Manif du 11 novembre : de l’art de rater les évènements

2204 visites
11 compléments

En ce jour du 11 novembre, le sympathique cortège des sympathiques anarchistes lyonnais a défilé tendrement avec de forts jolis drapeaux et des chansons originales.

Aujourd’hui, nous étions toutes et tous rassemblé-es pour dire combien la guerre c’est mal, combien nous n’aimons pas l’armée. Quelle pertinence dans l’analyse contextuelle ! La guerre civile fait rage dans les quartiers, la société brûle et nous faisons comme si de rien n’était.

Nous avions la possibilité de mettre en pratique des modes d’organisations et d’actions politiques (libertaires et violents) qui rentrent en écho avec les pratiques spontanées des jeunes émeutiers. Nous aurions pu, grâce à la solidarité d’un cortège « révolutionnaire », semer le trouble dans le centre ville, faire exister l’anarchie sur un mode concret, rappeler aux flics que nous sommes encore une menace.

Il y a bien eu quelques tentatives frileuses de créer une situation au sein de cette manifestation (essentiellement du bombage) mais une partie du service d’ordre s’est immédiatement interposée, montrant clairement le positionnement symbolique du cortège.

Il semblerait que les organisations anarchistes se soucient plus de leur image - on se demande bien pourquoi ? - que de mener à bien, en respectant la diversité des tactiques, des actions directes violentes ou non-violentes.

Toujours les mêmes puissants tribuns aux mégaphones, les casseurs de vitalité politique, les mêmes rhéteurs cristallisant dans leur logorrhée tout ce qui finalement leur échappe. A la figure de l’anarchiste gardien du temple et courtois, nous proposons celle des micro-groupes d’organisations mobiles et dangereux, efficaces parce que s’adaptant à l’opportunité événementielle.

La révolution c’est tout de suite !
  • Le 15 novembre 2005 à 23:07

    Vous avez pas d’autres sujets de discussion ? Je vous rappelle que la bourgeoisie vient de décréter l’état d’urgence pendant trois mois. Arrêtez les enfantillages et mobilisez autour de vous.

    Dans un mouvement de masse, il y aura la place pour toutes sortes de pratique. Dépassons ce débat dans la pratique, car les petits ultimatums à répétition, merci ...

  • Le 14 novembre 2005 à 18:31, par Frédéric

    « Nous avions la possibilité de mettre en pratique des modes d’organisations et d’actions politiques (libertaires et violents) qui rentrent en écho avec les pratiques spontanées des jeunes émeutiers. Nous aurions pu, grâce à la solidarité d’un cortège »révolutionnaire« , semer le trouble dans le centre ville, faire exister l’anarchie sur un mode concret, rappeler aux flics que nous sommes encore une menace. »

    Qu’est-ce qui t’empêche de le faire ?
    Ce qui te dérange c’est que d’autres personnes ne soit pas d’accord avec toi et ont choisi d’autres pratiques ?

    « Il semblerait que les organisations anarchistes se soucient plus de leur image »

    facile de ne pas se soucier de son image quand on se cache derriere une cagoule ou un mail anonyme.
    Quoique mettre une cagoule, s’habiller tout en noir s’est se soucier de son image. Tout en se laissant la possibilité d’une autre image puisqu’on reste anonyme. Et puis faire des tags, c’est faire des images...

    « mais une partie du service d’ordre s’est immédiatement interposée, montrant clairement le positionnement symbolique du cortège »

    Au risque d’avoir les mêmes pratiques manipulatrices de la presse capitaliste tu devrais préciser le fait que tu relates : Une partrie du SO c’est quoi ? Qu’est-ce qui a été dit exactement aux personnes qui faisaient des tags ? Est-ce qu’il a été demandé de ne plus faire de tags ?Quels sont les insultes qui ont été lancés à la figure de cette même partie du SO ? Est-ce que par la suite les personnes ont été empechées de faire des tags ?

    De plus saches que les organisateurs de la manifestations n’ont pas besoin de cette intervention du SO pour montrer très clairement la position symbolique des cortèges : Rassembler le maximum de gens en évitant de faire courir des risques à des personnes qui ne le souhaite pas. Ca fait longtemps qu’on le dit et ça fait toujours aussi longtemps que des personnes viennent se cacher dans ces même cortèges pour vivre leurs fantasmes de radicalité.
    Que ces personnes assumes. qu’elles organisent des black block plutôt que de profiter des organisations et de leur baver dessus après.

