Site collaboratif d’infos alternatives

Fermeture administrative du local Néo-nazi de Gerland

6549 visites
9 compléments

Rendu public aujourd’hui, un arrêté de la mairie de Lyon, daté du 16 mai, ordonne la fermeture du local « Bunker Korps Lyon » ouvert à proximité de Jean Macé par le groupe Lyon Dissident (anciennement Blood & Honour Lyon) en Avril 2010 et principal lieu de promotion lyonnais des idéaux fascistes.
On se rappellera entre autre leurs liens avec l’agression a Villeurbanne en Janvier dernier.

Le local des identitaires montée du change ne semble pas menacé, malgré l’agression ayant eu lieu sur place et les violences de leur rassemblement du 14 mai
Sur les derniers évènements lire aussi :
- Rassemblement des fascistes islamophobes : le point sur les violences racistes et politiques dans tout Lyon (les membres du BKL/Lyon Dissident y ont été très visible)
- Retour sur 2 ans de lutte à Lyon contre l’extrême-droite et ses agressions

Communiqué de Presse du collectif 69 de vigilance contre l’extrême-droite

objet : fermeture du local néo-nazi de Gerland.

Lyon, le 18 mai 2011

Dans un arrêté municipal daté du 16 mai et rendu public aujourd’hui par la Mairie du 7e arrondissement (jointe ce matin au téléphone), la Ville de Lyon annonce la fermeture administrative du local néo-nazi « Bunker Korps Lyon / Lyon Dissident » situé au 22 impasse de l’Asphalte dans le 7e arrondissement.

Le collectif, qui informe depuis de nombreux mois déjà sur la réalité de ce local et appelle à la mobilisation contre la recrudescence d’une extrême-droite radicale et violente à lyon, se félicite de cette fermeture qui n’a été possible que grace à la large mobilisation, entreprise sur Lyon.

La mobilisation contre l’extrême-droite à Lyon reste malheureusement toujours nécessaire, les violences du week-end dernier autour du rassemblement des identitaires en témoignent. Le collectif reste plus que jamais déterminé à poursuivre et renforcer son action pour obtenir :
- la fermeture de l’autre foyer de haine et de violences à lyon : le local « la traboule » tenu par les identitaires montée du change.
- l’arrêt de toutes les agressions fascistes et racistes.
- Le soutien aux victimes de ces violences dont les dernières en date : celles de la Croix-Rousse et de Saint Jean Le 14 Mai

Par ailleurs le collectif continue sont travail de compilation de témoignages autour des violences due à l’extrême-droite lyonnaise. Vos témoignages sont les bienvenus sur apa69 (at) riseup.net

le collectif 69 de vigilance contre l’extrême-droite

PDF - 42.7 ko
Communiqué de Presse - 18 mai 2011

Arrêté municipal contre l’association Rock’n’gones

JPEG - 756.8 ko
Arrêté municipal
PDF - 58.1 ko
Arrêté municipal - Rock’n’gones

Pour rappel :

« Lyon Dissident » / « Bunker Korps »

L’association « Lyon Dissident » est depuis quelques temps bien connue à Lyon pour l’organisation d’évènements fascisants (voir notamment un exemple en 2008 : Pas de concert néo-nazi ni à Lyon ni ailleurs).

Lyon Dissident est un groupe connu pour ses affinités avec les mouvements néo-nazis, notamment Blood and Honour (B&H). Leur local, à Gerland, est connu pour faire passer sur Lyon des groupes de la scène RAC (pour Rock Against Communism ou Cosmopolitism en opposition au Rock Against Racism).

JPEG - 141.1 ko

Un concert au Bunker Korps Lyon

Le groupe Lyon Dissident utilise un local à Gerland, le BKL (pour Bunker Korps Lyon) situé au 22 impasse de l’Asphalte, loué sous le couvert de l’association ROCK’N’GONES [1].

Les membres de Lyon Dissident (et donc de Rock’n’gones) ne se cachent pas de leur appartenance à Blood & Honour et certains ont déjà été condamnés pour violences racistes. Notons que les principaux membres de Lyon Dissident étaient présents lors de la manifestation fasciste du 22 octobre à Lyon. Leur structure est depuis peu liée à deux autres assez similaires : le « Local » à Paris (association du bien connu Serge « Batskin » Ayoub) et la Vlaams Huis en région lilloise.

Pour rappel, le dossier de presse sur Lyon Dissident est disponible sur le blog de la CNT 69.

