Acharnement psychiatrique sur une camarade

3594 visites
4 compléments

Depuis vendredi 20 avril Christine est internée de force au centre hospitalier Le Valmont (Montéleger), près de Valence.

Depuis vendredi 20 avril Christine est internée de force au centre hospitalier Le Valmont (Montéleger), près de Valence. Elle est depuis lors à l’isolement et doit très certainement y être maintenue à l’appui et/ou au chantage de méthodes destructrices (camisoles physique et chimique). Après une semaine sans aucun contact avec l’extérieur, elle n’a toujours droit à aucune visite.

Vendredi matin Christine avait rendez-vous au Valmont dans le cadre d’une conciliation où elle voulait contester le bien fondé d’une Hospitalisation sans Consentement qu’elle avait subit au mois de novembre dernier dans ce même établissement.

En arrivant sur place, témoin d’une gestion musclée d’un patient, elle est intervenue jugeant la situation intolérable. Ni une ni deux, c’est elle qui se retrouve maîtrisée à son tour. Sur l’avis d’un médecin elle est alors elle même internée sous ADRE (Admission sur Décision d’un Représentant de l’Etat, mesure d’hospitalisation sans consentement remplaçant les anciennes Hospitalisations d’Office depuis la réforme sur la psychiatrie d’Août 2011).

Christine n’en est malheureusement pas à son premier internement sans consentement. Nombreuses insoumissions à diverses autorités publiques l’y ont déjà mené (ce qui fut le cas en novembre). A chaque fois la réponse des autorités est la même, une psychiatrisation de sa contestation. Et ce processus devient un engrenage infernal au-delà duquel il devient difficile de sortir sans courber l’échine. La volonté affichée est claire : briser toute velléité protestataire.
Plus généralement, la psychiatrisation devient un des modes de gestion de la contestation sociale et la réforme sur la psychiatrie de l’été dernier ne fait que faciliter ces méthodes.

L’autorité médicale du Valmont, avec l’appui de la préfecture de la Drôme, semble vouloir maintenir Christine dans ces conditions jusqu’à venir à bout de sa résistance.
La mesure d’internement forcé n’étant toujours pas levée, Christine sera présentée devant un Juge de la Détention et des Libertés (JLD) jeudi 3 mai à 11h au tribunal de Valence. Celui-ci devra statuer sur le maintien ou non de son hospitalisation.

Exigeons la libération immédiate de notre camarade.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 mai 2012 à 16:38

    Christine libérée !!

    Ce vendredi matin (11/05/12) avait lieu au Tribunal de valence la deuxième audience de Christine devant le Juge des Libertés et de la Détention à l’issue de laquelle ce dernier devait statuer sur le maintien ou la levée de son hospitalisation sans consentement. Il a été décidé de la libérer notamment suite au compte rendu de l’expertise psychologique demandée lors de la première audience (03/05/12) et qui a eu lieu ce lundi.
    A l’issue de trois semaines d’enfermement, ce rapport fait apparaître que l’état de Christine « ne présente pas [actuellement] de troubles mentaux compromettant la sécurité des personnes ou portant atteinte de façon grave à l’ordre public et nécessitant des soins en milieu spécialisé ».

    Mort aux vaches ! Vive les brebis !!

  • Le 5 mai 2012 à 10:34, par legitimerevolte

    Suite à l’internement d’un berger et d’un écologiste, nous avons créé un groupe de solidarité pour aider unir nos forces et dénoncer ces violences.

    Comité contre l’utilisation politique de la psychiatrie.
    L’adresse mail est
    hospitalisationspolitique@gmx.fr

    Téléphone : 09.50.63.55.13

    Nous sommes en réseau, avec la Ligue des Droits de l’ Homme, le CRPA, le Syndicat de la magistrature, des avocats

    A bientôt
    L’union fait la force

  • Le 5 mai 2012 à 09:22, par armando84

    Contre la psychiatrisation de la révolte
    Rassemblement vendredi 11 mai à 9h30 au tribunal de Valence


    Pour plus d’infos sur le début de la procédure voir sur :
    http://rebellyon.info/Acharnement-psychiatrique-sur-une.html

    Christine a été présenté jeudi matin (03/05/12) devant la JLD (Juge de la
    détention et des libertés) au tribunal de Valence. Ce dernier devait
    statuer sur son maintien ou non en Hospitalisation sans Consentement (1).
    Sur la base des éléments avancés par son avocate, le JLD a alors décidé de
    faire établir une contre-expertise médicale afin de réexaminer le dossier
    lors d’une prochaine audience, le vendredi 11 mai à 10h.

    Quelques personnes étaient présentes pour témoigner leur soutien à
    Christine mais se sont vu refuser l’accès à la salle d’audience par le
    juge, qui a d’abord prétexter que ce type d’audiences n’étaient jamais
    publiques. Puis se reprenant ensuite en arguant que l’audience ne pouvait
    être publique afin de ne pas « porter atteinte à l’intimité de la vie
    privé » de Christine (2).
    Tout comme la mesure d’isolement interdisant les visites à Christine,
    cette pratique confirme la volonté de maintenir une chape de plomb sur ce
    type de procédure.

    Christine reste donc maintenu au Valmont en Hospitalisation sans
    Consentement. Cela fait maintenant deux semaine qu’elle est à l’isolement
    et les médecins ne semblent pas vouloir revenir sur cette décision.
    L’isolement consiste en une suppression de tout contact avec l’extérieur
    (visites, même de sa famille, radio, livres, téléphone...) seul le
    courrier lui est actuellement autorisé est peut être à tout instant
    supprimé par décision administrative ou médicale.
    Étant son seul contact avec l’extérieur n’hésitons pas à lui écrire à
    cette adresse :

    Christine RIBAILLIY,
    Centre Hospitalier LE VALMONT
    Pavillon de la Tour
    26760 MONTELEGER

    L’audience du JLD sera décisive sur la suite de son hospitalisation. Si
    elle est maintenue, l’examen de son bien fondé par le JLD ne se fera alors
    plus que tous les 6 mois. Laissant entre temps les médecins psychiatres
    les seuls à même de décider de la suite de la procédure.

    Soyons donc nombreux ce jour là pour manifester notre soutien à Christine
    face à cette situation intolérable et pour demander sa libération
    immédiate.

    RDV vendredi 11 mai à 9h30 devant le Tribunal de Valence.

    (1) La mesure exacte d’hopitalisation sans consentenment est une ASPDRE (
    Admission en Soins Psychiatriques à la Demande d’un Représentant de
    l’Etat).

    (2)L’art L3211-12-2 du code de santé publique prévoit que ces audiences
    doivent normalement être publiques, mais il permet surtout sous prétexte
    « d’atteinte à l’intimité de la vie privé » ou de risques « de désordres
    de nature à troubler la sérénité de la justice » qu’elles se tiennent à
    huis clos. Tout comme de la même manière l’autorité médicale s’évite tout
    regard extérieur sur ces exactions sur le prétexte du respect du secret
    médical

  • Le 3 mai 2012 à 08:25, par lampion

    Courage à toi bergère résistante !!
    Une adresse pour lui écrire ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info