Carnets de la thaoura (révolution) au Liban

321 visites

Il y a quelques jours au Liban, les confortables fauteuils des membres du gouvernement se sont enflammés. Pour cause, depuis le 17 octobre des dizaines de milliers de gens sont descendus dans les rues, brûlant les drapeaux de leurs anciens partis, insultant copieusement les leaders gouvernementaux qu’ils ont supportés pendant des décennies. Comme souvent, c’est l’indignité d’une classe dirigeante plus intéressée par les marques de son pouvoir et l’épaisseur de son portefeuille que par la vie quotidienne de la population qui a mis le feu au poudre.

L’élément déclencheur est plus précisément celui-ci : d’abord une série d’incendies a ravagé plusieurs parties du pays sans que le gouvernement parvienne à rien faire de manière conséquente. Situation qui a révélé l’impuissance des gouvernants et encouragé le soulèvement1. Ensuite, l’annonce d’une série de taxes sur, entre autres choses, les oeufs, les corn-flakes et les messages WhatsApp a vraiment fait déborder la colère.

Une lectrice de Grozeille ayant pris part aux manifestations nous envoie une poignée de textes retraçant au jour le jour ses impressions et ses espoirs depuis Beyrouth. Nous actualiserons progressivement cet article, vous pouvez également retrouver les posts de l’auteure, Leyane Ajaka ici.

18/10/2019 — Depuis plusieurs semaines le Liban souffre des affres d’une crise économique asphyxiante et pernicieuse.

Depuis quelques jours, le gouvernement libanais annonce de nouvelles taxes pour un peuple à la monnaie menacée dans une économie vacillante. Il est annoncé qu’il faudra payer encore plus, encore plus souvent pour remplir les caisses d’un État qui ne daigne assurer un accès sûr ni à l’eau courante, ni à l’électricité, un état qui délaisse ses infrastructures, qui n’est même pas en mesure de mettre en place des trottoirs et des routes dignement praticables, un État qui ignore la crise climatique et laisse le pays se noyer dans ses propres déchets non-ramassés.

Aucune prise en charge, aucune protection : les libanais paient pour remplir les poches déjà lourdes d’une poignée de dirigeants mielleux et corrompus. Hier, le gouvernement s’est déclaré en faveur d’une série de taxes qui vont de l’ignominie (70% sur les oeufs) à l’absurdité (20% sur les corn-flakes). Dans un monde globalisé, dans un pays dont la majorité des citoyens résident à l’étranger et qui compte une immense diaspora, la taxe sur les appels WhatsApp (6USD/mois) a été la goutte qui a fait déborder le vase déjà bien rempli par les montants astronomiques que l’on paie ici pour avoir accès à internet et aux service de téléphonie mobile.

Hier [le 17 octobre], les gens ont déferlé dans les rues de Beyrouth, de Tripoli, de Saïda. Hier, les foules ont pris d’assaut les villes, bloqué les routes, et marché sur la cadence des mots « voleurs » (haramyye) et « révolution » (thaoura) répétés en hurlements enragés, en un seul soupir exaspéré échappé en même temps de milliers de poitrines.

La suite à lire sur : https://grozeille.co/carnets-de-la-thaoura-revolution-au-liban

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Traduction de communiqués sur la situation en Bolivie

L’Union Communiste Libertaire Lyon vous propose la traduction de 2 communiqués sur la situation actuelle en Bolivie : le premier a été écrit en commun par la CAB, la FAU, OAC et Roja y Negra- OPA et le second par des féministes de l’Abya Yala (l’Abya Yala est le nom donné au territoire Latino-Américain...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"