L’assemblée nationale prolonge l’état d’urgence pour trois mois de plus

301 visites

Mardi 16 février, les députés étaient appelés à prolonger ce régime d’exception mis en place depuis les attentats du 13 novembre 2015, malgré l’opposition de nombreux collectifs, syndicats et associations.

« L’Assemblée nationale a adopté, mardi 16 février au soir, la prolongation jusqu’au 26 mai de l’état d’urgence par 212 voix contre 31 et 3 abstentions. Dans un hémicycle à moitié rempli, la plupart des députés socialistes, radicaux de gauche, Les Républicains et UDI ont voté favorablement. Tandis que les écologistes se sont partagés entre pour et contre et que les élus du Front de gauche ont quasiment tous voté contre. »

 [1]

Pour justifier la prolongation de l’état d’urgence, le gouvernement explique que « le péril imminent, qui a justifié la déclaration initiale et la prorogation de l’état d’urgence, demeure à un niveau très alarmant ainsi que le démontre l’actualité nationale et internationale ». Et cite pêle-mêle les attentats commis à Istanbul et Jakarta, et un projet d’attentat qui aurait été déjoué via l’arrestation d’un homme arrêté à Tours.

« De même, en décembre 2015, postérieurement aux attentats du 13 novembre, deux projets terroristes en gestation sur le territoire national ont été déjoués, le premier de la part d’un individu résidant à Tours, le second émanant de deux personnes de la région orléanaise qui avaient entamé des démarches pour se procurer des armes avec le projet d’attaquer des représentants de la force publique. »

A ce tarif-là, l’état d’urgence pourrait bien être prolongé éternellement... Pour rappel, ce régime confère des pouvoirs exceptionnels aux autorités administratives, qui peuvent agir sans contrôle du juge judiciaire. Et le bilan de cette politique est éloquente : comme le dit le gouvernement lui-même, les 3 289 perquisitions administratives réalisées ont seulement permis d’établir des infractions en lien direct avec le terrorisme dans 28 cas (5 procédures de terrorisme, 23 procédures d’apologie ou provocation au terrorisme).

Mais les atteintes aux libertés constatées par le collectif « Nous ne céderons pas » qui avait organisé une manifestation nationale le 30 Janvier, n’ont pas réfréné les ardeurs des parlementaires pas plus que les très nombreuse manifestations qui ont eut lieux dans toutes les ville de France, comme celle de Lyon le 6 février.

On n’attend rien des députés pour qui ont serait censé avoir le devoir d’aller voté, mais pour info, pour ce qui est des députés du Rhône :

Philippe Cochet (LR), Patrice Verchère (LR), Bernard Perrut (LR), Christophe Guilloteau (LR), Georges Fenech (LR), Michel Terrot (LR), Philippe Meunier (LR), Pascale Crozon (PS), Yves Blein (PS) ont voté pour la prolongation de l’état d’urgence.

Aucun députés n’a voté contre.

Par contre, on note l’absence de Thierry Braillard (PRG), Gilda Hobert (PS), Pierre-Alain Muet (PS), Jean-Louis Touraine (PS), Dominique Nachury (LR) qui devaient surement avoir piscine...

Article repiqué de LaRotative.info

La suite à lire sur : http://larotative.info/l-assemblee-nationale-prolonge-l-1403.html

Notes

[1Source : Le Monde

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Naissance de Ricardo Flores Magon le 16 septembre 1874

Olt nous présente en BD la vie de l’anarchiste mexicain Ricardo Flores Magon, né le 16 septembre 1874 à San Antonio Eloxochitlán (Oaxaca) et assassiné le 21 novembre 1922 au pénitencier de Leavenworth (Kansas, États-Unis). Précurseur de la Révolution mexicaine, son mot d’ordre était « Tierra y Libertad ...

› Tous les articles "Répression - prisons"