Une video édifiante sur un concert organisé par le bunker korps/lyon dissident :

Bien que le chanteur annonce « Match Retour » [2] les informations accompagnant la video lors de sa première publication annonçait « I.S.D. Memorial 09 », soit un concert organisé en 2009 par Lyon Dissident (l’adresse mail sur le fly est d’ailleurs Match Retour) à la mémoire de Ian Stuart Donaldson, fer de lance du mouvement néo-nazi. Le fly de ce concert est dans le dossier sur le local (page 3). Il s’agit donc bien des mêmes organisateurs (la banderole Bunker Korps est d’ailleurs visible), mais potentiellement d’un lieu différent dans l’agglomération lyonnaise, le groupe fasciste n’ayant obtenu son local qu’au printemps suivant.

Le groupe Match Retour est quand à lui à l’affiche du concert de soutien aux fascistes ayant commis l’agression à Villeurbanne, 4 d’entre eux étant en détention provisoire pour de très longs mois avant leur procès, dont l’objet sera probablement pour violences en réunion avec tentative d’homicide, avec préméditation. Le concert est annoncé à la une du site international de Blood & Honour.

JPEG - 194.8 ko
Le groupe du président de Lyon Dissident, Match Retour, n’a vraiment rien à voir avec les agresseurs néo-nazis...

Notes

[1Cette association est déposée en préfecture depuis mars 2010, et donc publiée au journal officiel

[2Il est probable qu’il s’agisse de Renaud M. Chanteur du groupe, invité sur scène en « guest star » par un autre des groupes

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 19 mai 2011 à 10:15, par Zog-Zog

    69latrik a entièrement raison. La majorité des antifa se voilent la face, ce n’est pas en s’acoquinant avec l’état et en réduisant au silence leurs idées que les choses vont bouger. Ou plutot si elles vont bouger, mais pas dans le sens ou vous l’entendez. Je ne remets pas en cause le mouvement antifa, il a besoin d’exister, mais il lui manque un complément « réfléchi ». On n’occupe pas le terrain des idées par la force, la rhétorique est tout aussi nécessaire. Dites ce que vous voudrez mais il n’y a qu’a interroger n’importe quel quidam dans la rue, de plus en plus la population se range de leur coté invoquant bien évidemment la liberté d’expression. Samedi dernier leur principal slogan était « liberté ». On ne procède pas de la bonne manière, y persister serait leur ouvrir un boulevard. Une remise en cause fondamentale du mouvement est donc, selon moi, plus que nécessaire. Car forcémment, dire aux gens qu’on est libertaires ça passe, mais quand ils voient qu’on fait appel à l’état tout en voulant interdire la liberté d’expression pour certains individus cela me parait hypocrite, risqué et contre-productif.

  • Le 19 mai 2011 à 07:29, par ksournave

    quelques précisions :

    - je n’ai pas « demandé la fermeture politique » (@shoota)... je n’ai fait que relever que l’article annonçait une fermeture du local, sans préciser qu’il s’agissait d’une manœuvre administrative utilisant un moyen détourné (alibi de la sécurité).

    - par conséquence la fermeture sous couvert de sécurité sous-entend une ré-ouverture lorsque les conditions de sécurité pour le public seront réunies

    - j’ai évoqué une « prise de position » municipale, pas un pouvoir municipal, légal ou non de fermer le local pour raison politique. Je me trouve loin de Lyon, une de mes « sources » d’information est la presse. J’y lis des prise de position de Colomb qui minimise la responsabilité des identitaires, sous couvert d’erreur ou de fougue de « jeunesse ». J’y découvre aussi un parallèle de position entre la Mairie et la Préfecture, autour du thème de la guerre des extrêmes mettant dos à dos nazis et antifas comme si les uns étaient les symétriques des autres.

    Pour le reste (opportunité de la fermeture, dissolution légale de la structure, autodéfense et socio-dem), le débat reste ouvert, là n’était pas le propos de mon commentaire.

  • Le 18 mai 2011 à 23:16

    Il ne sert a rien de se réjouir de cette minuscule victoire. L’association n’étant pas dissoute, les RAC et autres nazillonnerie auront toujours lieux d’être sur Lyon et ses environs.
    Ce qu’il faut exiger c’est bien entendu la fermeture du local, mais aussi la dissolution de l’association Rock And Gones.
    Belle mobilisation tout de même mais il ne faut pas se satisfaire des miettes...

  • Le 18 mai 2011 à 22:58, par 69latrik

    @ksournave

    Le problème c’est qu’il s’agit d’un lieu privé. Le fait d’organiser des concerts n’est pas illégal en soit. Il faudrait infiltrer un de ces concerts et enregistrer des propos délictueux pour intenter ensuite une action en justice, mais là encore il risque de n’y avoir que la personne incriminée qui serait condamnée.
    J’ai l’impression que les nazis se sont adaptés à leur « environnement » : leurs concerts dans des salles publiques étant systématiquement interdits sans grande difficulté, ils ont donc décidé de créer leurs propres salles de concert.

