Faisons respecter le droit d’étudier et les libertés à Lyon II !

1615 visites
1 complément

Le 5 avril dernier, le Tribunal administratif a choisi de confirmer les arrêtés d’interdiction de pénétrer dans l’université Lyon II contre Sophie Perrin, étudiante en anthropologie, et militante de longue date parmi nous.

Fin Novembre 2010, cette étudiante, évincée de l’accès en doctorat à Lyon II depuis juin 2010 malgré des résultats déjà brillants et un projet de recherche solide, s’est vue interdire l’accès de l’université par deux arrêtés successifs pris par celle-ci.

Ils ont été assortis d’une plainte pénale à son encontre pour “harcèlement moral” envers Lyon 2, plainte nécessaire pour légitimer juridiquement son interdiction d’accès prolongée aux campus. Elle a du faire appel au Tribunal Administratif pour exiger l’annulation de ces arrêtés.

Au tribunal administratif, c’est un grave précédent qui vient d’être entériné !

Le Rapporteur Public a fermement plaidé contre la décision prise par l’université, qui s’est assise de bout en bout sur le respect du contradictoire dans cette procédure. Mais le Tribunal Administratif a choisi de ne pas suivre ses recommandations, pourtant étayées.

L’administration de Lyon II a pour une fois mis des moyens conséquents pour obtenir la confirmation de ces arrêtés : présence du service juridique au complet à l’audience, accompagné du DRH de la fac !

Le 14 mai prochain, nous devons être massivement présents à l’audience pénale pour soutenir notre camarade Sophie, et ne pas laisser se faire un nouveau procès à charge à son encontre !

Une attaque qui nous concerne tous !

Ces arrêtés d’interdiction constituent un précédent inédit, qui nous concerne tous, étudiant-e-s et/ou militant-e-s à Lyon II. Au moindre conflit avec l’administration, pour une réinscription, un changement de filière, une admission en M2 ou en thèse, l’Université pourrait désormais considérer qu’il est urgent de nous interdire l’accès à l’université.

Lyon II est également un endroit où les militant-e-s progressistes peuvent avoir accès à des salles pour se réunir et organiser des initiatives. Ces arrêtés, pris et maintenus dans l’impunité, font peser un danger sur notre droit de réunion, et interdisent déjà leur accès à notre camarade depuis maintenant 17 mois, contribuant à son isolement !

…Avec des conséquences importantes sur le procès pénal du 14 mai prochain :

Pour Sophie Perrin, la décision du Tribunal a également des répercussions sur la suite juridique de son affaire.

L’un des deux chefs d’inculpation au pénal est sa présence « illégale » sur les campus de Lyon II, où elle est notamment coupable d’être venue à des réunions syndicales pour organiser son soutien. Si le Tribunal Administratif avait annulé les arrêtés, l’un des deux chefs d’inculpation aurait sauté.

Une université ni responsable, ni coupable, mais … victime ? Vraiment ?

Point de départ de ce conflit : en juin 2010, juste après la soutenance de master 2 de Sophie, L’École Doctorale déclare que l’universitaire qu’elle souhaitait avoir pour directeur de thèse, émérite, ne peut encadrer de nouvelles thèses.

Le rapporteur Public a souligné, à l’audience, que le Conseil d’État a pourtant déjà confirmé que les professeurs émérites peuvent encadrer de nouvelles thèses. Mais le service juridique de Lyon 2, pourtant d’une efficacité redoutée dans cette affaire, ne le savait peut-être pas ?

Un thème de recherche indésirable ?

Le travail de recherche que souhaitait poursuivre Sophie Perrin en doctorat concerne l’inceste. Ce terrain de recherche serait-il non légitime aux yeux de l’École Doctorale et de la faculté d’anthropologie-sociologie de Lyon II ? Il y aurait-il des tabous scientifiques ?

Notre camarade a essayé avec ténacité, depuis juillet 2010, de faire valoir ses droits à poursuivre ses études et à mener ses recherches sur ce terrain pour le moins inexploré par les sciences humaines. Face à sa volonté, plusieurs professeurs puis l’administration de Lyon II ont déclenché une véritable campagne de stigmatisation à son encontre. Ils sont allés jusqu’à suggérer une demande d’hospitalisation d’office au maire de Lyon début 2011 : est-ce là la seule récompense que l’on peut espérer pour des travaux si novateurs et brillants ?

Il est ignoble d’utiliser le passé de Sophie Perrin, elle-même victime d’inceste, comme base de cette propagande visant à faire croire à l’instabilité et dangerosité de notre camarade, tentant ainsi de psychiatriser un combat, juste et légitime, pour le droit de continuer des recherches scientifiques réellement novatrices, sur un thème laissé impensé jusque là par la plupart des chercheurs.

