Laisserons-nous faire la déportation de François Kong, 18 ans ?

1000 visites

François vit et est scolarisé en France depuis qu’il a 14 ans. Le 20 mai 2007, il a eu 18 ans, mais il n’a pas eu
le temps de fêter sa majorité : les ennuis ont tout de suite commencé.

Quel acharnement du préfet contre un jeune, François Kong, et sa famille !

Le 30 mai 2007, François a été contrôlé
lors d’une de ces opérations qui se multiplient actuellement, qui visent spécialement les personnes présentant
des signes extérieurs « d’extranéité » selon le langage administratif et qu’on appelle couramment des
contrôles d’identité. Il faut dire que François est noir et par conséquent, immédiatement soupçonné d’être
étranger. De fait il est camerounais et, comme jeune nouvellement majeur, il n’a pas encore de papier : en
effet, un jeune nouvellement majeur a deux mois à partir de sa majorité pour faire une demande de titre de
séjour
. Cette demande avait d’ailleurs été faite par François auprès de la préfecture du Rhône, avec l’aide
d’un avocat. Le 30 mai, elle était encore sans réponse ; cela faisait dix jours que François était majeur.

Pourtant, ce jour-là, après un contrôle, il est arrêté et immédiatement placé en rétention ; et cela donc de
manière arbitraire !
Après les interventions de RESF69, de la Cimade et de son avocat auprès de la préfecture
du Rhône, François a été libéré le 31 mai.

Mais la PAF, la Police de l’Air et des Frontières, ne s’est pas contentée de l’arrestation et de la mise en
rétention de François : elle a débarqué au domicile de sa mère et elle a arrêté et placé en rétention une petite
fille de huit ans Christiane France et son père Samuel Kweleng, en situation irrégulière. Ils ont tous les deux
été expulsés le 6 juin 2007 malgré la volonté du père et de la mère que la garde de leur fille soit confiée à une
personne de sa famille en situation régulière et vivant à Lyon.

François a été arrêté une seconde fois le 7 août, à proximité du domicile de sa mère qui est aujourd’hui en
situation irrégulière. Ce domicile est-il surveillé ? Si oui, dans quels buts ? Arrêter et expulser toute la
famille ? François devait passer au Tribunal Administratif pour son OQTF fin août, son arrestation a modifié
ce calendrier. Son OQTF a finalement été jugée devant le tribunal administratif de Lyon le 9 août. Ce
Tribunal a confirmé cet arrêté et a ainsi rendu l’expulsion de François possible bien que la Préfecture n’ait
donné aucune réponse à sa demande de titre de séjour.

François a été placé au centre de rétention de Lyon/Saint-Exupéry le 7 août au soir. Le Juge des Libertés a confirmé, le 9
août, ce placement et l’a prolongé pour 15 jours. François ne possède pas de passeport ; une demande de
laissez-passer a donc été adressée par les autorités françaises à l’ambassade du Cameroun pour qu’elles
puissent procéder à l’expulsion de François vers ce pays. L’ambassade du Cameroun n’a pas encore délivré
ce laissez-passer et après 17 jours de rétention, François passe ce vendredi 24 août, pour la seconde fois,
devant le Juge des Libertés, qui décidera ou non de prolonger sa rétention.

Depuis son arrivée au CRA, la santé de François s’est détériorée : il refuse son expulsion qui non seulement
l’interromprait dans ses études, mais aussi le séparerait de sa mère, de ses frères et de ses sœurs.

François est titulaire d’un BEP en plomberie, il était scolarisé au centre de formation de EFMA à Bourgoin-Jallieu pour un CAP en charcuterie-traiteur. Depuis le 21 mai 2006, il est placé sous la Protection Judiciaire
de la Jeunesse, d’abord comme mineur, puis comme jeune majeur. Malgré tout cela, la Préfecture n’a pas
examiné son cas, encore moins son « insertion dans la société » pour reprendre le langage de messieurs
Hortefeux et Sarkozy. François et avant lui, sa nièce Christiane France et son père Samuel sont victimes de la
politique du chiffre définie par le Gouvernement et le président de la République et menée très activement
par la police qui a reçu la consigne d’effectuer 25.000 expulsions dans l’année.

Dès lors, pour atteindre ces 25.000 déportations, tout est bon, même au mépris de l’humanité la plus simple.

Une seule question se pose : laisserons-nous faire ?

P.-S.

* Réseau Universités Sans Frontières de LyonRUSF69 : rusf69(arobase)no-log.org - 06.34.49.73.84

* Réseau Education Sans Frontières LyonRESF69 : resflyon(arobase)aol.com - 06 81.51.81.44 & 06.31.11.24. 29

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info