    De la même façon dans le cas actuel, la fermeture est due à des problèmes de sécurité, il est évident qu’ils effectueront les travaux nécessaires et que leur local sera à nouveau ouvert d’ici peu, et il sera encore plus difficile de trouver un angle d’attaque légal.

    En attendant on se retrouve avec une cinquantaine de néonazis dans la nature qui retourneront à leurs virées nocturnes pendant quelques mois et cette situation est très dangereuse. Et je ne tiens même pas compte des événements récents qui ont dus échauffer certains esprits.

    Pour moi la solution vis à vis de ce local serait simplement de les laisser dans leur crasse dans leur local avec l’instauration d’un cordon sanitaire (surveillance policière mais aussi antifasciste) car d’après ce qu’on a pu voir ces derniers temps les fachos sont dangereux lorsqu’ils sont en bande dans la rue et non lorsqu’ils sont en train de se bourrer la gueule dans un taudis.

    Je terminerais en adressant un message à tous les vrais antifascistes qui me lisent : pour ceux qui ne sont pas au courant, qui n’étaient pas là samedi, la situation évolue très vite et nécessite la mise en place d’une vraie stratégie. Or manifester au coté des socios démocrates qui ne voient dans notre mouvement qu’une bonne action de com’ (il n’y a qu’à voir le reportage de FR3), n’est pas une stratégie, c’est une solution de facilité. Tout comme réclamer la fermeture sans condition du local nazi. On ne traite pas un problème en cachant ses conséquences. Le mouvement dans sa globalité doit se remettre en cause, et j’espère que ce sera le cas avant qu’il ne soit trop tard.
    Malheureusement j’ai l’impression que le point de bascule a déjà été franchi ce samedi.

  • Le 18 mai 2011 à 22:33, par shoota

    @ ksournave

    ça sert à rien de demander une fermeture « politique » au maire car il n’en a pas le pouvoir. C’est pourquoi le collectif69 a demandé au maire de faire jouer son droit en matière d’établissement recevant du public car on savait que le local n’était pas aux normes.
    Si cela ne suffisait pas, le Préfet a aussi le pouvoir de dissoudre l’association si elle incite à la haine raciale. Mais c’est pas facile à prouver car tu te doutes bien que c’est pas écrit dans leurs statuts ! Pour cela il faut que des associations, habilitées à le faire, engagent une procédure avec des éléments à charge.

    Après, comme tous et toutes, je préfèrerais que cette fermeture soit l’aboutissement d’une mobilisation populaire massive et déterminée qui contraigne les pouvoirs publics à fermer ces locaux. Ce n’est malheureusement pas encore le cas, continuons à y œuvrer tous ensemble...

  • Le 18 mai 2011 à 21:18

    Suite à la venue de la commission de sécurité de la ville de Lyon au BKL les fafs avaient 2 mois pour faire les travaux ils les ont fait excepté la porte coupe feu,ils ont demandé une dérogation , la ville pouvait leur accorder elle l’a refusé.
    Y’aurait il cette visite et ce refus sans la mobilisation ? Non.
    Si ils font appel on sera à nouveau là pour les contrer !

  • Le 18 mai 2011 à 19:25, par ksournave

    A la lecture de l’arrêté, on découvre que la fermeture administrative est motivée par une non-conformité en matière de sécurité des lieux accueillant du public... la commission de sécurité demande des travaux. Rien à voir avec les événements et agressions récentes et/ou récurrentes. Hypocrisie politique, fuite le nez dans les Codes pour ne pas assumer une prise de position... Que va faire la Mairie d’arrondissement quand la mise en conformité aura eu lieu ?? Autoriser la ré-ouverture ? Ou alors bloquer le dossier avec des alibis bidons, donnant encore l’opportunité aux nazillons de se poser en victime en se fendant d’un recours devant un tribunal administratif pour « abus de pouvoir » ? A quand une prise de position politique autre que celle de guerre des extrêmes que nous joue Colomb et le Préfet depuis le début ?

  • Le 18 mai 2011 à 19:15, par Mr propre

    c’est une première victoire mais il faut pas en rester là. Sachant que le local a été fermé parce qu’il n’était pas aux normes de sécurité requises on peut avoir peur que si les travaux nécessaires à le remettre aux normes sont réalisés ils pourra ré-ouvrir.. il faut continuer a les combattre politiquement mais aussi de toutes les autres manières possibles !

  • Le 18 mai 2011 à 18:37, par aaah

    Enfin !!! Premiere victoire !! Ne lachons rien...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

}