Chaîne humaine pour Florimond rue de la Ré (Bellecour) : la solidarité n’est pas un délit

876 visites

Florimond Guimard, instituteur, passe en procès pour avoir manifesté contre l’expulsion du père d’un élève. Chaîne humaine de solidarité à Lyon sur la rue de la Ré (début de la chaîne côté Bellecour) le vendredi 20 avril à 17h30. Exigeons l’abandon des poursuites et mobilisons nous contre cette atteinte aux droits. Relaxe pour Florimond !

C’est le 20 avril, deux jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, que Florimond Guimard, militant de RESF (Réseau Éducation Sans Frontières) des Bouches du Rhône est convoqué devant le tribunal correctionnel d’Aix en Provence pour avoir, dans le cadre d’une action collective et sans qu’aucun acte de violence n’ait pu être constaté, manifesté contre l’expulsion d’un père d’enfants scolarisés le 11
novembre 2006.

Florimond Guimard devra répondre cet après-midi devant le tribunal correctionnel d’Aix des faits de violence volontaire sur agent et violence en réunion avec arme. En effet, alors qu’il participait, à l’aéroport de Marignane, à une manifestation pour un parent d’élève sans papier, un policier affirme avoir été blessé au doigt à cause de cet instituteur.

Deux policiers ont porté plainte contre lui pour
"violences volontaires", accusation totalement infondées. Il faut noter à cette occasion que les
soit disant « violences » ont entraîné un arrêt de travail d’un jour pour un des deux
fonctionnaires de police, ce qui relativise, y compris dans la version policière, les faits.
Le père d’élève a été mis en liberté par le Procureur de la République le soir même.

En fait, parce que le gouvernement refuse de répondre sur le fond et de satisfaire les
revendications (régularisation des sans papiers), il s’en prend aux militants syndicaux et
associatifs pour tenter d’intimider tous ceux qui font de la Solidarité un comportement
quotidien.

Ce procès est exemplaire à plus d’un titre. Il s’agit bien évidemment de défendre Florimond
mais aussi les libertés démocratiques, le droit de manifester l’exercice du droit syndical.
Il y va de l’avenir du syndicalisme et de la démocratie.

Après l’affaire de la rue Rampal à Paris, ce procès est symbolique d’une démarche qui une fois de plus cherche à judiciariser l’action collective et poursuit un militant engagé contre une politique qui bafoue les droits de l’homme et de l’enfant.

Son attitude, comme celle de Valérie Boukobza (directrice école Rampal
à Paris), est doublement exemplaire : enseignant, il montre qu’il est conséquent
avec la défense des valeurs de fraternité et la
mission émancipatrice que l’école ne devrait jamais perdre de vue ; syndicaliste,
il montre que cet engagement ouvre sur la défense des droits de tous.

Nous sommes tous des Florimond !

Dans le cas de l’école Rampal, la solidarité et la grève ont su faire reculer
(l’in)justice et administration, nous ferons de même pour Florimond !

Exigeons l’abandon des poursuites et mobilisons nous contre cette atteinte aux droits.

RELAXE POUR FLORIMOND GUIMARD !

Le Vendredi 20 avril à 17h30

Chaîne humaine de solidarité sur la rue de la Ré à Lyon

(début de la chaîne côté Bellecour)

LA SOLIDARITÉ N’EST PAS UNLIT

GULARISATION DES SANS PAPIERS

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"