Site collaboratif d’infos alternatives

Confirmation officielle de Guéant : des armes de guerre contre les émeutiers

3 compléments

Le Journal Officiel vient de publier la réponse du précédent ministère de l’Intérieur à un député concernant les rumeurs sur l’utilisation d’armes de guerre pour du maintien de l’ordre, suite à un décret paru en douce en juin 2011

L’été dernier, un décret publié au Journal Officiel lançait une rumeur sur Internet : les gendarmes mobiles auraient dorénavant le droit de tirer dans une manifestation avec des armes de guerre, des fusils de précision à répétition dotés de munitions 7,62 x 51.

PNG - 23.3 ko

A l’époque, la rumeur persistante avait été désamorcée par Maître Eolas. Dans son billet Pas de gilet pare-balle à la prochaine Gay Pride, il rappelait qu’effectivement l’usage des armes à feu pour "le maintien de l’ordre" est prévu de longue date, mais dans un cadre de "légitime défense" à courte distance : fusil à pompe, arme de poing…

Toutefois, en octobre 2011, un député déposait une question parlementaire au ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, pour clarifier ces nouvelles dispositions.

Avec ce décret et dans les situations prévues au quatrième alinéa de l’article R. 431-3 du code pénal (lorsque des violences ou voies de fait sont exercées contre la force publique ou lorsque cette dernière est dans l’impossibilité de défendre autrement le terrain qu’elle occupe), il sera possible aux forces de sécurité d’utiliser le fusil de calibre 7,62 à répétition qui est une arme de guerre. [Le député Jean-Jacques Candelier] aimerait savoir, puisque la France n’est ni en état de siège ni sous le coup d’une guerre civile, si ce décret va être abrogé, car il met en péril la vie des citoyens qui manifestent, excédés par la politique actuelle.

La réponse de Guéant est publiée au Journal Officiel le 22 mai, et dépasse la simple harmonisation nécessitée par le rapprochement entre police et gendarmerie que mentionnait Eolas. Le tir peut être fait pour une riposte :

L’éventuel usage de cette dernière arme (…) concerne les attroupements et non les manifestations de voie publique. Ce cadre légal répond à une situation, heureusement exceptionnelle, où des policiers seraient pris sous le feu d’un individu utilisant une arme à feu à munitions métalliques à une distance rendant inopérant l’usage d’un lanceur de balles de défense ou de tout autre moyen de force intermédiaire.

Et pour "la défense d’un terrain" :

Enfin, son article 3 définit les caractéristiques des armes à feu qui, outre celles énumérées à l’article 2, sont susceptibles d’être utilisées, lorsque des violences ou voies de fait sont exercées contre les représentants de la force publique ou lorsque ces derniers sont dans l’impossibilité de défendre autrement le terrain qu’ils occupent, à titre de riposte en cas d’ouverture du feu sur les représentants de la force publique.

C’est exactement ce qu’il s’est passé à Grenoble, ou à Villiers-le-Bel, avec des tirs de grenaille ou de plombs de chasse. Le décret est suffisamment flou pour que l’on ne sache pas quelle arme est effectivement autorisée. La munition 7,62x51 équipe en effet un grand nombre de fusils et de mitrailleuses, et la classification mentionnée par le décret est large : " Fusils, mousquetons et carabines de tous calibres, à répétition ou semi-automatiques, conçus pour l’usage militaire."

JPEG - 19.5 ko
Des balles 7,62x51 à côté d’une pile LR6

Les policiers sont déjà dotés, pour mater les émeutes, d’armes leur permettant de riposter à des tirs. Mais il s’agit ici de fusils permettant de tirer en étant à plusieurs centaines de mètres de la cible. Sur un forum spécialisé, quelqu’un se présentant comme "dirigeant un service de GIPN" donne sa lecture de ce décret :

Pour les émeutes de 2005 il était difficile de justifier juridiquement la neutralisation à distance d’un émeutier porteur d’une arme de poing à portée limitée (Qui pouvait d’ailleurs être une arme à grenaille). Avec le nouveau texte, il est désormais possible de neutraliser un tel individu, tout en assurant la protection juridique du tireur.

JPEG - 1.1 Mo
Le fusil FRF2, qui pourrait être utilisé dans le cas où « des policiers seraient pris sous le feu d’un individu utilisant une arme à feu à munitions métalliques »

Notons que les blindés de la gendarmerie, les Berliet VXB170, peuvent aussi être équipés d’un tel calibre, mais sur des mitrailleuses. La possibilité d’utilisation de ces blindés pour "le maintien de l’ordre" est d’ailleurs précisée par un décret lui aussi créé le 30 juin 2011 :

Art. R. 431-5.-I. ― Les moyens militaires spécifiques de la gendarmerie nationale susceptibles d’être utilisés au maintien de l’ordre sont les véhicules blindés de la gendarmerie équipés pour le maintien de l’ordre.
« Ces moyens militaires spécifiques ne peuvent être engagés qu’en cas de troubles graves à l’ordre public ou de risques de tels troubles et après autorisation du Premier ministre.

JPEG - 71.8 ko
Le Berliet VXB170, blindé de la gendarmerie

Il est étonnant de voir cette réponse de Guéant publiée après les élections. Mais il a également promulgué un énorme fichier le 6 mai. Et le 9 mai, le principal sujet du dernier conseil des ministres de l’ère Sarkozy concernait un nouveau « Code de la Sécurité Intérieure » qui devrait être l’un des tous premiers textes votés par la future Assemblée Nationale.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 31 mai 2012 à 23:57, par herope

    Ce n’est pas un changement de gouvernement que l’on dit de gauche qui va changer les politiques liberticides et létales : ils se préparent car notre système va à sa perte !
    Et pour nous faire rentrer dans nos niches, la rue saignera.

  • Le 31 mai 2012 à 11:21

    Le texte intégral de la question au gouvernement et de la réponse de Guéant c’est sur le site des questions à l’assemblée-nationale

  • Le 29 mai 2012 à 18:57, par Krondstadt

    Bonjour,

    je ne sais pas si c’est très important, mais l’usine CAMIVA de Saint Alban Leysse (près de Chambéry) qui fabrique à l’origine les camions de pompiers que l’on voit partout (et surtout les pompes qui sont à l’intérieur) fabrique depuis quelques années des VMO (véhicules de maintien de l’ordre).

    Le dernier né de ces VMO (déjà en service dans les émirats arabes unis notamment, et peut-être à barhein) est un engin assez terrifiant : caméras très puissantes avec zoom, directement reliées à Internet pour pouvoir identifier les « suspects », possibilité de les marquer à grande distance avec des billes de couleur, canons à eau surpuissants (dégomme une silhouette en fer à 150 mètres et laisse une belle marque !), et semble-t-il, possibilité de diffuser (sur ordre du Préfet ?) un gaz neuro-incapacitant (?). Et surtout, tout autour, une série de buses permettant d’empêcher l’approche du camion, dont la puissance est semble-t-il très impressionnante.

    Voilà, ça vaut ce que ça vaut mais c’est une réalité :

    http://www.camiva.com/fr/speciale.html voir la fiche « VMO iveco trakker »

    Pour la petite histoire, CAMIVA est en train d’être liquidée, laissant environ 20 salariés sur le carreau, alors que toute la production à grande valeur ajoutée (notamment les grandes échelles) a été délocalisée en Allemagne (Magirus) et en Italie (Iveco).

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info