Site collaboratif d’infos alternatives

Le chantier frauduleux du projet de "grand stade OL-land" de Décines occupé

OL Land 1 complément

Un groupe d’opposant-e-s à OL-Land a réussi, ce lundi 13 janvier 2014 dès l’aube, à bloquer partiellement l’entrée du chantier de construction du « grand stade » de l’Olympique Lyonnais en s’enchaînant au portail, ainsi qu’à occuper une grue.

Peu avant 7h du matin, l’entrée du parking pour les véhicules légers et les livraisons situé au 102, rue Sully à Décines est bloquée par une poignée de résistants à ce projet pharaonique, amarrés aux grilles du portail à l’aide de chaînes et de cadenas en « U » fixés autour du cou, les bras soudés ensemble par des tuyaux verrouillés. Au-dessus d’eux, une banderole, « Des moutons, pas du béton », et devant eux « Stoppons OL-land ! ».

JPEG - 118 ko

A quelques centaines de mètres de là, trois opposant-e-s ont réussi parallèlement à occuper une grue. Ils ont déployé en haut de celle-ci des banderoles bien visibles depuis les bouchons automobiles matinaux qui longent la palissade du chantier vers la rocade Est : « Grand projet inutile ».

« En plus d’être illégitime car accaparant l’argent public pour des intérêts privés et initié dans le refus de toute consultation de la population, ce chantier est également illégal juridiquement en ce qui concerne la construction des voies d’accès », explique Laure [1], membre du collectif d’opposant-e-s. Pour le moment, les autorisations pour le raccordement de la ligne de tram sont bloquées par la justice, mais les travaux se poursuivent en toute illégalité sous les auspices du Grand Lyon. [2] C’est qu’il faut à tout prix avancer pour être prêts pour l’Euro 2016. Or, c’est justement la grue dédiée à la construction des voies d’accès pour le raccordement du tram, parmi la douzaine d’autres en activité sur le chantier, qui est occupée et bloquée.

JPEG - 103.4 ko

Retour sur les lieux du blocage de la grille d’entrée du chantier. A quelques mètres des opposants, les ouvriers venant travailler vers 7h du matin se tiennent debout, étonnés, mais plutôt amusés qu’en colère. Un groupe d’entre eux, proches de l’âge de la retraite, issus de la région lyonnaise, acquiesce lorsque les opposants expliquent que le projet s’est construit sur des mensonges, de nombreux emplois locaux étant initialement promis. « On ne peut qu’être d’accord avec vous et vous soutenir sur ce point », regrette l’un d’eux, amer. Plus loin, un groupe, bien plus nombreux, de jeunes ouvriers de toutes origines, certains venant du sud de la France, d’autres parlant peu le français car venant d’autres pays européens, attend aussi. Là encore, pas de panique. Certains se résignent à aller faire le tour du chantier pour entrer, ils en seront quittes pour une petite ballade matinale. D’autres attendent : « De toutes façons je suis payé, les patrons sont au courant, c’est à eux de réagir », sourit un maçon. D’autres savourent cette pause opportune qui leur est donnée de bon matin : « Vous revenez demain ? Et tous les autres jours de la semaine ? Dans ce cas, bloquez aussi l’entrée des poids lourds ! ».

La police municipale observe la situation, puis relève les identités de la majorité de la cinquantaine de personnes qui se trouve sur les lieux. Des agents de la BAC (brigade anti-criminalité) procèdent à des fouilles au corps aléatoires tout autour du chantier. Les bloqueurs et leurs soutiens actifs semblent ne pas vouloir la confrontation avec la police et les ouvriers, privilégiant le dialogue. Autour d’eux, quelques personnes venues en soutien, parmi lesquels quelques militants de l’association « Carton Rouge » qui lutte historiquement contre le stade.

JPEG - 97.8 ko

Vers 10h, cela fait déjà trois heures que l’entrée est bloquée, il ne reste plus qu’une dizaine d’ouvriers en attente, les cinq enchaînés se détachent… et, contrairement aux déclarations données au préalable, se font embarquer par la police et par la BAC, menottes aux poignets direction le commissariat de Meyzieu.

Le reste du groupe se rend devant les grues à l’extérieur des palissades. Le GIPN (Groupe d’Intervention de la Police Nationale) arrive sur les lieux en vue d’une intervention pour déloger les trois résistants toujours sur la plateforme supérieure de la grue. Ceux-ci décident alors de descendre après avoir allumé un feu de Bengale et, accompagnés d’un militant resté en bas de la grue, ils se font emmener à leur tour au commissariat, rejoints par une dixième personne venue en soutien.

Le 11ème interpellé de l’affaire, c’est bien sûr Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon et président du Grand Lyon, qui doit voir d’un oeil inquiet un regain de l’opposition à son projet-phare inutile alors que la campagne pour les élections municipales de 2014 a commencé. Mercredi 8 janvier déjà, des opposants s’étaient invités à l’inauguration d’une nouvelle boutique de l’OL à Lyon en tapant sur des casseroles aux cris de « Collomb = corruption ». [3]

Notes

[1Le prénom a été changé.

[2La déclaration d’utilité publique des travaux de l’extension de la ligne de tram T3 prononcée le 23 janvier 2012 a été retoquée par le tribunal administratif le 10 avril 2013, estimant que le budget des travaux était intentionnellement sous-évalué. Ce jugement a été confirmé par la Cour administrative d’appel le 27 novembre 2013.

[3Voir à ce propos le film très documenté sur l’affaire OL-land : Corrompu(es)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Ecologie - nucléaire - alternatives » :

Semaine d’action à Bure du 19 au 26 juin : goûter interminable !

On sent bien maintenant que le sens de nos vies se cherche dans des lieux communs et autonomes : dans les salles autogérées de fac, dans les cantines urbaines, dans les zones à défendre… A Bure, la recherche d’autonomie politique prend place à la fois dans des maisons collectives achetées et dans le...

À propos du gel

Les récents épisodes de gel en Suisse (2 dernières semaines d’avril) ont détruit les bourgeons d’une grande partie des vignes et des arbres fruitiers. Pourtant, le traitement journalistique qui fait état de ce désastre passe sous silence les problèmes profonds de la production agricole dans le...

L’air, un produit "rentable" pour Le Progrès

Lu dans le Progrès, comment l’écologie ne devient qu’un simple investissement comme un autre. Comment la qualité de l’air n’est rien d’autre qu’une simple marchandise où il faut investir pour faire du profit.

> Tous les articles "Ecologie - nucléaire - alternatives"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

Verrouillage des frontières et des routes migratoires

Au début des années 2000, le gouvernement espagnol stoppe l’immigration subsaharienne et ferme l’accès aux enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila en déployant les premiers grillages autour de celles-ci. Dès lors, et en fonction du moment et de leurs intérêts, les autorités n’ont eu de cesse de bloquer...

Réjouissances et confrontations

« Rien de réjouissant, au bout du compte, à devoir affronter ceux qui, si les chemins de nos vies respectives avaient été autres, auraient pu faire, qui sait ? de joyeux compagnons de boisson »

> Tous les articles "Globalisation - capitalisme"