Encore une famille menacée d’expulsion

1313 visites
1 complément

Cette fois-ci, c’est à Rillieux-la-Pape qu’une famille de Kosovars est menacée d’expulsion. Plus précisément le père alors que le reste de sa famille a le droit (pour l’instant) de rester en France.

Depuis maintenant une quinzaine de jours un collectif de soutien composé d’enseignantEs, de personnels de l’école, de parents du quartier... s’est monté pour soutenir cette famille. Le but est d’exiger la régularisation du père, des papiers pérennes pour toute la famille ainsi qu’un logement décent. Une soirée d’information, de projection et de débat est prévu le 15 novembre au restaurant scolaire de l’école des Allagniers (Rillieux-la-Pape). Nous vous invitons à signer la pétition de soutien à la famille Sahiti.

La famille Sahiti en danger

Octobre 2007

Albanais du KOSOVO, Shaban et Merushe et leurs trois enfants sont menacés d’expulsion.
Persécuté et victime de violences au Kosovo, le père, Shaban, est arrivé en France dès 2001. Expulsé une première fois en 2002, il est aussitôt revenu en France car il était en danger dans son pays.
Sa femme, Merushe, elle-même victime de violences a rejoint son mari en 2004 avec leur fils Arbnor. Cet enfant de 10 ans, scolarisé depuis trois ans dans une classe spécialisée (CLIS) à l’école des Allagniers (Rillieux-la-Pape - 69) a besoin de soins médicaux indisponibles au Kosovo. C’est d’ailleurs l’état de santé d’Arbnor qui a permis à sa maman d’obtenir une régularisation provisoire alors que celle-ci a toujours été refusée à Shaban.
En 2006, Shaban et Merushe ont fait venir leur fille aînée, Violetta, 14 ans, aujourd’hui scolarisée au collège Truffaut à à la Croix-Rousse (Lyon 1er).
En 2007, Merushe a mis au monde, en France, leur troisième enfant, Arti-Ola.

Malgré la scolarisation régulière des enfants, l’état de santé d’Arbnor, une promesse d’embauche pour Shaban, ce dernier est sous le coup d’un arrêté d’expulsion (OQTF).

Aujourd’hui la famille vit dans la peur, la clandestinité, et n’a plus de domicile fixe. Comment peut-on accepter cette situation ?

NOUS, personnels de l’école, parents de l’école des Allagniers, voisins, citoyens…
REFUSONS L’EXPULSION de Monsieur Shaban SAHITI.
NOUS DEMANDONS la REGULARISATION de la famille SAHITI.

Le lien pour la pétition :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 29 octobre 2007 à 11:55

    Lettre postiche de la célèbre lettre de Guy Moquet dont la lecture était obligatoire dans les établissements secondaires le 22 octobre 2007.

    Ma petite femme chérie,

    Mon tout petit enfant adoré,

    Mes petits frères aimés,

    Je vais partir ! Ce que je vous demande, toi en particulier ma petite femme, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui se sont fait expulser de France avant moi. Certes, j’aurais voulu rester. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que mon expulsion serve à quelque chose. J’ai embrassé mes deux frères mais je n’ai pas pu embrasser mon fils hélas car je suis enfermé en centre de rétention !

    J’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées si je dois y passer, elles pourront servir à quelqu’un dans le besoin. A toi mon enfant, si je t’ai fait ainsi qu’à ta petite mère, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour rester avec vous, ici, en France. Un dernier adieu à tous mes amis, à mon fils que j’aime. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

    Trente sept ans, ma vie n’a pas été longue !Je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous à cause d’une Obligation à Quitter le Territoire Français (OQTF). Je risque de mourir avec d’autres réfugiés politiques dans mon pays soi-disant d’origine.

    Chère femme, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine. Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi, mon fils, vous, mes frères, en vous embrassant de tout mon cœur. Courage !

    Votre mari et père qui vous aime.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info