Evénements de Lyon : les médias mentent !

2492 visites
Mouvement sur les retraites 13 compléments

Depuis quelques jours, on assiste à une déferlante de mensonges dans les médias, particulièrement télévisés. La seule manière que nous ayons de défendre un semblant de vérité sur les événements lyonnais, c’est de récolter des témoignages des personnes qui sont sur place, qui ont pu voir la violence démesurée des forces de l’Ordre face à des jeunes, ces jeunes qu’ils appellent « casseurs » dès qu’ils sortent comme aujourd’hui encore des parcours ou des looks autorisés de petits lycéens de centre-ville.

S’il y a eu un peu de casse (quelques vitrines et voitures, peu de choses par rapport aux blessures causées par des policiers), ce n’est rien par rapport aux hordes complètement folles qu’ils peuvent décrire pour faire peur aux gens. Si le but avait été de piller le centre de Lyon, il ne resterait plus un magasin debout aujourd’hui ! La pauvre vidéo de surveillance sur le pillage d’un seul magasin rue Victor Hugo tourne en boucle sur les télés.

Ca ne peut pas durer, ni la répression policière, ni la répression médiatique ! Témoignez de ce qu’il se passe, relevez les mensonges dans la presse, merci !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 octobre 2010 à 23:04, par Colette

    Dans un climat de tension intense, certains pseudo-journalistes ont trouvé judicieux d’attiser la flamme en bafouant les règles primaires de la presse, pour partir dans la stigmatisation et ranimer les flammes d’extrême droite. Sans partir dans un discours philosophique de la profession journalistiques, les débordements fascistes qui se sont déroulés en plein centre ville ont pu trouvé une très forte motivation au travers le relais d’information de nos presses locales, qui de surcroît gratuite, sont accessibles à tous et diffusés à grande échelle : les casseurs « issus de l’immigration maghrébine », pour partir ensuite dans une liste complète et exhaustive de tous les quartiers « comme Oullins, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron, Lyon 8e,Rillieux, Décines ou Villeurbanne » il faudrait pas en oublié un…. Fallait-il vraiment rentrer dans ce jeu là, à ce moment là ? La réponse, elle se trouve dans la rue, rue Victor Hugo, où les fachos sont venus en masse pour casser du « méchant bougnoul de balieue qui casse tout. »

    Bravo Lyon plus.

    Lyon Plus, RUBRIQUE Grand Lyon, Jeudi 21 octobre

    VIOLENCES URBAINES DES CASSEURS DE 13 À 18ANS

    Qui sont les fautifs des scènes de guérilla urbaine que Lyon a connues ces derniers jours ? Dans la majorité des cas, il s’agit de jeunes,même très jeunes puisqu’ils ont entre 13 et 18 ans, issus de l’immigration maghrébine. Ce qui les caractérise, c’est qu’ils sont souvent scolarisés dans des lycées professionnels de l’agglomération comme Oullins, Vaulxen- Velin, Vénissieux, Bron, Lyon 8e, Rillieux, Décines ouVilleurbanne.Onparle de « ils »mais il y a aussi des « elles » : tous les observateurs ont été frappés par la présence importante de jeunes filles, elles aussi scolarisées en lycée professionnel. Quant aux motivations, elles sont diverses : si certains aiment jouer à se faire peur, d’autres avaient clairement l’intention de s’en mettre plein les poches (comme rue Victor Hugo mardi). En parlant avec eux, la réforme des retraites est spontanément abordée. S’agit-il d’un discours de composition ? Cet apprenti plombier ou ce jeune plaquiste qui disent ne s’en prendre « qu’aux policiers »expliquent ne pas vouloir travailler pendant 50 ans « alors qu’on est déjà au boulot à 15 ans ». Des élèves du lycée automobile de Bron invoquaient, eux, les difficultés de « trouver des stages et les délits de faciès » pour justifier les violences envers les forces de l’ordre.

  • Le 23 octobre 2010 à 16:14, par Un modère

    Fanny, on a mis le témoignage dont tu parles sur les débordements des CRS dans le forum de l’article Témoignages sur la « prison » Bellecour

  • Le 23 octobre 2010 à 13:35, par Jean-François Buiré

    Ce mardi 19 octobre, je n’étais pas à Lyon, et c’est sur les écrans de cafés de Tours et de Bourges que j’ai vu défiler en boucle, sur des chaînes « d’informations », les plans généraux de la place Bellecour en état de siège. Inutile d’épiloguer sur l’effet que produisaient ces images sur les personnes qui m’accompagnaient et, je l’avoue, sur moi-même. Ce n’est que lorsque je suis revenu jeudi à Lyon qu’un de mes proches, qui était présent à la manifestation de mardi, m’a décrit le gigantesque traquenard policier qui avait été mis en place Bellecour. C’est évidemment intolérable, et je me dis, comme d’autres, qu’il faut au plus vite collecter des témoignages qui puissent constituer une contre-proposition à la façon dont cette affaire a été relatée dans les médias. Je me propose de le faire selon ma compétence, c’est-à-dire sous forme filmée, étant, pour le dire vite, travailleur indépendant dans le domaine du cinéma. Toute personne prête à participer à cette collecte filmée de témoignages concernant ce qui s’est passé place le 19 octobre (et les jours suivants) peut me contacter aux coordonnées suivantes :

    jf.buire@free.fr
    06.83.56.34.27

    Je n’ai que ma bonne foi pour vous assurer que je ne suis pas des R.G., mais j’espère que la paranoïa ambiante ne vous empêchera pas de répondre à ma démarche.