    « que de mener à bien, en respectant la diversité des tactiques, des actions directes violentes ou non-violentes. »

    Qui tente d’imposer ses tactiques et ses actions ? Les organisateurs de la manif et la majoritairé des gens ont choisi leur action pour ce jour là : une manifestation avec dépots de parcours avec nom de responsables, avec des drapeaux, des sloggans. Tu as le droit de ne pas être d’accord avec ces choix.
    Mais lorsque des gens masqués ont des pratiques pouvant être dangereuses alors que le cortège est entouré de flics, courent vite se cacher derrière des gens,qui eux ont le visage découvert, parfois accompagnés d’enfant, et leur font prendre des risques de charge policière et d’arrestation, lorsqu’ils obligent ainsi les organisateurs à assumer la défense des personnes qui pourait éventuellement se faire interpeler, c’est respecter la diversité des pratiques ça ?

    Toujours les mêmes puissants tribuns aux mégaphones, les casseurs de vitalité politique, les mêmes rhéteurs cristallisant dans leur logorrhée tout ce qui finalement leur échappe

    Ben t’es pas obligé de venir !

    « A la figure de l’anarchiste gardien du temple et courtois, nous proposons celle des micro-groupes d’organisations mobiles et dangereux, efficaces parce que s’adaptant à l’opportunité événementielle. »

    Super dès qu’il y en a tu me previent, peut-être que j’en serais. Mais pour le moment ça reste à l’état de proposition et ce depuis longtemps. C’est plus facile à dire sur l’internet qu’à faire. A moins que ce que tu appelles « s’adaptant à l’oportunité événementielle » c’est profiter de l’organisation de manifestations pour se faire peur en faisant des tags tout en laissant le risque aux organisateurs et aux autres participants.

    Maintenant je suis prêt à discuter de stratégie et d’action directe avec qui que se soi. Mais avant j’aimerais comprendre pourquoi lorsque des personnes sont sans cagoule vous sourient, vous appellent camarades, parfois font apellent à vous dans un esprit d’entraide, et que lorsque elles mettent une cagoule elles se permettent de vous insulter ?
    Si quelqu’un pouvait m’expliquer ou souhaiterait discuter de stratégie avec moi je serais à la permanence de la CNT mardi de 18h à 20h

    Frédéric Degueurce secrétaire de l’union départementale CNT du Rhône.
    (désolé si ça fait bureaucrate, mais je considère que lorsqu’un ahérents de la CNT est insulté dans le cadre de son mandat c’est l’ensemble de la CNT qui est insulté)

  • Le 14 novembre 2005 à 14:59

    Tiens c’est marrant ça...

    Je vois pas en quoi un bombage deviendrait un « écho avec les pratiques spontanées des jeunes émeutiers » ? (D’autant plus qu’au final, il y eut tout de même des bombages sur le parcours, ça ton compte rendu semble totalement en faire l’impasse...)

    Halte au romantisme révolutionnaire. Un tag ce n’est pas une voiture qui brule, et une voiture qui brule, ce n’est pas le capitalisme qui s’effondre.

    Si tu veut jouer les émeutier-e-s, ne te cachent pas dans un cortège de manifestant-e-s et assume tes actes. En l’occurence, en te servant du défilé, tu te déresponsabilisait complètement en faisant porter le chapeau aux organisateurs en cas de grabuge.

    Après si on veut vraiment jouer les donneurs/euses de lecons, on peut aussi revenir sur les insultes homophobes lancées aux gens qui sont venu vous demander de rester dans le cortège...