A Lyon 2, si tu bronches, on te traîne en justice ? Tous ensemble, ne laissons plus faire !

Le 14 Mai prochain, après deux reports successifs dus aux délais induits par l’expertise psychiatrique demandée par le tribunal, notre camarade sera jugée au pénal où elle a été traînée par l’Université Lyon II.

C’est ce jour là qu’aura lieu le dénouement de l’affaire de Sophie. Notre présence au Tribunal est nécessaire pour un procès équitable permettant de faire réellement émerger la vérité !

Protégeons notre droit à l’Éducation et les libertés à Lyon II ! Soutenons Sophie Perrin au tribunal correctionnel, 67 rue Servient, Lyon 3e, le 14 mai !

Premiers signataires : CE (Confédération Etudiante), FSE (Fédération Syndicale Etudiante), JCML (Jeunesse Communiste Marxiste Léniniste) - d’autres organisations, de différentes colorations syndicales et politiques, vont s’ajouter, ce texte étant en cours de discussion en leur sein, selon les dates de prochaines réunions de chacune d’elles d’ici le 14 mai.

La suite à lire sur : http://fselyon.wordpress.com/2012/04/28/faisons-respecter-le-droit-detudier-et-les-libertes-a-l

lundi 14 mai 2012

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 5 mai 2012 à 17:19, par Sophie

    Précision importante : au tribunal administratif le 22 mars dernier, nous étions beaucoup moins nombreux.euses que lors de l’audience pénale du 24 octobre 2011, si bien qu’il était invisible pour ce tribunal qu’existait un soutien autour de ce conflit judiciarisé.

    Or, dans tout procès, la présence d’un public dans la salle, nombreux, influe bien sûr sur le juge dans le sens d’un examen plus attentif et pondéré de l’affaire. Déjà, par le simple fait qu’avoir devant soi plein d’observateurs.trices, c’est humain, exerce, souvent, un effet de « contrôle populaire ».

    Mais ici, la présence militante nombreuse est plus particulièrement importante encore, étant donné le « portrait » dressé de moi par la fac.
    Hystérique, folle, voire harceleuse, voire pire encore, le tout au féminin bien sûr… mes actions de protestation, pourtant mûrement réfléchies et construites, sont stigmatisées comme insensées. Des actes criminels que j’ai du subir par le passé sont utilisés pour parachever mon "portrait" de ... coupable.

    La présence massive dans la salle est donc un élément très important pour « faire dissonnance » avec ce portrait, fallacieux, de moi. La faible présence militante au TA n’a pas permis à cela de se faire, ce qui peut contribuer à expliquer le verdict « à charge », non équitable, rendu.

    Donc oui, votre présence est importante, oui, venir en soutien lors d’un procès, ça peut changer la donne, oui, ce temps vaut la peine d’être pris !

    Alors le 14 mai, si vous le pouvez, venez. Il faut que la salle soit comble comme le 24 octobre. Et si vous qui lisez cette information ne venez pas, qui le fera à votre place ?
    Ceci est valable pour tous les appels à soutien (cf celui de Christine, pas loin) !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Autorisation dérogatoire de sortie : ce qui change aujourd’hui !

Le ministe Douste Blazy vient de l’annoncer ce matin, l’autorisation dérogatoire change une nouvelle fois de forme... Désormais il faudra pouvoir prouver que cela fait minimum une semaine que l’on est pas sorti. Pour cela, une procédure stricte sera mise en place par la maréchaussée : vêtement...

>Comment contester une amende pour non respect du confinement ?

Le groupe facebook « Confinés mais pas isolés 35 » a mis en ligne un document PDF qui permet de contester une amende forfaitaire infligée pour non-respect des mesures de confinement. Nous vous le transmettons ici. Attention, si vous entendez contester une amende, il ne faut pas la régler ! Le...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>Manif féministe non-mixte sauvage du 14 mars

Le vendredi 13 mars, la préfecture a interdit la manifestation de nuit en non-mixité qui avait été déposée le 14 mars en raison des mesures luttant contre la propagation du virus Covid-19, qui empêchaient tout rassemblement de plus de 100 personnes. Les organisateur•ices de la manifestation ont respecté...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>GendNotes ou le discret retour du fichage homosexuel en France

Quelle est cette application qui permettra aux gendarmes de ficher sur l’orientation sexuelle et autres informations sensibles ? Le 20 février 2020 est bien discrètement entré en application un décret, adopté par le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui...

 Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la « Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits » fin 1983, marquent le début des années 80. On y...

› Tous les articles "Discriminations"