Appel à boycott : au théâtre de la Croix-Rousse, Le Prince de Machiavel banalise le sexisme et l’homophobie

859 visites

Depuis une semaine et encore jusqu’à vendredi, le théâtre de la Croix-Rousse présente une pièce intitulée le Prince, adaptation du texte de Machiavel par Gutmann. Cinq personnages sont sur scène, l’un jouant Machiavel, trois autres assistant à son cours et le cinquième étant son assistante (en hauts talons bien évidemment).

Pourquoi, en 2015, des metteurs en scène continuent-ils à attribuer des rôles de « quiche » aux femmes, comme c’est le cas avec le personnage de Myriam dans Le Prince de Laurent Gutmann ? Et pourquoi, quand les metteurs en scène ne donnent pas des rôles de « quiche » aux femmes, leur attribuent-ils des rôles de dominatrices hyper sexualisées ?

Pourquoi les metteurs en scène de théâtre contemporain éprouvent-ils aussi souvent le besoin de déshabiller leurs comédiennes sur scène, et de faire jouer des attouchements sur ces comédiennes ?

D’une manière générale, pourquoi les personnages de femmes dans le théâtre contemporain doivent-ils être systématiquement aussi sexualisés ? Et pourquoi, à l’heure de « l’égalité homme-femme », sexualité féminine continue-t-elle à rimer avec perversion ?

Pourquoi cela n’a-t-il posé problème à personne dans la construction du spectacle de Gutmann de faire scander par le public, au titre de slogan de manif, « serre les fesses, on arrive à toute vitesse » ? Personne dans l’équipe n’a donc réfléchi au fait que la stigmatisation de la sodomie va de pair avec la stigmatisation de l’homosexualité masculine ?

Pourquoi, enfin, fallait-il mettre en scène dans « Le Prince » une tentative de viol par sodomie sur une femme du public, après l’avoir insultée ?
En France, une femme sur dix subit un viol dans le cours de sa vie, et c’est toutes les quarante minutes qu’un viol est déclaré. Quel besoin ont des metteurs en scène d’en rajouter avec ça, de banaliser le viol en le convertissant en divertissement, en prétexte à rire ?

En quoi Monsieur Gutmann avait-il besoin de jouer sur des clichés dévalorisants pour les femmes, sur des préjugés homophobes et sur un imaginaire pro-viol pour monter une adaptation du Prince ?

Nous tenons à rappeler à M. Gutmann que le public qui assiste à ses spectacles est aussi composé de femmes, et pas seulement d’hommes, et que vivant dans une société qui reste dominée par le sexisme, quelque soit notre genre on peut se sentir dégradé-e-s par ses choix de mise en scène. On peut se sentir également rendu-e-s complices de ses choix, en tant qu’on y assiste comme public, et en tant qu’il sollicite (même sous une forme très minimale) notre participation en tant que public. Il ne suffit pas de mettre en scène un pseudo retournement de situation à quelques minutes de la fin du spectacle pour effacer 1h30 de misogynie crasse.

Pour nous, cette pièce tient un discours dégradant sur les femmes et implicitement sur les homosexuels et banalise un imaginaire pro-viol. Étant donné que la création artistique prend place dans un contexte social et politique donné, nous demandons à la direction du théâtre de réfléchir à la portée du discours tenu par les pièces et d’agir en conséquence.

Du public en colère

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"