    A bon entendeur
    Noir Combat

  • Le 14 novembre 2005 à 12:59

    Tout le monde s’énerve et les unEs accusent les autrEs de pas être réaliste ou responsable ou à la hauteur de l’événement... Je pense que ça sert à pas grand chose de dépenser en interne l’énergie et l’agressivité qui n’arrive pas à porter face à l’Etat ou au Kapital. La « diversité des tactiques » c’est bien quand ça marche ; là c’est pas le cas alors forcément il y a de l’impuissance et du ressentiment de part et d’autre. Moi j’aimerais bien que les cortèges anarchistes soient des espaces d’action directe, vu qu’il me semble que les logiques de représentation ne peuvent pas être efficace à l’échelle de l’UGAL ou de la CNT (et qu’elles bloquent un peu les fomes de lutte autonomes et radicales) ; par contre ça m’embête toujours quand derrière des relations sont abimées et des solidarités compromises.
    S’il faut poser les bases de cette diversité des options tactiques où peut-on le faire ? Est ce qu’on peut échanger un peu tranquillement ou alors il faut forcément passer par le procès politique ?
    En attendant, pour s’affronter directement aux dispositifs de contrôle, si on veut le faire sur un mode élargi et un peu public, ça passe nécessairement par une subversion de la forme manifestante. Après je vois mal comment la question de l’affrontement avec les flics peut encore faire débat puisque la police tend à envahir toutes les dimensions de notre existence (nos comportements y compris : quand un SO défend l’ordre public, quand l’invective tend à isoler les êtres et vient défaire les possibilités d’organisation collective).

    Voilà ; alors je vais même signer et si ça suffit pas je montrerai mes papiers :
    signé Nav

  • Le 14 novembre 2005 à 11:50, par David

    Publié par qui ? C’est qui le « on » ?
    Encore une fois l’agressivité des propos est à la hauteur du courage qui se cache derrière l’anonymat de la signature.
    De plus, encore une fois il est abérant de voire l’interprêtation qui est faite de la diversité des tactiques.
    La diversité des tactiques ce ne pas chaqu’un fait ce qu’il veut, quand il veut et où il veut. Où alors cela en est une vision libérale.
    Bien au contraire c’est le fait de pouvoir librement s’associer et mener des initiatives diverses mais clairement assumées, dans le temps comme l’espace, par celles et ceux qui les portent et de pouvoir permettre à ces différentes initiatives de s’exprimer sans se nuire mutuellement dans la pratique comme dans le discours.
    Quelle respect du mode d’appartion qui avait été choisi par les organisations appelant à la manif est fait quand on lui impose, sans concertation ni même information, en son sein d’autres actions que celles choisie ? Pourquoi avoir besoin de secacher dernière les autres (qui ne l’ont pas choisi) pour mener ses actions ? Cela ressemble bien plus a une pratique hégémonique (j’impose ce que j’ai choisi aux autres) et avant-gardiste (je vais radicaliser la masse par la violence) que libertaire. Personnes ne vous a imposer de venir à cette manif si son mode d’expression ne vous convenait pas. Pourquoi ne pas être capable de s’auto-organiser et de prendre vos propres initiatives pour mener ce type d’actions sans demander aux autres de les assumer aussi pour vous ?
    La diversité des tactiques telles que je l’ai vécue à Québec lors du sommet des amériques c’était bien le fait de mener des initiatives différentes, dans des espaces différents, qui respectaient les différents choix d’interventionsn, qui s’assumaient par chacun de ses acteurs/actrices et qui loin de s’opposer, se complétaient par la diversité des actions qui apparaissaient à l’extérieur.

    David

  • Le 14 novembre 2005 à 09:09, par AaA

    ouais, le coup du SO qui s’interpose pour empecher un bombage je suis pas d’accord. je faisait partie du SO et que ce soit sur le pont en face de St Paul ou dans la rue pour rejoindre la place des terreaux la ligne de fond de manif (le SO donc...) ralentissait pour empechez les flics d’avancer trop et pour vous permettre de finir vos bombages.

  • Le 13 novembre 2005 à 21:53, par Mytho

    « Il semblerait que les organisations anarchistes se soucient plus de leur image - on se demande bien pourquoi ? - que de mener à bien, en respectant la diversité des tactiques, des actions directes violentes ou non-violentes. »
    Il semblerait que les individu-e-s qui fantasment sur la révolution à 5-10, masqué-e-s, se soucient plus de leur image de pseudo-révolutionnaires que de la manière de construire réellement des mouvements sociaux qui puissent rentrer en rupture avec le systême capitaliste... Voire même de savoir comment construire un soutien efficace aux révolté-e-s des quartiers populaires qui ne se résume pas à de la gesticulation gauchiste... Avant-gardisme et mythomanie, quand tu nous tiens !!!

