Les salarié·es de la Banque Populaire en grève le mardi 6 mars

1423 visites

Suite au processus de fusion de la Banque Populaire en AURA (Auvergne Rhône-Alpes), la CGT appel à une journée de grève et plusieurs rassemblements mardi 6 mars, à Lyon (141 rue Garibaldi 69003), St-Étienne (2 rue Blanqui), Clermont (18 bld Jean Moulin) et Corenc (2 av du Gresivaudan)

« Le 19 avril 2016, les Conseils d’Administration de la Banque Populaire des Alpes, de la Banque Populaire Loire et Lyonnais et de la Banque Populaire du Massif Central ont approuvé le lancement d’une Etude d’Opportunité et de Faisabilité baptisée « Projet AURA » pour étudier le rapprochement de nos 3 banques ». Dès les 1 ères présentations de cette étude, la Cgt émettait de nombreuses réserves quant aux modalités et conséquences de ce projet tel que présenté .

Ainsi, les trois CHSCT des trois établissements émettaient un avis unanimement défavorable, toutes organisations syndicales confondues.

Aujourd’hui, deux ans après, l’état des lieux est le suivant :

- suppression prévue de 240 postes de travail dans les services centraux
- fermeture planifiée du GIE PRIAM avec licenciements (filiale mâconnaise de 80 salariés)
- des mobilités géographiques et professionnelles importantes, pour la plupart subies
- des formations bien trop souvent réalisées après la prise de poste, donc trop tard
- des salariés essorés après avoir donné sans compter pour réussir au mieux cette fusion
- une surcharge de travail inouïe, conséquences prévisibles des suppressions de postes
- des dysfonctionnements post-fusion, pourtant prévisibles mais non anticipés
- une communication des membres de l’état-major infantilisante et minimisant ou niant les réelles difficultés
- annonce de suppression de 174 postes dans le réseau commercial
- aucune reconnaissance de l’investissement des salariés
- un socle social low cost Malgré les multiples remontées des élus dans les différentes instances du personnel, voire directement auprès des dirigeants pour exposer ces nombreux dysfonctionnements aboutissant à :
- la souffrance réelle des salariés
- l’insatisfaction clientèle grandissante
- les risques opérationnels , la direction refuse de prendre la mesure de l’urgence.
Incapable d’écouter, de s’emparer de ces sujets, de se remettre en cause, d’adapter des solutions à cette situation catastrophique, elle s’enferme dans un déni méprisant.

Puisque les élus ne sont pas entendus, puisque les mesures correctrices n’arrivent pas, puisque la réalité quotidienne des salariés continue de se dégrader dans des proportions jamais atteintes, puisque leur santé est en jeu, les salariés décident d’exercer leur droit de grève ce mardi 6 mars 2018.

Des rassemblements sont prévus sur les sites administratifs :
- 141 rue Garibaldi 69003 LYON
- 2 rue Blanqui 42000 SAINT ETIENNE
- 2 av du Gresivaudan 38700 CORENC
- 18 bld Jean Moulin 63000 CLERMONT FD

Cgt BP AURA

mardi 6 mars 2018

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>A Medialys, la mobilisation paie

À la suite d’un débrayage initié le 7 décembre 2018, la direction de MEDIALYS, par crainte d’une amplification de la mobilisation, a été contrainte de céder aux revendications des salariés. Communiqué de presse du syndicat Solidaires...

>Le 11 décembre 1978 : Baroud d’honneur à Longwy et Denain

Au mois de décembre 78, le groupe Usinor veut supprimer 21.750 emplois dans les bassins de Longwy et Denain. Dans le Nord et en Lorraine, où l’on est sidérurgiste de père en fils, le gouvernement présente cette décision comme le « plan de sauvetage de l’acier ». En réaction la population se mobilise...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

> À Doisneau, les enseignant·es en grève aux côtés des lycéen·nes

Depuis le vendredi 30 novembre, les lycéen·nes du Lycée Robert Doisneau participent au mouvement en cours pour dénoncer les effets de parcoursup et de la réforme du lycée et du baccalauréat. Cette semaine encore, le fonctionnement du lycée est fortement perturbé. Les revendications portées par le...

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"