  • Le 22 octobre 2010 à 22:08, par fanny

    Le 19 novembre, un jeune homme ami à moi était en train de boire un verre dans un bar et regardait la télé. Au même moment Place Bellecoure il ne se passait rien de spécial, et sur l’écran « en direct » était diffusées les images de grosse violence du 18 novembre. La télévision manipule et comme tu dis repasse en boucle les images les plus horribles. . J’aimerais re-déblater ce que j’ai déjà écris sur mon article, mais j’espère que tu le lira. Titre : Dénonciation des débordements CRS

    Salut
    Fanny

  • Le 22 octobre 2010 à 20:00, par Kosmos

    Encore autre chose : comment pourra-t-on combattre la propagande médiatique si les images diffusées sur le net sont filtrées : rue89 a publié un article, accompagné d’une vidéo dans laquelle on pouvait voir un casseur assez étrange, avec une attitude considérée comme « professionnelle » par l’ex commissaire interviewé, donc suspectable d’être un membre de la police, et surtout sans brassard indiquant qu’il appartenait à celle-ci. Le lendemain, la vidéo est supprimée de youtube ! Est-ce un hasard ? L’article semble indiquer que la police a, comme les casseurs, quelques pratiques tout à fait illégales en temps de mouvement social...

    http://www.rue89.com/2010/10/21/maintien-de-lordre-en-manif-le-decryptage-dun-commissaire-172474

    Trouvons un moyen de diffuser de l’information, et surtout d’échapper aux filtrages qui semblent s’opérer en ce moment !

  • Le 22 octobre 2010 à 14:40

    Hier vu un cameraman de france 3 dans une rue bien lointaine de bellecour alors qu’a ce moment là une centaine de personne y étaient enfermées. Ce cameraman filmait une voiture détruite depuis mardi ! voila ce que les médias montrent alors que gens se font casser le gueule par les vrais casseurs qui sont les CRS ! on assiste a une provocation de la part de la police et une vraie manipulation des médias ou est la démocratie ?
    Il faut se mobiliser mais être organisés la police nous épuise et le gouvernement cherche a essouffler le mouvement il faut résister !

  • Le 22 octobre 2010 à 12:07, par Lulu

    L’autre jour je me suis retrouvée à côté d’une chaine de télé, qui faisait une intervention en direct. Le caméraman m’a révolté lorsqu’il a dit à son collègue : « de toute façon il filme que les casseurs » (avec un petit rire presque sadique). Les médias montrent vraiment n’importe quoi, certes il y a eu des dégâts mais il ne faut pas en profiter pour en rajouter. Les images sont tellement orientées que des amis m’ont téléphonés pour savoir si j’allais bien :O

  • Le 22 octobre 2010 à 10:31, par blofouai

    Lamentable. Vu de l’extérieur, ce qui s’est passé jeudi mérite de tirer un grand coup de chapeau au syndicat(s - ?). Alors que 300 manifestants demeuraient sous le jout des forces policières, la sortie d’une centaine d’entre eux a été négocié par des représentants syndicaux, et un appel à mener la manifestation prévue a été répété. C’est une erreur d’avoir abandonné là les manifestants au prise avec la répression d’état. Le résultat, des gazages à répétition pour les enfermés et une manifestation bancale jusqu’à la place guichard, où tout le monde a fini par se dispercer. Le mouvement de protestation n’aurait jamais dû se déssolidariser de telle manière.

  • Le 22 octobre 2010 à 10:19, par blofouai

    De nombreux témoignages coïncident et dénoncent les abus de la répression et les comportements répugnants des forces de l’ordre alors que 300 personnes étaient prises au pièges dans la prison à ciel ouvert de Bellecour hier : humiliations racistes, gazages, pressions, les manifestants ont été à ce moment-là les joujous des gardes mobiles et autres GIPN alors que les retenus ne faisaient état d’aucunes provocations, et ce bien évidemment à l’abri des regards indiscrets. Pendant six heures c’est une sorte de zone de non droit qui s’est créé place Bellecour, à la manière de ce que la nouvelle circulaire du gouvernement sur l’immigration crée pour les étrangers. Une fois de plus « les droits fondateurs de la démocratie » ont été bafoués ! Et l’état a démontré son mépris du peuple, de la jeunesse, des travailleurs, et tous les autres.

