Après Paris VIII, censure à l’IEP de Lyon et maintien de la conférence Israël, Un Etat d’apartheid ?

1510 visites
4 compléments

Dans un premier temps, la conférence « Israël, Un Etat d’apartheid ? » avait été acceptée par la direction de l’IEP, et ceci malgré les menaces d’organisation pro-sioniste. La direction s’était réunie pour décider de la marche à suivre et avait finalement décidé de maintenir la conférence.

Pourtant, cette après-midi la situation a changé. Il semblerait que sur conseil de la police, l’IEP ait finalement décidé d’empêcher la tenue de la conférence. « Devant les risques avérés d’atteinte à l’ordre public en lien avec l’organisation  », les cours ont été suspendu à partir de 17h cette après-midi et l’établissement est sous le coup d’une fermeture administrative.

C’est pourtant une centaine de personne qui étaient présentes devant les portes closes de l’IEP à 18h, heure prévue de la conférence. Après quelques discussions décision est prise de maintenir la conférence en la déplaçant dans la cour du campus de Lyon II - quais, où elle se déroule à l’heure de publication de cet article.

JPEG - 178.6 ko
Devant l’IEP fermé
JPEG - 242.4 ko
Dans le cour de Lyon II

Voir aussi : Manipulation ? Censure ? Impossible débat sur Israël à la fac Paris-VIII (Rue89)

En complément, le communiqué du directeur de l’IEP :

Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues,

Devant les risques avérés d’atteinte à l’ordre public en lien avec l’organisation, au sein de l’IEP, et par un collectif comprenant des étudiants de l’Institut, d’une "conférence" intitulée "Israël : un Etat d’apartheid ?", il a été décidé d’annuler cette conférence et de fermer les locaux ce jour à 17h30.

En vous priant de bien vouloir nous excuser pour les désagréments causés par cette fermeture contrainte et en urgence, veuillez croire, Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues en mes sentiments dévoués et cordiaux.

Gilles Pollet
Directeur de Sciences Po Lyon

Et le communiqué des associations organisant la conférence :

COMMUNIQUÉ commun :

Génération Palestine Lyon, le Collectif 69 Palestine, le CCRASS (Collectif Critique de Réflexion et d’Actions Sociales et Solidaires) et l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

Nous apprenons avec indignation à l’instant que l’I.E.P Lyon ferme les locaux qui devaient acceuillir la conférence « Israël : un Etat d’Apartheid ? » ce vendredi 2 mai à 18 h 00 !

EST-IL POSSIBLE DE CRITIQUER L’ETAT D’ISRAEL EN MILIEU UNIVERSITAIRE FRANCAIS ?

I.E.P Lyon a fermé suite à des menaces reçues. (nous n’avons pas plus de précisions actuellement).

Cette censure à l’I.E.P Lyon fait suite à la fermeture de Paris 8, aux refus de l’ENS et de l’EHESS d’autoriser la tenue de débats sur la question de la Palestine.

Il est absolument incroyable que l’on ne puisse tenir cette conférence dans les locaux de l’Institut d’études politiques ! Rappelons qu’un intervenant universitaire d’Afrique du Sud Mbuyiseni Quentin Ndlozi et Wasseem Ghantous, Palestinien de Haïfa se proposaient d’étudier les parallèles entre l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1960-1990 et l’apartheid entre Israël et la Palestine aujourd’hui.
La conférence devait également évoquer la campagne pour le « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » à l’égard d’Israël, lancée à l’appel de la société civile palestinienne en 2005

Nous posons les question suivantes : est-il possible de critiquer l’état d’Israël en milieu universitaire français ?

Une telle rage devant la notion d’apartheid appliquée à Israël n’est-elle pas révélatrice d’une vérité ?

Les associations appelantes tiendront la conférence quand même à l’heure prévue dans la cour devant l’I.E.P, elles appellent au soutien de tous.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 2 mars 2012 à 23:55, par palestine69

    Cette réunion est un succès, les menaces n’ont pas eu raison des organisateurs ni des participants ni des conférenciers.

    http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article413

  • Le 2 mars 2012 à 23:08

    apparemment c’est le CRIF (conseil des institutions juives de france) qui a fait pression sur l’IEP, qui s’est naturellement écrasé... pour rappel, il s’est produit la même chose à Paris : http://collectifpalestineparis8.over-blog.com/article-declaration-finale-des-organisatrices-et-organisateurs-du-colloque-israel-un-etat-d-apartheid-100468039.html

  • Le 2 mars 2012 à 20:18, par Sophie

    Pour l’avenir, ça vaudrait le coup de lorgner sur le versant juridique (et les rapports de forces afférents - ici conseils « de la police », c’est à dire je suppose du préfet ?).
    Parce que pour commencer à être bien calée sur les mesures dites de « police administrative » ( = prévention des troubles à l’ordre public, par ex par une interdiction de conférence, ou encore une interdiction d’accès au campus pour une présumée folle furieuse), je sais que selon la jurisprudence, annuler une conf’ et fermer le lieu où elle doit se tenir, ça ne doit se faire qu’en tout dernier recours, c’est une mesure considérée comme d’une exceptionnelle gravité. Dans les jurisprudences importantes que j’ai utilisées pour mon recours à moi, il y en a une grosse justement, qui pose le principe de proportionnalité entre une mesure de police administrative et les dangers de « trouble à l’ordre public » invoqués.
    Eh bien dans cette jurisprudence, il est rétorqué à l’auteur de l’interdiction d’une conférence que via un bon encadrement policier du truc, la conférence aurait pu se tenir, donc qu’il avait eu tort de l’interdire.

    Là, même selon les critères du droit bourgeois actuel, Pollet le directeur de l’IEP, il est en tort. Dans la disproportion totale (en plus si dans un IEP on peut même plus débattre des sujets politiques les plus brûlants dans le monde...).

    Enfin bref, si vous voulez ouvrir le front juridique en plus des autres fronts, je veux bien apporter ma (grosse) pierre. Qu’au moins ce que je suis obligée d’apprendre du fait de ce qui m’arrive avec Lyon 2 serve ... (et je rappelle que les luttes des indiens d’Amérique du nord ont utilisé le front juridique, et que ça a eu aussi une efficacité importante pour eux, même s’ils sont pas tirés d’affaire pour autant).

    PS : idem pour le floutage (heureusement j’y étais pas, hein ;-) )

  • Le 2 mars 2012 à 19:34

    Je veux pas faire mon relou mais ce serait sympa de penser au floutage...C’est pas particulièrement grave dans ce cas précis, mais bon, tout le monde n’a pas forcément envie de voir sa trogne sur le net.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>La conquête coloniale de l’Algérie débute le 14 juin 1830

Au cours de l’année 1827, un incident diplomatique entre le dey d’Alger Hussein et le consul français Pierre Deval - aujourd’hui connu comme l’épisode du « coup d’éventail du dey d’Alger » - a servi de prétexte à Charles X, alors roi de France, pour engager une conquête coloniale. Cet épisode marquera...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"