Site collaboratif d’infos alternatives

Contre le patriarcat, je me lève et je me bats, retour sur la marche de nuit non mixte

8 compléments

Environ 300 personnes se sont déplacées pour participer à la marche de nuit non mixte vendredi 8 mars à Lyon, de la place Antonin Poncet aux pentes de la Croix Rousse en passant par le Vieux Lyon.
Entre flics, fafs et silence des médias, l’affirmation d’une force collective, et un rappel non négociable : « La rue la nuit nous appartient ! »
Récits et photographies de cette manifestation nocturne.

Contre le patriarcat, je me lève et je me bat, contre le capitalisme, je me lève et je résiste !

JPEG - 486.2 ko

Le cortège part de Antonin Poncet aux cris « les rues, les nuits sont à nous », direction Saint Jean. Les CRS sont en nombre, une dizaine de cars rien que pour nous, plus la bac. Arrivées côté Saône, un groupe de fachos est appuyé contre le mur, leurs mains sur les partie génitales. Les flics les ont rodés, nous aussi.

En l’absence de service d’ordre officiel et visible, ce sont toutes les meufs présentes qui se sentent concernées « face aux violences, autodéfense ! » et qui commencent à se solidariser pour aller à leur rencontre.

« T’es une femme qu’est ce que tu vas me faire ? »

Arrivées à leur hauteur, de par leurs provocations s’exprimant sous forme de gestes autistiques mimant des coups et d’incitations à la sodomie, nous faisons bloc et les coinçons contre le mur. Ni les flics ni les fachos ne s’y attendaient, c’est un peu la panique, les flics tentant de nous séparer des fafs mais ne savent pas où poser leurs mains sur nous pour nous empêcher de leur courir après.

Finalement, les fachos humiliés et protégés par la police se cassent quais de Saône. Les CRS équipés forment des lignes et se placent alors de part et d’autre du cortège, voir carrément dedans, et nous encadrerons jusqu’au pont de la Feuillée.

JPEG - 523.4 ko
Fuite de fafs
JPEG - 451.4 ko


« Libres majeures, et vaccinées, pas besoin d’être escortées ! »

Conspuant les flics tout le long du parcours pour qu’ils arrêtent leur « protection » rapprochée et aux cris de « hétéroflics cassez vous », nous décidons de bloquer la rangée de CRS à notre gauche sur le pont. Les flics ne comprennent rien, une bonne partie de la manif est maintenant décidée à marcher de manière « fière et solidaire », sans 50 CRS qui encadrent notre cortège.

Les flics tentent de nous repousser avec leur bouclier mais nous faisons bloc pour les empêcher d’avancer. Des coups sont échangés, puis les flics reçoivent l’ordre d’arrêter leur mêlée de rugby pour nous laisser continuer.

JPEG - 423.7 ko
CRS virilistes qui pensaient que les nanas allaient se laisser faire
JPEG - 528.2 ko

On a toujours 40 CRS dans notre dos, et on continue direction Terreaux, les pentes pour terminer place Colbert.

JPEG - 424.4 ko

Dans les rues, on se fait applaudir par certainEs, on reçoit les regards sceptiques des autres, trouvant l’explication toute trouvée : « c’est la journée de la meuf ».

JPEG - 382.4 ko
JPEG - 472.6 ko

Un autre Compte Rendu de la Manif féministe :

Le 8 mars au soir, plusieurs centaines de personnes se sont regroupéEs en non mixité féministe - meufs et gouines (trans ou cis [1] ) et mecs trans - pour manifester contre le capitalisme et l’hétéropatriarcat.

La manif est partie de la place Antonin Poncet, s’est dirigée vers le Vieux Lyon pour ensuite remonter dans les pentes de la Croix-Rousse.

Dès le début de la manif, place Bellecour, quelques fafs insultent et menacent les manifestantEs, et des mecs cis relous tentent de s’introduire dans le cortège. Les féministes ripostent à coup de slogans et réussissent à préserver la non-mixité.

A signaler qu’une dizaine de camions de CRS nous encadrent déjà, leurs effectifs étant complètement disproportionnés au regard du nombre de personnes présentes dans la manif.

