[Communiqué] Manifestations lyonnaises : les forces rappelées à l’ordre

3093 visites
Réforme des retraites 2019-2020 1 complément

Depuis la médiatisation du matraquage d’Arthur le 10 décembre dernier, la police est moins belliqueuse et la BAC a été retirée de la rue pendant les manifestations. Ces nouvelles règles de maintien de l’ordre ont été démenties par la préfecture du Rhône. On la comprend : cette situation démontre que le plus souvent, la pression policière générait les violences. Depuis deux semaines, la rue est plus tranquille.

Depuis la médiatisation des violences commises contre Arthur (en réunion, par personne dépositaire, et avec arme), mardi 10 décembre dernier sur la place Bellecour, la police se fait plus discrète dans les cortèges. Le Comité contre les violences policières, aux côtés de tout-es les manifestant-es, pousse un petit « ouf ! » de soulagement : ça repose. Jeudi 12 et samedi 14 décembre, le Comité n’a observé ni recueilli (pour l’instant en tous cas) aucun témoignage de violences policières [1]. Mardi 17 décembre, la police a fait usage de la force vers 16h place Bellecour après l’arrivée du cortège (alors que les membres du Comité n’étaient plus sur place), mais pas pendant le déroulement de la manifestation. Enfin jeudi 19 décembre (sous réserve de confirmation), aucune blessure ni aucun tir de « LBD » [2] ou même de lacrymo ne fut à déplorer. Un calme qui contraste très fortement avec les précédentes manifestations, des Gilets jaunes aux retraites. Contactée par le Comité ce vendredi, la préfecture conteste tout changement de cap, expliquant que sa doctrine de maintien de l’ordre « reste la même, à savoir un usage proportionné de la force. C’est le droit ».

Scission du cortège sans lacrymo !

La réalité est pourtant bien là. Deux exemples, directement observés par des membres du Comité, attestent particulièrement de ce changement de politique de « maintien de l’ordre ». Jeudi 19 décembre, peu avant 14h, au débouché de la rue Garibaldi sur l’avenue Félix Faure, une partie du cortège décide de passer sous la trémie, pour ressortir plus loin sur le cours Gambetta. Le parcours déclaré devait passer immédiatement à droite par Félix Faure. La voiture et les quelques motos de police présentes ont interrompu la circulation des voitures et ont simplement accompagné ce morceau de cortège, qui a fini par retrouver le reste de la manifestation. Une situation bien différente des semaines précédentes où, dès qu’un morceau de cortège essayait de changer de parcours, les lacrymos (voir plus) jaillissaient. De même, mardi 17 décembre aux alentours de 13h, vers Saxe-Gambetta, le Comité a pu observer que les fonctionnaires présents n’ont pas « riposté » (selon le vocabulaire en vigueur et selon les pratiques habituelles ces derniers temps) lorsqu’ils ont reçu quelques jets de projectiles. La manifestation a ensuite suivi son cours.

La BAC (enfin) privée de manif

Qu’est- ce qui a changé ces quatre dernières manifestations ? Les participant-es des cortèges auraient-ielles soudain trouvé la paix en écoutant les derniers discours gouvernementaux ? Les mystérieux « black-blocks » ou les fameux « casseurs » auraient-ils fui les cortèges ? Rien de tout ça : en réalité c’est la BAC et autres forces non spécialisées dans le maintien de l’ordre (souvent habillées en civil), qui ont été visiblement privées de manif par la préfecture. On a pu en apercevoir quelques-unes le 12 décembre, comme ici sur une photo du Progrès, mais ensuite (sous réserve d’autres témoignages) plus du tout. Jeudi 19 décembre, elles sont restées dans leurs fourgons blancs, qui ont cependant discrètement suivi le cortège. Ce que démontre ce changement récent, c’est que contrairement aux idées reçues, c’est bel et bien la pression policière exercée sur les manifestations et la mise en avant des forces les plus coutumières de manquements aux règles déontologiques qui, le plus souvent, entraînent les « heurts ». La préfecture vient semble-t-il de s’en rendre compte. C’est dommage qu’il ait fallu pour cela attendre des dizaines de manifestations et de blessés, et un tabassage digne des groupes fascistes du Vieux-Lyon, fort heureusement abondamment filmé.

JPEG - 212.3 ko

P.-S.

Contact : surveillonsles [at] riseup.net

Le comité de liaison contre les violences policières (Lyon) regroupe des individus et plusieurs collectifs et structures : Commission justice des assemblées des gilets jaunes de Lyon - Association des victimes de crimes sécuritaires - Collectif de blessés « Dévisageons l’état » - Caisse de solidarité - Ligue des droits de l’homme - Syndicat des avocats de France - Solidaires 69 - Collectif 21 Octobre - Planning familial 69 - Libre Pensée du Rhône - Collectif d’avocats : « les activistes du droit » - NPA - Ensemble - UD CGT 69 - Attac Rhône.

Notes

[1Des blessures ont cependant été infligées par les forces « de l’ordre » lors d’autres actions, notamment lors du bref blocage du rectorat, mardi 17 décembre ; nous y reviendrons.

[2Improprement appelés lanceurs de balle « de défense » par la novlangue du ministère de l’Intérieur. Nous préférons les nommer lanceurs de balles de défiguration.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 décembre 2019 à 19:40, par Comité contre les violences policières

    APPEL A TEMOIGNAGES
    MARDI 17 DECEMBRE, AUTOUR DE 16H, PLACE BELLECOUR

    Mardi 17 décembre, à la fin de la manifestation qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes, un manifestant a été interpellé violemment aux alentours de 16h, place Bellecour.

    Il raconte : « les policiers ont chargé sans sommation, au moment du dispersement de la foule j’ai essayé de fuir. J’ai été jeté au sol par une autre escouade qui se tenait plus loin dans une rue parallèle. Ils étaient à 5 sur moi, m’appuyant la tête au sol en me faisant une clef de bras afin de me menotter. Pendant cette action j’ai perdu connaissance pendant 2 secondes ». Il a un gros hématome au niveau de l’œil et une fracture de l’olécrane (le coude).

    Si vous avez assisté à la scène, merci d’envoyer vos témoignages à surveillonsles@riseup.net.

    Le comité de liaison contre les violences policières (Lyon)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Réforme des retraites 2019-2020 » :

>Violences policières dans les lycées : la matraque comme pédagogie

Lors de l’année scolaire 2019-2020, les lycéens et lycéennes de l’agglomération lyonnaise ont pris part aux mouvements sociaux. En réponse, ils ont été victimes d’une répression policière approuvée par le rectorat et par certaines directions de lycées. Quand des responsables de l’éducation nationale...

>Semaine Noire : Suivi de la semaine du 16 au 21 mars

Après près de 3 mois de grève et de lutte, et alors que devait s’engager une « Semaine Noire » de luttes, dans les transports et la fonctions publiques afin d’accentuer la pression pendant l’entre deux tours des municipales, le gouvernement annonce le confinement de la population, pour au moins 15...

› Tous les articles "Réforme des retraites 2019-2020"