  • Le 22 octobre 2010 à 09:39, par mustang

    Ce jeudi il ne fallait pas manifester place Bellecour..... consigne d’Hortefeux passé faire sa propagande en coup de vent la veille ?!! Emprisonné sur la place de 13h à 20h, par des centaines de CRS, gendarmes, policiers, GIPN (!?), des moyens dignes d’un film hollywoodien : canon, à haut, flash ball, gaz lacrymogènes,hélicoptère..... . On aura tout vu ! Comme il a été dit, la manifestation à été scindé en deux pour pas qu’elle n’ai lieu (passons sur les abus de pouvoir, liberté de circulation, bref l’interdiction d’être mécontent dans ce beau pays). Je précise : absolument aucun heurt sur la place pendant ces 7 heures de prise d’otage, sinon des gaz lacrymogènes et coup de karcher jetés dès que les jeunes « criaient »(pas « cassaient ») leur ras-le-bol d’être enfermé là. Et à 20h fouille, on nous embarque dans des bus scolaire pour l’hotel de police du 8e. Là on passe sur les gros bras qui rigolent, qui tutoient, qui trient les lycéens par « connus des services ou non », comme si le fait d’avoir eu des ennuis par le passé ne nous rendaient pas égaux quand nous n’avons rien à nous reprocher ce jour....(sic) . Pour avoir parlé à un policier venu en renfort de Grenoble (pour 100 lycéens casseur,1000 hommes et du matériel lourd !), ce dernier m’a dit que c’était la première fois qu’il faisait du transport d’enfant en armure et arme.Oppression digne d’une dictature bananière.
    Les TV sur place qui ne filment qu’en gros plan 3 excités pour faire croire que la ville est en état d’insurrection. Tout est dans la même lignée, journée lamentable, gouvernement lamentable. Manifestez, sans violence, mais manifestez !

  • Le 22 octobre 2010 à 02:38, par Camcam

    Je ne pense pas qu’il faille forcément cracher sur les syndicats, en terme d’organisation, ils tiennent le coup et permettent AUSSI le rassemblement. Aujourd’hui, oui, la cgt a proposé de s’éloigner de la place bellecour, mais une belle manif improvisée s’est déroulée, permettant aux gens DE CIRCULER, et d’exprimer leur mécontentement. ATTENTION aux amalgames, oui il peut y avoir des dérives, mais surtout, ils sont un MOTEUR important pour le rassemblement. Je pense que leur discrédit doit être atténué. Il n’est pas question ici de les sanctifier, loin de là, mais au final, ce sont eux qui contactent les journalistes et qui permettent d’ouvrir la voie à la dénonciation des actes barbares des CRS et autres agents de notre « sécurité ». J’y étais, j’y suis, depuis deux semaines, certes cela est minime, mais aussi révélateur au vu des violences qui persistent et d’amplifient !

  • Le 22 octobre 2010 à 00:17, par Kosmos

    http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/lyon-sous-haute-tension-541931/

    Dans la vraie vie, il y a eu moins de dégats en ville que mardi. Aux environs de 13h la manifestation qui commençait à se rassembler place Bellecour et Place Antonin Guichard a été scindée en deux par les forces de l’ordre, environs 3OO à 5OO personnes se... sont retrouvées coincées à Bellecour pendant plus de 5 heures. Ils ont été libérés au compte goute, avec fichage, prise de photos, fouille, etc. Ceux qui n’avaient pas de cartes d’identités ont été emmenés dans un bus de la police, les autres relâchés mais en état de choc. Les gens qui ont manifestés contre l’emprisonnement des lycéens place Bellecour ont bien sûr été gazés. La CGT a éloigné la manifestation du site et a divisé le mouvement, soi disant pour éviter un conflit. Non seulement on nous ment à la télé mais en plus les syndicats sont des collabos. Ah et les images des casses sont celles de mardi :). Il est peut-être temps d’élaborer un contre média, de trouver un moyen de diffuser en France de vraies informations, et de foutre dehors les journalistes collabos. Appelons à une grève dans les services de télévision voir à un blocage, j’en sait rien, mais il faut faire quelque chose.

  • Le 21 octobre 2010 à 22:29

    Mardi soir, à 1 h du matin, y’avait quasi plus une trace du prétendu pillage de la rue Victor Hugo. Deux ou trois impacts sur des vitrines, les autres déjà remplacées par les assurances. Si les prétendus 1 300 casseurs de la pref avaient été sur place, ça aurait été autre chose ! Depuis 4 jours qu’il y a des affrontements avec la police place Bellecour, pas une vitrine de la place n’est tombée. Beaucoup d’images qui tournent en boucle sur les télés et dans la presse, aucune information sur la colère des gens dans la rue. Merci à Rebellyon !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mouvement sur les retraites » :

› Tous les articles "Mouvement sur les retraites"