Nous passons ensuite sur le pont Bonaparte. Une vingtaine de fafs nous attendent à l’entrée de Saint Jean. La manif s’arrête. Une partie des féministes scandent des slogans tels que « Saint Jean est à nous » ou encore «  La rue la nuit nous appartient » tandis que d’autres leur foncent dessus. Les flics tentent d’empêcher l’affrontement et nous repoussent vivement. Les fafs reculent, protégés par les flics. A Saint Jean comme ailleurs, nous reprenons l’espace.

La manif repart. Nous passons devant la cathédrale puis nous prenons les quais de Saône. Les flics, sur les nerfs depuis l’affrontement avec les fafs, quadrillent complètement la manif. Nous marchons donc au milieu de deux rangées de CRS qui encadrent le cortège du début à la fin. Les esprits s’échauffent et les slogans anti-flics commencent à fuser, pour leur rappeler que nous n’avons besoin d’aucun homme pour nous protéger, et encore moins en uniforme.

Nous arrivons sur le pont de la Feuillée, les flics toujours collés au cortège. Des féministes décident alors de les charger, pour les forcer à garder leur distance. Des lignes se forment et bloquent leur avancée, aux cris de «  Police nationale, police patriarcale  » ou encore « Contre les violences des flics, autodéfense féministe ». Les coups pleuvent mais on tient bon. On réussit à les contenir un petit moment, puis la manif repart. Les flics sont toujours présents mais au moins, ils ne nous encadrent plus sur les côtés.

Nous passons ensuite place des Terreaux puis remontons dans les Pentes de la Croix-Rousse. La présence policière est toujours massive et les CRS nous suivent jusqu’à la Place Colbert. La manif prend fin, les personnes restent sur la place pour discuter, chanter, etc. Les CRS continuent de bloquer l’accès à la rue Diderot, tandis que la BAC rode autour des féministes. Nous craignons des tentatives d’arrestation, mais finalement ils se décident à partir sans interpeller personne.

La manif se termine par une soirée festive à La Plume Noire.

Il restera de cette soirée des féministes qui se battent, gueulent, se rencontrent, s’organisent entre elles, reprennent l’espace et rendent visible leurs luttes quotidiennes.

« Misogynes, lesbophobes, transphobes, méfiez vous, on rend les coups !  »

JPEG - 791.5 ko

Lire l’appel à cette manifestation : Marche de nuit non-mixte à Lyon le 8 Mars

La précédente marche non-mixte a eu lieu à Lyon en 2011, lire :
-  Marche de nuit non-mixte à Lyon le samedi 26 novembre
- Fortes, solidaires et en colère : dans la rue contre les violences sexistes
- Retour sur la marche non mixte

Quelques articles de réflexion sur la non-mixité :
- Aux gars, par un gars : ce que la non-mixité femmes a changé pour moi
- Patriarcat, non-mixité, auto-organisation
- Théorie(s) queer, féminisme(s) et non-mixité(s)
- Une réflexion sur les marches de nuit non mixte et leur historique, par l’OLS : Marcher la nuit...

Et la presse dans tout ça ? Quand c’est des femmes ça ne compte pas ?

On ne manquera pas de remarquer qu’une manifestation de 300 personnes ce n’est pas important pour la presse lyonnaise, qui n’a pas fait le déplacement ni écrit une seule ligne sur le sujet (seul Rue89Lyon se contentant de ressortir son article de 2011). Alors que les mêmes journalistes ont tous très largement couvert les guignols du GUD ou le rassemblement de 20 personnes devant Lyon III cette semaine...

Notes

[1Une personne cis est une personne dont le sexe social correspond à celui assigné à la naissance.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 18 mars 2013 à 00:05, par zora la rousse

    Info : y’a un bilan de la manif qui sera fait là —> http://superfeministe.blogspot.fr/2013/03/peut-on-etre-feministe-et-aimer-le.html

    C’est le 27 mars, et (pour le dire comme ça) vu notamment le fait qu’il y a plusieurs CR de cette même manif ci-dessus, ça pourrait être pas mal si des gens d’à peu près tous les sous groupes de la manif pouvaient y participer, pour discuter genre autrement que par commentaires interposés sous un article (parce qu’il me semble qu’il y a à discuter, que c’est important).

