La préfecture interdit la cérémonie commémorative en mémoire de Wissam El Yamni organisé avec la municipalité de Clermont-Ferrand

1050 visites

Le 1er janvier 2012, la nuit de la Saint-Sylvestre, Wissam El Yamni, est interpellé par des policiers. La violence de l’arrestation le plonge dans le coma ; il succombera à ses blessures 9 jours après. Pour les proches, c’est le début d’une longue et difficile bataille judiciaire. Ce combat étant loin d’être terminé, la famille a souhaité rendre un hommage ce samedi 18 novembre avec l’accord de la municipalité en réalisant une cérémonie de souvenir dans un jardin du centre-ville. Pourtant, sous la pression des syndicats de police qui appelait à un contre rassemblement, le préfet du Puy-de-Dôme Jacques Billant a interdit le rassemblement. La famille El-Yamni et le « Comité Justice et Vérité pour Wissam » ont alors souhaité réagir dans se communiquer

Nous, famille et soutiens de Wissam El Yamni, avions souhaité, avec l’accord de la municipalité réaliser une cérémonie en son souvenir. Nous saluons l’humanité et la considération dont a fait preuve Monsieur le Maire.

Jusqu’à présent nous nous étions abstenus de tout appel public et de réponse aux dénaturations de notre projet d’hommage.

Presque 6 ans après la mort de Wissam, la plantation d’un arbre se voulait une pause dans la quête de vérité et le symbole de notre tentative d’apaisement. Cet évènement avait pour but de lui redonner son identité de fils, de frère, de mari, d’ami.

Des syndicats de police ont déclaré vouloir « relayer un appel à la contre manifestation ». Cette campagne excessive orchestrée par des policiers a conduit le préfet, au prétexte d’ordre public à prendre un arrêté d’interdiction.

Respectueux des lois de la République, comme nous l’avons toujours été, nous ne pouvons que nous conformer à cette décision mais nous déplorons que les clermontois soient inutilement privés de l’accès au jardin Lecoq comme nous déplorons les intimidations envers la famille El Yamni.

Néanmoins il est sidérant que face aux lobby policier, les autorités de l’État estiment ne pas être en capacité de faire respecter la liberté de réunion et de manifestation.

Nous sommes attachés à l’État de Droit mais nous ne pouvons que constater que ce groupe de pression obtient gain de cause auprès du plus haut représentant de l’État qui s’avoue ainsi impuissant à faire respecter la légalité républicaine et les libertés fondamentales.

à Clermont-Ferrand, le 17 novembre 2017

JPEG - 223 ko

P.-S.

Retrouvez la Chronologie Générale de l’affaire Wissam El Yamni ici

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info