Le 11 juin 2009, Ali Ziri décède après son interpellation par la police

1316 visites
Almanach de Myrelingues

Ali Ziri, 69 ans, est décédé, asphyxié, le 11 juin 2009, quelques heures après son interpellation par la police nationale à Argenteuil lors d’un contrôle routier.

Le collectif Vérité et justice pour Ali Ziri poursuit son combat pour faire éclater la vérité dans cette affaire de violence policière.

Ali Ziri, 69 ans, est décédé, asphyxié, le 11 juin 2009, quelques heures après son interpellation par la police nationale à Argenteuil lors d’un contrôle routier. Le 15 octobre 2012, la Cour d’appel de Versailles a entériné la décision du Procureur de la République du Tribunal de Pontoise qui avait requis un non-lieu, en dépit des observations de la CNDS (Commission nationale de déontologie et de sécurité) évoquant « un traitement humiliant et dégradant » et des expertises médico-légales, qui relèvent l’existence de 27 hématomes. Ce non-lieu était injustifiable parce qu’injustifié aux yeux de la famille, des avocats et du comité de soutien. En effet, malgré la succession de trois juges d’instruction sur cette affaire, ni les policiers mis en cause, ni les témoins n’ont été entendus par les juges. Malgré la demande de l’avocat de la famille, il n’y a eu ni reconstitution, ni visionnage de la vidéo montrant l’arrivée au Commissariat de Messieurs Kerfali et Ziri.

Partant de ce constat, la Cour de cassation de Paris a cassé, le 18 février 2014, le non-lieu sur la base de la remise en cause complète du travail des juges. Dans son arrêt, elle répète par 4 fois : « la chambre de l’Instruction n’a pas légalement motivé sa décision ».

L’affaire est aujourd’hui confiée à la Cour de Rennes.

L’arrêt de la Cour de cassation rappelle que « l’enquête sur les causes d’un décès survenu au cours ou à la suite d’une interpellation ayant donné lieu à l’emploi de la force publique doit être méticuleuse, objective et impartiale ».
Ce ne fut pas le cas !

Mobilisé depuis bientôt cinq ans, le collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri (des citoyens, une trentaine d’organisations associatives, politiques et syndicales) considère que cette décision de la Cour de cassation est une avancée considérable.

Ce jugement représente un véritable espoir pour la famille et le collectif.

Il constitue également un désaveu pour les trois juges d’instruction de Pontoise et la Cour d’appel de Versailles. La Cour de cassation leur reproche de ne pas avoir enquêté sur l’usage de la technique du pliage, technique policière d’immobilisation interdite depuis 2003.

Il leur reproche également de ne pas avoir instruit l’affaire sur l’attitude de la police au regard de l’état de Monsieur Ziri au moment de son interpellation.

Le collectif Vérité et justice pour Ali Ziri poursuit son combat pour faire éclater la vérité dans cette affaire de violence policière.

Pour faire un don pour aidé à la procédure judiciaire : http://img.over-blog-kiwi.com/0/56/14/38/20140517/ob_f74b90_tract-11-juin-a-z.jpeg

Plus d’info : http://collectif-ali-ziri.over-blog.com/2014/05/5-ans-deja-nous-n-oublions-pas.html

La suite à lire sur : http://collectif-ali-ziri.over-blog.com/2014/05/5-ans-deja-nous-n-oublions-pas.html

P.-S.

Pour le 5e anniversaire de la mort d’Ali Ziri suite à son interpellation par la Police Nationale, rassemblement dans le parc des Berges de Seine à 18H pour se rendre sur le lieu du drame à l’angle du Bd Jeanne d’Arc et de la rue Antonin Georges Belin.

Le Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri organise un rassemblement commémoratif et continue son combat après une première victoire remportée devant la Cour de cassation.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Almanach de Myrelingues » :

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

>11 juillet 1892, exécution de Ravachol à Montbrison

« Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. » Déclaration de Ravachol à son procès, le 21 juin...

> Tous les articles "Almanach de Myrelingues"

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Guillotière Format A6

En Mars 2011, « La petite biennale des possibles » est organisée au cœur du quartier de la Guillotière. Prenant pour fil conducteur l’organisation de cet événement, le documentaire « Guillotière Format A6 » porte un regard critique sur les transformations en cours dans ce quartier du centre-ville lyonnais....

>12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. » Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 ...

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous » raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent et résistent dans des...

> Tous les articles "Mémoire"
}