Discussion avec trois Palestiniens de passage à Lyon

1355 visites

Trois étudiants palestiniens, Namir, Qusay et Majda, membres
d’associations de résistance sur place, sont venus discuter avec des
Lyonnais, et la salle de la Fourmi Rouge était trop petite, dimanche soir, pour faire
entrer tous les participants.

Ces étudiants palestiniens ont été invités par de jeunes lyonnais qui les avaient rencontrés l’an dernier lors d’une mission civile en Palestine.

Namir et Qusay sont de Naplouse, bouclée par 16 barrages militaires
israéliens, qui empêchent les étudiants d’aller suivre leurs cours dans
les universités, empêchent le passage de nourriture, de médicaments,
empêchent les visites familiales. L’armée fait sans cesse des incursions
inopinées dans les villes palestiniennes en perpétrant des massacres, en
démolissant des maisons. La vieille ville de Naplouse, consacrée
patrimoine de l’humanité par l’Unesco, quartier où demeure une
population pauvre, est particulièrement visée par l’armée israélienne.

Tous deux font partie d’associations de soutien à la population, comme
ISM, qui aide les Palestiniens au quotidien, en luttant par exemple
contre le couvre-feu imposé, ou en enlevant les rochers et les remblais
déchargés par l’armée israélienne pour couper deux villages, deux
quartiers. Ils font également partie d’un Centre socio-culturel : le MCRC (Multicultural Community Ressource Center) qui fait un travail de formation auprès de
3000 enfants (cours particuliers pour ceux qui n’ont plus de classes,
soutien psychologique, réapprendre à jouer...), auprès des femmes
(soutien à la relation femme/enfant...), auprès des adultes chômeurs
(formations manuelles, recyclage informatique, alphabétisation, camps
d’été internationaux pour un travail de coopération avec d’autres
pays...).

Majda, elle, est de Hébron, où les colons sont dans la ville-même, à la
différence des autres colonies israéliennes qui se situent à la
périphérie des villes. Chaque colon est armé et se promène toujours avec
cinq soldats. Le gros problème à Hébron est qu’il y a régulièrement un couvre-feu 24
heures sur 24 sur plusieurs jours d’affilée. Il faut se risquer en douce pour faire des courses. Des
écoles palestiniennes explosent régulièrement. Avec son association,
elle fait un travail quotidiennement avec les femmes et les enfants, du
théâtre, des camps d’été pour les droits de l’homme. Elle tente de mixer
étrangers et volontaires palestiniens, car les étrangers ne sont pas
particulièrement les bienvenus dans la vieille ville d’Hébron, afin d’éviter qu’ils témoignent sur les
exactions des colons.

JPEG - 33.4 ko
Hébron

Malgré la situation catastrophique qui va de pire en pire, tous les
trois ne se disent pas découragés, et ne comprennent pas le
découragement des associations de solidarité européennes, qui, de ce
fait, ne les aident pas à résister.

Le but d’Israël c’est de bloquer l’éducation palestinienne, ce qui ne
l’empêche pas d’être au niveau le plus élevé du monde. Seul 1% des
nouvelles générations est analphabète. Depuis la dernière intifada, les
jeunes, qui ne pouvaient plus travailler en Israël, ont beaucoup repris
l’école et les études. A Naplouse, il y a eu un couvre-feu pendant 110
jours et les enfants ne pouvaient pas se rendre à l’école, mais des
classes populaires impromptues se sont organisées dans chaque pâté de
maisons.

Au cours du débat, a été évoquée la situation politique actuelle, avec
le choix de la pacification, après l’élection de Mahmoud Abbas. Selon ISM, les
Palestiniens disent pour 90% qu’ils sont pour une résistance
non-violente, pour 5% une résistance armée et 5% ne se prononcent pas.
Mais que pourra faire Mahmoud Abbas si Israël bloque tout avec la 4e
armée du monde ? Mahmoud Abbas, est-il dans un gouvernement
collaborateur, comme l’était celui de Vichy avec l’Allemagne ? À ce
moment-là les résistants français étaient armés. Sharon refuse les armes
même aux policiers palestiniens. Même l’ONU accepte dans sa charte qu’un
pays s’arme quand il est opprimé.

Bien peu parmi les Palestiniens n’ont pas un ou plusieurs membres de leur famille qui ont été tués, se retouvent emprisonnés, ou handicapés suite aux tortures de l’armée israélienne. Leurs blocages humiliants empêchent d’aller travailler, cultiver son champ, d’aller à l’école, à l’université, de se soigner, de se ravitailler, de se retrouver en famille, de vivre tout simplement... Les Palestiniens espèrent un mieux au quotidien avec Mahmoud Abbas. Mais quand on
regarde Gaza, c’est un véritable camp de concentration fermé. Les
Israéliens ont confisqué toute l’eau, tout le sable, tout le marché de
Gaza. C’est un mot bidon, quand Sharon parle d’un état. Un état ne veut
pas dire autonomie. Sharon respectera-t-il des accords ? Israël n’a
jamais respecté aucun accord. Il n’y a jamais eu autant de constructions
de colonies qu’après les accords d’Oslo, contrairement à ces accords. Le
hamas a accepté de baisser les armes un moment, il attend de voir. Et
une nouvelle intifada peut arriver. La seule grande force des
Palestiniens c’est qu’ils ont la justice pour eux.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info