesures sécuritaires déjà mises en place, et une réflexion sur les conséquences qu’elles vont avoir à différentes échelles.
Voici aussi une compilation des articles publiés sur Rebellyon.info

Analyse et réflexion Apartheid social

L’amalgame a bâti la France

Je suis dessinateur de presse, arabe... mais seulement... ami avec Charlie ! (...) J’allais chez Charlie Hebdo depuis le lycée, ca date ! Et puis la dernière fois, c’était en septembre dernier, j’ai partagé une assiette d’huitres avec Tignous, 3 jours de poilade et d’amitié franche... Alors depuis hier, je n’ai rien pu dessiner. Depuis hier, je reçois des messages d’amitiés, des pensées, et aussi des demandes de dessins, et de participation. Mais je reste comme un con devant ma feuille blanche.
Un texte personnel du dessinateur Halim Mahmoudi. Au cœur du débat qu’il
faudrait réussir à porter sur la place publique.

Infos locales Apartheid social

Charlie Hebdo, au-delà du drame humain, quel avenir collectif ?

Comme beaucoup j’ai ressenti un bon coup sur la nuque mercredi en entendant les nouvelles. [—] Au-delà des premières réactions, épidermiques, j’ai surtout commencé à m’inquiéter, non pas de l’acte en lui-même et des possibles reproductions d’un tel massacre, mais de ses conséquences sur la société française à plus ou moins brève échéance, des risques sécuritaires, racistes ou va-t’en guerre, qui agitent déjà dans l’arrière-fond médiatique.
Lire aussi :
- Notre rapport avec Charlie Hebdo
- Vague d’actes racistes et islamophobes dans la région et partout en France (Maj : 10/01)
- Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer

A lire sur d’autres sites Répression - prisons

Au sujet du meurtre devant le commissariat à Joué-les-Tours

À l’annonce de cette mort par les médias selon la version des policiers mis en cause, quelques choses sonnent faux dès le départ et rappellent la stratégie d’un scénario bien préparé comme dans l’affaire de Rémy Fraisse, de grands moyens sont déployés de suite, prise de position du ministre de l’Intérieur qui confirme la version des policiers alors même qu’aucune enquête n’est faite.

Brèves Apartheid social

Le PC du ministre du travail hacké

Nous revendiquons le hacking de l’ordinateur du ministre du travail François Rebsamen.
Nous avions dans un premier temps pensé remplacer son fond d’écran d’ordinateur par une citation bien sentie, pour lui montrer que nous avions l’arme de la critique et qu’on comptait bien pendre le dernier bureaucrate avec les tripes du dernier capitaliste.
En pratiquant la psychogéographie [1] sur son disque dur, nous sommes tombés sur un document accablant que nous vous soumettons :
Le travail de demain par (...)

Infos locales Apartheid social

« Jamais sans toit », les occupations et la lutte continuent

Depuis le jeudi 20 Novembre, date de la journée des droits de l’enfants, plusieurs écoles lyonnaises sont occupées à l’initative du collectif Jamais Sans Toit.
Lors de la rencontre entre la préfecture et le collectif, Carenco continue de nier l’urgence pour près de 200 enfants scolarisés sans logements. Plusieurs écoles sont toujours occupées (liens dans l’article)
La Megacombi consacre son émission de cette semaine (écoutable en ligne sur Rebellyon) à ceux qui luttent dans les écoles, dans la rue ou dans les squats pour donner à toutes et tous un toit.
Sur la question du logement, relire également le suivi et les témoignages de l’occupation (et expulsion) de l’immeuble rue Cazeneuve.
Un rassemblement est appelé mardi 2 décembre à 10h00 devant le palais de Justice de Lyon (24 colonnes) en soutien au père Gérard Riffard accusé pour avoir hébergé des personnes à la rue et sans-papier.
Jeudi 4 décembre : Bal à Bistan en soutien aux écoles occupées

Infos locales Apartheid social

L’école Victor Hugo reste occupée

Suite à la rencontre le jeudi 27/11 entre 11 membres du collectif « Jamais sans toit » et la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale), le comité « Jamais sans toit » de l’école Victor Hugo (Lyon 1er), jugeant insatisfaisantes les réponses apportées par M. MAY-CARLE, directeur de la DDCS, a décidé de continuer l’occupation du gymnase pour y héberger les 5 familles d’élèves sans logement.

Infos locales Apartheid social

L’occupation des écoles continue à Lyon

Après une première soirée d’occupation des écoles, le jour de l’anniversaire des droits de l’enfant (censés garantir un droit inaliénable à avoir un toit) jeudi dernier et une première réponse du préfet, les occupations continuent cette semaine dans différentes écoles de l’agglomération.
Voir aussi : Communiqué du comité Victor HUGO
Occupation de l’école Jean Giono
La Chorale Chant’sans pap’Yé vient soutenir le collectif Jamais sans toit

Brèves Apartheid social

La ville de Mions ne veut plus adhérer aux dispositifs d’aide au chômeurs

La Politique de la Ville (c’est le nom qu’on donne à l’ensemble des politiques sociales menées sur un territoire) est un puissant outil de contrôle des populations aux mains du pouvoir local.
Lors du dernier Conseil Municipal, la nouvelle majorité UMP de Mions a invoqué des restrictions budgétaires pour rompre son partenariat avec Uni-Est et la Mission llocale.
Uni-Est est l’organisme qui assure la coordination des Plans locaux pluriannuels pour l’Insertion et l’Emploi. Il gère l’utilisation du (...)

| 1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 18 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info