Compte-rendu des comparutions immédiates du 18 mai 2020

896 visites
Comptes-rendus de justice | Gilets Jaunes | Covid-19

Ce lundi 18 mai, deux personnes étaient jugées suite à la manifestation de samedi 16 mai appelée par de nombreux groupes de Gilets jaunes. Compte-rendu d’une audience à peine déconfinée.

Huit personnes jugées dans une ambiance à peine déconfinée

Huit personnes sont jugées, dans une grande salle du rez-de-jardin. Pour le public, seulement une rangée de sièges sur deux est ouverte, et on ne peut s’asseoir que sur une place sur trois. Au final, il y a environ une place sur 6 de disponible pour le public, mais la salle est plus grande que la salle G habituelle.

Des proches de personnes jugées cet après-midi sont présent·es.

Plusieurs personnes sont jugées pour des violences, une tentative de cambriolage, des délits routiers (une personne sera ainsi condamnée pour un « rodéo urbain »… dont elle était le seul participant, grâce à la loi du 3 août 2018 – merci à Macron et à la LREM pour donner libre cours à la répression dans les quartiers populaires).

Deux personnes sont aussi jugées suite à la manifestation de samedi dernier appelée sur les groupes « Gilets jaunes » de la région. Les peines prononcées sont relativement modérées en comparaison à ce dont on avait été habitué ces dernières années.

Un jet de caillou, 4 mois de sursis

Un homme, de plus de 40 ans, qui n’avait jamais été condamné auparavant, a ainsi été interpellé pour avoir lancé un caillou ayant atterri sur le genou d’un policier. Le policier, un OPJ, est présent à l’audience.
Le procureur, comme d’habitude, insiste sur le danger représenté par cette pierre, dont on ne saura ni la taille ni le poids – il peut s’agir tout autant d’un pavé que d’un petit caillou. Il requiert 8 mois avec sursis.
Il est condamné à 4 mois d’emprisonnement avec sursis et à un stage de citoyenneté. Le policier obtient 1 euro de dommages et intérêts.

6 mois de sursis pour "menace" et "participation à une manifestation interdite"

Un autre homme, plus jeune, a été interpellé. Ici, la police n’avait rien à se mettre sous la dent, aucune violence n’était commise. Mais elle tient fort à réprimer les manifestant·es, et entreprend donc d’en interpeller quelques-un·es pour participation à une manifestation interdite (une contravention également créée par Macron et LREM, qui osent encore parler de liberté). Voyant la police arriver, il s’éloigne en marchant, mais est rapidement rattrapé. L’agent qui l’interpelle lui annonce la couleur dès le début en lui saisissant le bras, « je vais te casser le bras » ; le manifestant lui répond du tac au tac « ben moi j’vais vous casser les dents », sans résister. Et hop, la police a son motif d’enfermement et d’humiliation : rébellion et menace. Pour commencer, le manifestant se prend un coup de casque dans la tête et est placé en garde-à-vue.
Le policier (oui oui, celui qui menace le manifestant de lui casser le bras et qui lui met un coup de casque gratuitement) n’est pas là mais demande 500 euros de dommages et intérêts.
Le procureur fait son laïus sur la violence des manifestant·es et requiert 6 mois ferme et 400 euros d’amende.
En défense, l’avocate rappelle la définition de la rébellion, qui suppose une résistance violente, ce qui n’est pas le cas ici. Le seul fait de s’éloigner n’est pas une rébellion…
Il est finalement relaxé pour la rébellion, mais condamné pour la menace à 6 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire (qui remplace l’ancien sursis avec mise à l’épreuve), avec comme obligation de chercher un travail et d’effectuer un stage de citoyenneté. Il doit aussi payer 400 euros d’amende et 250 euros de dommages-intérêts au policier qui l’a menacé et frappé.

Face à la répression, la solidarité est une arme !

Si vous ou un·e proche a été condamné·e ou interpellé·e, vous pouvez contacter la caisse de solidarité :
06.43.08.50.32
caissedesolidarite |at| riseup.net

P.-S.

Crédit photo : Maxime Jegat / Le Progrès

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Caisse de Solidarité - Témoins » :

>Etat d’urgence sanitaire : l’ordre social quoiqu’il en coûte

Depuis le mois de mars on assiste au déploiement d’un arsenal de mesures destiné à enrayer la propagation du covid-19. Bien loin de concerner le seul champ médical, ces mesures impliquent des transformations profondes du fonctionnement des institutions étatiques, et notamment judiciaires. L’état...

› Tous les articles "Caisse de Solidarité - Témoins"

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

 Ce qui m’intéresse aujourd‘hui c’est si vous représentez une menace pour l’ordre public ». Récit des comparutions immédiates des gilets jaunes du 9 mars

Samedi 7 mars, c’était l’acte national 69 des gilets jaunes à Lyon. Un bon millier de manifestants venu de toute la France a résisté à la pression policière toute l’après-midi place Bellecour et a même réussi une percée rue Victor Hugo. La détermination ne faiblit pas. De l’autre côté la répression a été...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"

Derniers articles de la thématique « Gilets Jaunes » :

› Tous les articles "Gilets Jaunes"

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Les personnes trans, oubliées du confinement

Même si beaucoup d’associations LGBTI ont continué à offrir une ligne d’écoute pour les personnes en détresse, les solidarités concrètes sont brisées pendant le confinement. Une fois encore, les personnes trans font partie des victimes de ces mesures étatiques. Non prises en compte dans les calculs du...

>31 taulard-es déposent plainte contre le gouvernement

Durant le mois de mars, une plainte a été déposée par 31 détenu.e.s contre le gouvernement pour “non-assistance à personnes en péril”, dénonçant les conditions sanitaires auxquelles ils et elles ont été confronté.e.s au cours de cette crise...

>La loi « haine » renforcée et adoptée au nom de l’antiterrorisme

Le 13 mai 2020, l’Assemblée nationale a finalement adopté la loi Haine, aussi connue sous le nom de loi Avia, du nom de sa rapportrice, la députée LREM Laetitia Avia. Il est bien évident que cette loi rejoindra l’arsenal des lois antiterroristes qui tôt ou tard sont utilisées pour museler...

› Tous les articles "Covid-19"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Les drones policiers interdits dans Paris. Et ailleurs ?

Après une procédure de référé liberté déposée le 12 mai par la Quadrature du Net et la Ligue des Droits de l’Homme, le Conseil d’État a finalement demandé, ce lundi 18 mai, à l’État français de faire cesser leur utilisation sans délai. Aussi fou que cela puisse paraître, la vingtaine de drones qui survolait le...

› Tous les articles "Répression - prisons"