Lectures et présentation du livre « Race d’ep ! » avec les éditions la Tempête et le « Collectif Éphémère Stéphanois », le dimanche 10 mars

623 visites
Lyon 7e

Les éditions la Tempête et le Collectif Éphémère Stéphanois viendront présenter et lire des passages du livre « Race d’ep ! » Gouter et table de presse pour continuer ce dimanche aprem de lecture. RDV le dimanche 10 mars de 16H à 20H, à l’Amicale du futur, 31 rue Sébastien Gryphe, Lyon 7e.

« L’histoire homosexuelle n’existe pas avant, et elle disparaît dès qu’il n’y a plus de pédés pour la dire. ». Parce que l’Histoire peut mourir, à plus forte raison celle des minoritaires et des vaincus, Hocquenghem écrit une histoire de l’homosexualité avec la certitude que cette conscience d’être autre n’est pas éternelle.

Sodomites, pédérastes, inverties, folles… Ces dénominations passées dépassaient, contenaient ou cachaient ce que l’idée d’homosexualité fait exister aujourd’hui... Race d’ep ! en raconte la construction sociale.
Marqué par les grands silences entrecoupant cette histoire, la solution finale nazie et les années sida, Hocquenghem ne cesse d’en souligner la fragilité « Solution provisoire, née un beau jour des amours de la psychiatrie et du progressisme politique, l’homosexualité est peut être bien mortelle. »

Fort de toutes les représentations et photos qui le composent, fort des identités bariolées qui l’habitent et des fulgurance littéraires que l’on y croise, Race d’ep livre une histoire en lutte qui déborde les carcans identitaires. Préférant viser l’essentiel : les ineffables traits singuliers, multiples Et partagés. C’est à cette multiplicité à lquaelle il appartient aujourd’hui de faire le tri et d’inventer, à l’aune de cette histoire, sa propre tradition. Et de réinventer, encore, sa révolution.

Le Collectif Ephémère Stéphanois proposera une mise en voix et en espace de passages de leur choix du livre. Ces lectures dureront une trentaine de minutes.

Puis les éditions La Tempête, à qui l’on doit la réédition de Race d’ep !, présenteront le livre en mettant en avant deux chapitres : le mouvement du Docteur Magnus Hirschfeld en Allemagne, et Adam rencontre Adam sur la critique des mouvements homosexuels et féministes.

Le Collectif Ephémère Stéphanois est un collectif de théâtre né à l’issue du festival «  Mémoires minoritaires  » en 2018.

Après la mise en scène, lors de ce festival, de l’émission de radio « L’homosexualité, ce douloureux problème » (1971), réactivant par là l’histoire des luttes féministes et homosexuelles, Louise Bernard, Arthur Colombet et Siméon Martinel préparent actuellement une pièce de théâtre pour 2019, avec toujours pour thème la mémoire homosexuelle et féministe.

Les éditions La Tempête, c’est ici : https://editionslatempete.com/editions-la-tempete
Leurs ouvrages sont disponibles à l’Amicale.

La librairie Terre des livres sera aussi présente et proposera à la vente une sélection de livres.

JPEG - 18.7 ko

« Je descendais une rue perdue, dans un quartier périphérique, à la recherche d’une pissotière mal famée. Sous un pont, deux loubards attendaient, adossés à leurs motos. Et quand je suis passé, ils m’ont crié, pas méchamment : « Race D’Ep ! » Comme j’étais ivre, il m’a fallu quelque temps pour comprendre. Les invertis ne parlent pas verlan. Race d’Ep, pour pédéraste. Un instant, j’avais senti flotter l’ombre d’une autre race. Ce cri, je l’avais moins senti comme une insulte que comme l’évidence résumée de mon appartenance à un autre monde, à une autre Histoire. Une histoire pas si vieille : née il y a un siècle, et dont les débuts pourraient encore être contés par des vivants. Naissance d’une nouvelle identité, devenue en cent ans une quasi-nature. Ils apparaissent un peu avant le tournant du XXe siècle, mutants des arts de l’image et des sciences médicales, se découvrant peu à peu à travers leurs représentations comme une espèce particulière. Entre les guerres, dans les convulsions de l’Allemagne pré-concentrationnaire, ils prolifèrent comme du chiendent, construisant leur propre destin jusqu’à former une nouvelle définition de l’être humain, un peuple dispersé. Un peuple sans mémoire, oublieux aussitôt des expériences vécues et des exterminations. Une conscience d’être autre qui n’est pas éternelle, mais n’est pas née non plus dans la Libération américaine des années soixante, qui a eu il y a un demi-siècle son âge d’or, continent perdu effacé par le bain de sang totalitaire. »

C’est cette histoire inconnue que ce livre, écrit en 1979, veut rendre visible au travers des images qu’elle a créées. La Race d’Ep.

RDV le dimanche 10 mars de 16H à 20H, à l’Amicale du futur, 31 rue Sébastien Gryphe, Lyon 7e. Entrée libre.

http://amicale.online/2019/02/28/presentation-de-race-dep-de-guy-hocquenheim-editions-la-tempete-lectures/

dimanche 10 mars 2019

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>Nicolas Casaux et la transphobie par Peter Gelderloos

Peter Gelderloos, auteur de Comment la non violence protège l’état : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux, a eu une mauvaise surprise lors de son dernier voyage en France. Il a été informé peu de temps avant de venir promouvoir son livre qu’un des traducteurs qui avait participé à la...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"