Site collaboratif d’infos alternatives

La présidence de Lyon 2 menace de faire expulser les sans-papiers hébergés à l’université : appel à résistance

1376 visites

Jeudi soir, aux alentours de 19h, malgré tous ses engagements, la présidente de l’université est venue annoncer une solution pour les migrant.e.s : les loger sur une période de 10 jours dans un gymnase sous la responsabilité d’une association étatique avec fichage de tous les concerné.e.s. En cas de refus, tout le monde sera expulsé demain à 17h. Mobilisons-nous face à cette proposition indécente.

La présidence flanche sous la pression de la préfecture (État), les migrant.e.s en danger !

(Menace d’expulsion des migrant.e.s vendredi 1er décembre à 17h !)

Jeudi soir, aux alentours de 18h-19h, se tenait une réunion avec la présidence, des étudiant.e.s en lutte et les migrant.e.s.

La présidence, toute fière, annonce une solution pour les migrant.e.s : les loger sur une période de 10 jours dans un gymnase sous la responsabilité d’une association étatique. Ensuite c’est la préfecture qui décidera du sort des migrant.e.s. Nous savons ce que cela signifie.

Aucune solution réelle et stable n’est donc proposée pour les migrant.e.s, c’est donc avec fermeté que les migrant.e.s, avec le soutient des étudiant.e.s présent.e.s ont refusé.e.s cette proposition. Proposition qui est devenue obligation puisque la présidence a assuré que l’université ne pouvait plus répondre aux besoins des migrant.e.s et donc qu’ils.elles seraient délogé.e.s demain à 17h.

Les migrant.e.s, s’ils.elles avaient accepté de loger dans ce gymnase, ne se seraient pas retrouvés dans de meilleures conditions de vie qu’à l’université. Suite aux 10 jours, ils.elles se seraient retrouvé.e.s sous la tutelle de l’État donc très certainement soumis.e.s à des expulsions ou de nouveau mis.e.s à la rue (au mieux...).

La présidence a eu un comportement profondément indécent en expliquant aux migrant.e.s qu’il s’agissait d’une excellente nouvelle ! Mais non dupes, lorsque ceux.celles-ci refusent, la présidence menace d’envoyer les forces de l’ordre.

Nous rappelons que cette présidence a été élue, notamment car l’ancienne présidence avait appelé la Police sur le campus pour expulser des étudiant.e.s (pour les mêmes raisons). Elle avait promis de ne jamais appeler la Police à l’université.

La présidence aurait pu le faire avant, certain.e.s diront qu’elle aurait pu être pire. Il est vrai. Cependant, maintenant, elle se positionne comme une force répressive pour les migrant.e.s et étudiant.e.s en lutte.

A nous de répondre comme il se doit ! Organisons-nous dès maintenant.
Passez à l’amphi C (c’est là-bas que ça s’organise).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Réquisition de soutien aux migrant.e.s au 35 rue Bourgchanin à Villeurbanne

Nous revendiquons la réquisition citoyenne d’un bâtiment public et vide à Villeurbanne pour héberger une centaine de migrant.e.s. Dans la continuité de l’action menée à l’Amphi Z, nous agissons pour dénoncer l’inaction de l’Etat, de la métropole et de la ville de Lyon. Par cette réquisition, nous militons...

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>12 janvier 1985 : Assassinat de Machoro et état d’urgence en Kanaky

Membre du FLNKS, Eloi Machoro a été une figure de la lutte pour l’indépendance de la Kanaky. Partisan d’une lutte radicale, ne rechignant pas à utiliser les armes, il était devenu la bête noire de l’administration française et des colons. Il fut tué par les balles du GIGN le 12 janvier...

>Déclaration des 66 Anarchistes au Tribunal de Lyon le 19 janvier 1883

Le 8 janvier 1883, à Lyon, débute le procès dit "des 66". Il est reproché aux accusés « d’avoir (...) été affiliés ou fait acte d’affiliation à une société internationale, ayant pour but de provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion,...

>Un enfant de 13 ans mordu par un chien de la police municipale à Rillieux

Samedi après-midi [le 13 janvier 2018], les policiers patrouillent dans le quartier du Bottet. Ils tentent d’interpeller un jeune qui vient de les insulter. Mais ce dernier prend la fuite. Une course-poursuite à pied s’engage alors. Avec le maître-chien et son animal muselé et tenu en laisse. Mais le...

> Tous les articles "Répression - prisons"
}