    « Toujours les mêmes puissants tribuns aux mégaphones, les casseurs de vitalité politique, les mêmes rhéteurs cristallisant dans leur logorrhée tout ce qui finalement leur échappe. »
    Ce qui t’échappe, décidément, en tout cas, c’est qu’on puisse avoir un autre mode d’action que le tiens et tes gesticulations verbales avec de la surenchère informatique...
    Un seul conseil : tu trouve que les personnes qui organisent des manifs sont des con-ne-s contre révolutionnaire : N’y viens plus, arrête de te faire du mal... Et prends toi en main... On verra bien si t’arrive à convaincre du monde à adopter tes modes d’action... Seul-e contre tou-te-s, ça doit être dur à vivre, non ??? Moi il me semble qu’une approche libertaire, ça revient plus à construire à partir de ce qui existe qu’à plaquer ses fantasmes sur la réalité...

    « A la figure de l’anarchiste gardien du temple et courtois, nous proposons celle des micro-groupes d’organisations mobiles et dangereux, efficaces parce que s’adaptant à l’opportunité événementielle. »
    Dangereux pour le pouvoir j’en doute, dangereux pour les autres manifestant-e-s, c’est certain.

    « La révolution c’est tout de suite ! » La révolution, ça se fait pas à 50, ça n’a rien à voir avec l’avant gardisme, et les proclamations n’apportent rien de réel ni de concret en terme de solidarité à la révolte des classes populaires...

  • Le 13 novembre 2005 à 14:06

    Alors l’émeutier, tu trouves que les gens qui assurent le SO des cortèges brisent tes élans révolutionnaires ? T’aurais voulu lancer ton coktail, puis, poursuivi par des condés près à te broiller les testicules et t’enfoncer les yeux au fond des orbites, te réfugier derrière ces mêmes gens du SO que tu débectes ? Et le pire, faire assumer à tous les manifestant-e-s les conséquences des tes actes ?

    Tu propose la stratégie « des micro-groupes d’organisations mobiles et dangereux, efficaces parce que s’adaptant à l’opportunité événementielle », y’a pas de problèmes, c’est ton choix, mais organise toi même avec tes potes ce genre d’action et ne l’impose pas aux autres ! C’est toi qui parle de respect des modes d’action non ?

    Et puis franchement, t’as déjà vu une émeuté annoncée publiquement avec un lieu et un horaire de départ connu à l’avance ???

  • Le 13 novembre 2005 à 10:21

    Do it yourself, gros malin.
    Alain.

  • Le 13 novembre 2005 à 00:16, par kierkegaard

    oui mais tu vois le probleme c est que la patience n est pas toujours attentive elle est quelque fois soporifique , ce n est pas la patience qui il faut appliquer mais l action individuel , chacun son rythme ; il faut juste esperer que peu à peu on sera tous synchro , un petit geste en attendant autour de soi , si infime qu il soit , quelque mots perdu un soir , a defaut d agir ensemble pensons ensemble , mais surtout buvons !

  • Le 12 novembre 2005 à 19:29

    bah t’en fais pas man fo pas en vouloir aux gens s’ils ont pas envie... ça se passe comme ça doit se passer, mais fo que ça se fasse spontanément !! Et si c’est pas spontané c’est que c’est pas encore l’ moment, toute façon un jour ça craquera tout seul, n’est-ce pas qu’une question de temps ? il suffira d’une étincelle... comme pour ces récentes émeutes !!!
    Surtout ne pas chercher à forcer les choses, ne pas chercher à imposer quoi que ce soit, au risque de reproduire des schémas autoritaires-arbitraires même involontaires...
    Enfin moi j suis pas spécialiste de la masse critique mais je pense qu’une révolution ça tient à pas grand chose, peut - être un subtil mélange de patience attentive, de rage contenue, d’action spontanée, et surtout de volonté de liberté !! (donc accepter d’abord individuellement puis collectivement de casser tous les schémas -de l’imaginaire-idées reçues-fausses conceptions TOUS inutiles quels qu’ils soient sans AUCUNE exception ...)

    . :-’\uN eLeCtRoN LiBrE rE-éVoLuTiOnNaIrE/’- :.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info