La guerre d’Espagne : l’écrire et l’enseigner

2023 visites

Ouvrage sous la direction de Benoît Falaize et Marianne Koreta, Editions INRP, 2010

Un cours d’espagnol, au début des années 1990… l’enseignante évoque la guerre civile, qui fut « un sacré massacre ». Emerge de ses propos l’idée que tous regrettent cette guerre fratricide et désastreuse.
Tous coupables.
Exit cette autre mémoire : celle d’une guerre épique, et juste, dont l’on m’avait appris à admirer, et honorer, les héros socialistes et libertaires faisant barrage au franquisme.
Ultime camouflet : « grâce à qui l’Espagne est-elle passée de la dictature à la démocratie, en 1975 ? », demande l’enseignante en me regardant, moi, qui connais déjà l’histoire de Durruti versus Lister.
Je finis par tenter, au hasard : « el pueblo – le peuple ».
Réponse, cinglante, qui me laisse définitivement KO : « Es el rey – c’est le roi ».

Rien d’autre ne sera dit, ni su, sur la Transition, vocable que je découvre en lisant, bien plus tard, en 2011, l’ouvrage de Benoît Falaize et Marianne Koreta, issu des rencontres internationales de Lyon autour des façons d’écrire et d’enseigner la guerre d’Espagne, qui eurent lieu en 2007.
C’est donc au titre de simple porteuse d’une mémoire ainsi malmenée (je ne suis pas historienne), que cet ouvrage a tout d’abord attiré mon attention profane.

La suite de cette recension est disponible en ligne ici sur le site de la revue Lectures.

Source

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Déclaration des 66 Anarchistes au Tribunal de Lyon le 19 janvier 1883

Le 8 janvier 1883, à Lyon, débute le procès dit "des 66". Il est reproché aux accusés « d’avoir (...) été affiliés ou fait acte d’affiliation à une société internationale, ayant pour but de provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion,...

>L’Almanach 2020 de Mayday // PODCAST

Que l’année 2020 soit merdique, c’est une évidence pour tout le monde excepté peut être pour Jeff Bezos et ses potes qui sourient sur les couvertures glacées des magazines.

› Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>1er janvier 1994 dans l’État du Chiapas au Mexique

Déjà vingt cinq ans ! Le 1er janvier 1994 marque l’apparition sur la scène politique mexicaine et sur la scène médiatique internationale du mouvement révolutionnaire « zapatiste » des indigènes du Chiapas au cri de ¡Ya Basta !.

>27 - 31 décembre 1969, le Weather Underground entre en clandestinité

Après la dissolution en 1969 de la plus grosse organisation étudiante de lutte contre la guerre au Vietnam des États-unis, la SDS, une partie de la jeunesse blanche se solidarise des luttes Tiers-mondistes. Ils forment une organisation clandestine soutenue par une importante organisation...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"

Derniers articles de la thématique « Militarisme / Armements » :

>11 novembre, la guerre de 1914-1918 : le creuset des totalitarismes

Les commémorations du 11 novembre 1918 occultent toujours le souvenir du carnage et préfèrent exalter le martyre des soldats en sacralisant leurs combats. Elles fabriquent le mythe de la guerre nationale, la mémoire des combats est déformée, le culte du soldat est quasi religieux et s’incarne dans les...

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

› Tous les articles "Militarisme / Armements"