    Sinon pour les insultes, j’étais à dix mètres du « pugilat » avec les CRS, et j’ai pas entendu d’insultes. les insultes, c’était bien avant : jugez-donc, on a traité ces pôvres flics « d’hétéroflics » !

  • Le 14 mars 2013 à 16:01, par Zentak

    Marrant cette discussion sur la « visibilité » des luttes.
    C’est justement une bonne part de l’nalyse de Mona Chollet sur les Femen :

    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-03-12-Femen

  • Le 13 mars 2013 à 21:48, par nossing

    un scan un scan un scan ! envoie DF stp :)

  • Le 13 mars 2013 à 16:22, par DF

    Mais si la « grande presse » a parlé de la manif !!
    Je recopie le Progrès de dimanche (p.10)
    Les manifestantes féministes agressent les policiers protégeant leur cortège.
    A l’appel de diverses organisations et associations féministes, environ 200 personnes ont participé vendredi soir, à Lyon, à la deuxième« manif non-mixte » organisée dans le cadre de la journée de la Femme. Craignant une confrontation avec l’extrême-droite, la police avait déployé un gros dispositif pour s’interposer en cas de provocation de part et d’autre. En arrivant quai Romain Rolland, c’est de l’intérieur de la manifestation que sont venus les problèmes. Un groupe de meneuses a invectivé violemment les passants et s’en est pris aux CRS. Criant des insultes, plusieurs manifestantes ont frappé à coups de pied les boucliers des policiers. La police n’a procédé à aucune interpellation."

    ça c’est de l’information ! Je tiens un scan de l’article à la disposition de ceux et celles qui n’en croiraient pas leurs yeux !!

  • Le 11 mars 2013 à 14:46, par ladyS

    A X
    En effet , il n’y a pas que des virilistes fafs à St Jean ( et heureusement ! ) mais dans ce cas là , on passait carrément Rue St Jean ou il y a des bars et des restau.

  • Le 11 mars 2013 à 12:31, par X

    LadyS, il n’y a pas que des fascistes virilistes à St-Jean, loin de là, et on y trouve autant voire plus de restos et bars de nuit que sur la rue Mercière. Je continue à penser que c’était plus que pertinent d’y aller, même sans prendre en compte la dimension « territoriale » revendiquée par les fafs.

  • Le 10 mars 2013 à 20:47, par LadyS

    Ben la presse on s’en fout pas mal.
    Je veux dire, on se plaint toujours parce que dans 99% des cas leur presse bourgeoise fait des articles de merde sur nous. Du coup pas de journaliste pas de presse de merde et puis c’était pas le but de faire un article dans le Progès ou un truc dans ce gout là .
    Après j’aurais un bémol, je comprends que ça ’fasse du bien’ d’aller à St Jean , mais j’aurais trouvé ça plus pertinent d’aller genre rue Mercière ou là ou y a plein de restos ( surtt un vendredi soir encore plus un 8 mars), bref toucher du monde, parce que là bas y avait pas grand monde à part des virilots de merde qu’on risquait pas de convaincre. Il y avait du monde sur les pentes dans les bars et ça c’était pertinant politiquement.

  • Le 10 mars 2013 à 20:28, par Un type

    Franchement, ça fait du bien de lire un truc pareil. J’avais été atterré par l’attitude de certains pélos lors de la manif’ antifasciste -qui passaient leur temps à s’attraper littéralement les couilles, à brailler des conneries virilos ou homophobes...Bref, ce parallèle pour dire que le débat sur la non-mixité ou non il trouve surement des réponses dans des initiatives comme celle de vendredi.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

 L’osthéopathe dérape », quand le journal Le Progrès fait des blagues à propos d’une agression sexuelle sur mineure" >« L’osthéopathe dérape », quand le journal Le Progrès fait des blagues à propos d’une agression sexuelle sur mineure

Novembre 2015, un ostéopathe stéphanois agresse sexuellement une patiente âgée de 14 ans. Deux ans plus tard, il a été jugé au tribunal correctionnel et condamné à 8 mois avec sursis et interdiction d’exercer. Dans son édition du mardi 14 novembre, le journal Le Progrès revient sur les faits et le...

> Tous les articles "Rapports sociaux de genre"