Ils ont volé 66 millions de personnes tous les jours pendant 5 ans, en récidive

1711 visites

Ils ont volé 66 millions de personnes tous les jours, tous les mois, pendant des années. Ils ont aussi volé l’État en dissimulant la réalité de leurs comptes à l’administration fiscale. L’État, par le biais de l’Autorité de la Concurrence a décidé qu’il n’ont pas à rembourser un centime à leurs victimes et qu’ils peuvent tranquillement continuer leur braquage.

Neuf cent cinquante millions d’amende à payer pour Colgate-Palmolive, Henkel, Unilever, Procter & Gamble, Reckitt Benckiser, Sara Lee, SC Johnson, Bolton Solitaire, Laboratoires Vendôme, français, Gillette, français, L’Oréal, français, Beiersdorf et Vania, les multinationales qui se sont entendus en douce sur les prix, pour nous marcher dessus et empocher plus de pognon.

Pour les pigeons qui se sont fait enfler pendant des années, il y a des cacahuètes, rien.

Dédommagement ? Préjudices ? Niet !

Quand une jeune fille de 18 ans fait une fausse-alerte à la bombe à Saint Exupéry pour rester un peu plus longtemps au lit avec son petit copain, ce sont chacun des commerces de l’aéroport, les restaurants, les bars, les compagnies aériennes, les magasins de souvenirs qui, en plus de l’aéroport, demandent à une personne insolvable des sommes exorbitantes pour « réparation des préjudices subis » (moi franchement ce jour-là j’ai trouvé l’air un peu plus propre que d’habitude).

Mais quand c’est une personne ordinaire qui occupe la place de la victime face à des multinationales coupables, il n’y a aucun dédommagement pour les préjudices subis. Pourtant les barons voleurs ont volé des dizaines de millions de personnes, et ont trafiqué leurs comptes de manière répétée, pendant des années. Ces entreprises sont en récidive, elles ont toutes déjà été condamnées pour des délits similaires (dissimulation fiscale, lobbying, délit d’influence, entente illicite, corruption d’élus, pollutions massives, destructions d’emploi, etc.). Jetez un œil aux liens en début d’article.

Et qui ne flaire pas que ces ententes sur les prix entre multinationales n’ont pas lieu qu’en France mais sont la norme pour l’Europe et le reste du monde ? La justice française.

PNG - 458.6 ko

Des conséquences pour des millions de personnes

Les conséquences de ce vol d’argent (10, 20, 50 euros par mois et par personne pendant 5 ans), pour les 50% de la population française qui vit avec moins de 1500 euros par mois ça équivaut à moins de nourriture, moins de déplacement, moins de soins médicaux, moins de chauffage, bref des conséquences sanitaires, sociales, familiales et/ou psychologiques.

La décision de l’Autorité De La Concurrence, le bras de l’État, est de ne faire indemniser aucune des dizaines de millions de victimes en France. Personne ne sera indemnisé, non, c’est l’État qui va toucher 950 millions. Vous savez cet État au rabais, celui qui rogne sur toutes les dépenses publiques, des salaires à l’éducation en passant par l’aide aux personnes handicapées et qui incite à la dérégulation économique totale, favorable aux multinationales... Vous croyez qu’on va en voir la couleur de cette argent ? Hahaha, l’argent repartira immédiatement dans les poches des voleurs sous forme de subvention, déguisement fiscal, aide à l’emploi ou je ne sais quelle autre merde, pensée pour mieux nous marcher dessus.

Aux petits soins avec les barons voleurs

L’Autorité De La Concurrence [1], dirigée par des anciens de la cour de cassation, du CSA, de la cour de comptes, et des larves de l’ENA ou de Sciences Po, n’a cessé de faire des cadeaux aux multinationales :

- elle a infligé une amende qui est à la hauteur d’une paille, pour ces 13 transnationales délinquantes. Pour l’Oreal, par exemple, le résultat net de l’entreprise est de 3 milliards d’euros pour 2013, son PDG a palpé 25 millions d’euros de salaire en 2007 ; alors les 200 millions d’amende, c’est un cure dent.
- cette paille va de toute façon être immédiatement récupérée sous forme déguisée d’avantage fiscale, d’aide à l’embauche, quand elle n’est pas répercutée dans les prix. De toute façon c’est les pigeons qui paieront.
- l’ADLC a rendu un seul verdict pour 13 entreprises d’un coup : comme ça on salit moins l’image des entreprises coupables.
- le temps de la procédure dure 8 ans ; ça permet quand même d’égarer un nombre important de brebis en route, quand elles sont encore vivantes.
- comme toutes ces douceurs ne sont pas suffisantes il a fallu utiliser une procédure « de clémence » pour avoir une exonération totale (SC Johnson) ou partielle (Colgate-Palmolive) d’amende.
- Enfin l’ADLC a surtout évité une réparation à payer, par chacune des entreprise, à chacune des victimes (66 millions environ + Ministère des finances), composée de la réparation des sommes volées et des préjudice subis. Cela aurait coûté beaucoup beaucoup beaucoup plus cher aux coupables. L’État par le biais de l’ADLC a fait le choix de la paille. Il aurait pas fallu donner d’idées aux États voisins qui sont dans la même situation et avoir l’opportunité de taper un grand coup sur la crampe de l’humanité que sont ces transnationales. Non, des douceurs.

Une justice pour les riches, une autre pour le reste

Bien entendu la destruction en cours de l’environnement, la dissimulation actuelle de plusieurs milliards d’euros dans les paradis fiscaux, la corruption des partis politiques et des élus, la destruction des sociétés et des familles ne sont pas des antécédents qu’on peut prendre en compte pour l’actuel dossier, pour chacun des coupables, comme le fait habituellement la justice. NON. Il faut séparer tous ces délits. Et ne pas tenir compte des antécédents ou des récidives (et c’est la cas). Dans une procédure qui, pourtant, le permettrait, elle a duré 8 ans.

Ainsi les responsabilités sont diluées, le poisson noyé, la responsabilité individuelle effacée, l’État accompagne, protège les barons voleurs dans leurs méfaits.

Pour les jeunes des quartiers populaires c’est plus simple : la justice est engorgée. Il faut grouper toutes les affaires qui concernent la même personne lors du même jugement, vite. En une seule fois, vite. Et il faut rappeler tous les délits commis en début du procès, pour que tout soit joué d’avance et torché en un minimum de temps (15 mn en moyenne pour les Comparutions Immédiates). Et si possible, en plus de la prison, il faut condamner le jeune à des sanctions qui gréveront son budget, sa vie pendant 5 ou 10 ans.

C’est ça la défense des intérêts de la société assurée par le Procureur de la République ou l’Autorité de la Concurrence, bref l’État. On peut compter sur eux pour défoncer les jeunes majeurs démunis qui tiennent les murs ; mais quand il faut défoncer les multinationales qui dressent les murs, ils chient dans leur froc. Ils préfèrent plumer 66 millions de Français, leur famille et leurs amis avec. Minables ? incompétents ? opportunistes ? le résultat est le même : ridiculement nuls.

Voler les multinationales, se soustraire à la justice et aux administrations me semble être le minimum d’exercice de ma citoyenneté.

Notes

[1incapable d’infliger plus de 7 douceurssanctions en 12 ans d’existence

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Capitalisme / Consumérisme » :

>Tribune pour une morale de l’écriture

Le monde éditorial français n’est pas moral. Auteur·ices, il est grand temps de proposer nos textes à des groupes éditoriaux éthiques et respectueux de nos identités.

› Tous les articles "Capitalisme / Consumérisme"