Marche de nuit non-mixte à Lyon le samedi 26 novembre

4512 visites
14 compléments

Le 26 novembre, des individues, collectifs, organisations féministes de Lyon appellent toutes les femmes, meufs, gouines et trans à marcher la nuit pour prendre notre place légitime dans la rue et dénoncer l’appropriation permanente qui est faite de nos corps jusque dans l’espace privé.

Rendez-vous à 19h place du Pont (métro Guillotière) pour marcher ensemble sans étiquettes.

GIF - 146.5 ko

« Vous êtes seule ? »

Oui, et c’est mon choix . Mon corps m’appartient et je n’ai pas besoin d’un homme pour exister. Je ne marche pas dans la rue pour t’apparaître féminine, donc baisable...

« T’es qu’une sale gouine ! »

C’est à dire quelqu’une que tu ne peux pas baiser, autrement dit posséder ? Eh bien, oui.

« C’est il ou elle ? »

C’est pour savoir si ça va être rentable de me draguer ? Que ce soit « il » , « elle », ni l’unE ni l’autre , je ne t’en donne pas le droit. Bite ou vagin, votre système binaire ne me correspond pas

« Vous n’avez pas peur ? », « « T’es bonne, tu sais », « Tu pourrais être canon si tu mettais une jupe », « Tu suces ? », « Pour qui tu te prends, salope ! »

Autant d’insultes qu’on entend tous les jours en tant que femmes, gouines ou trans, qui sont des atteintes directes à nos corps et à nos personnes. Il s’agit de violence sexiste ordinaire par laquelle la société hétéro-patriarcale nous réassigne à une place sociale inférieure.

Ces insultes n’ont pas lieu que dans la rue, la violence se vit partout : dans tous les espaces, dans tous les milieux. Au sein de l’assemblée nationale on entend par exemple « habillée comme ça, il ne faut pas s’étonner de se faire violer »… Pour nous les violences c’est partout, tous les jours et toutes les nuits.

Dans l’espace public, la nuit ferait de nous des victimes. Nous devrions nous terrer. Nous devrions nous faire (r)accompagner. Mais nous n’avons pas peur ! La rue est notre espace, comme nous le voulons, quand nous le voulons - et nous voulons la nuit !!!

Je ne suis pas la femme de ta vie, parce que je suis celle de la mienne

Ni invisibles, ni disponibles !

En jupe, en jean ou en burqa, mon corps n’est qu’à moi !

Cette marche s’adresse à toutes les personnes qui se considèrent, sont considérées ou ont été considérées comme femmes.

Rendez-vous à 19h place du pont (métro guillotière) pour marcher ensemble sans étiquettes.

Cette nuit sera notre fête, et toutes les nuits encore ! RDV après la marche pour une soirée festive !

P.-S.

PDF - 3.8 Mo
Affiche imprimable A4
PDF - 3.4 Mo
Tract recto verso

Documents associés à l'article :

samedi 26 novembre 2011

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 1er décembre 2011 à 00:45, par EmiSaria

    "On demande encore aux femmes d’aujourd’hui de combler le fossé de l’ignorance masculine, et d’expliquer aux hommes nos vies et nos besoins. Accaparer les opprimé(e)s avec les préoccupations de leur maître, c’est une arme bien rodée des oppresseurs.

    Audre Lorde, On ne démolira jamais la maison du maître avec les outils du maître in Sister Outsiders, 1979

  • Le 27 novembre 2011 à 20:37, par wallee

    12 suggestions pratiques destinées aux hommes qui se trouvent dans des espaces féministes, et NOTAMMENT la règle 6 ;)
    http://www.jesuisfeministe.com/?page_id=1792

  • Le 27 novembre 2011 à 15:04, par Ah, bah, super...

    Cette marche non-mixte était là pour dénoncer les violences sexistes faites aux femmes... « pour qu’on ne rase plus les murs ».
    C’est pourtant exactement ce que l’on a fait, hier soir, face aux fachos et aux gros beaufs : on a rasé les murs et on a dû se la fermer. Le SO -car il y en avait bien un- nous disait (aux quelques filles qui étaient prêtes à faire face à une situation potentiellement dangereuse) de laisser faire les flics ! Ah, bah, super ! C’est comme-ça que l’on montre que l’on est autonome et capable de se défendre -surtout quand on sait comment fonctionnent les flics- ! ... Et pendant que des sales cons nous emmerdaient, faire chanter le cortège pour qu’elles ne s’aperçoivent de rien !
    Cette marche aurait pu avoir avoir du sens, avec plus de contenu et de cohérence... Dommage !

  • Le 25 novembre 2011 à 18:23, par grrrr

    et si pour une fois on arrêtait de vouloir se mettre dans des cases ?
    je me souviens d’une interview d’un groupe punk népalais, les membres disaient « ici les gens vivent l’anarchisme (partage, entre-aide, ect) sans mettre le mot anarchisme dessus »...
    bref tout ça pour dire que à force de tous/toutes se mettre dans des cases, s’enfermer dans des idéologies et bien on s’y enferme vraiment et on se rend pas compte que c’est ça qui fait que les gens extérieurs au mouvement ne veulent pas s’y intéresser...

  • Le 25 novembre 2011 à 15:01

    « ben non les mecs vous pouvez pas être féministes »
    Ils se contentent d’être égalitaristes. C’est pas plus mal.

    Bref, vive l’égalité.

  • Le 24 novembre 2011 à 19:59, par i.u.

    Tout à fait d’accord avec les 8 points justement rappelés ci-dessous. Merci à la personne qui a écrit ce « complément d’info » d’apporter un peu de clarté dans le débat assez déprimant qui accompagne l’annonce de cette marche de nuit depuis quelques jours !
    C’est quand même hallucinant de voir les réactions de certains et l’espèce de délire (voire la panique) que provoque l’annonce d’une manifestation non-mixte par des féministes... d’accord, certaines réponses s’appuient parfois sur une phraséologie marxiste pas toujours très subtile. Je ne suis pas sûr, de même, que le débat sur « un homme peut-il être féministe ou non ? » soit très intéressant (quand bien même, un individu né de sexe masculin peut bien être antisexiste ou, en tout cas, s’efforcer de l’être en déconstruisant son genre et en tentant de s’affranchir de tous les réflexes et de toute l’idéologie sexiste qu’on lui a inculquée). Maintenant, et là je m’adresse à toutes les personnes offusquées par la non-mixité de cette marche : franchement, faites un minimum d’effort d’écoute et de compréhension avant de vous emballer. Vous ne voyez vraiment pas ce qu’il y aurait de paradoxal et de problématique à ce que des hommes soient présents et invités à une marche dont le but est d’affirmer qu’on n’a « pas besoin d’un homme pour exister » et pour se promener dans l’espace public la nuit, sans avoir forcément besoin d’être accompagnée et sans devoir avoir peur ? Bref, non seulement la non-mixité de cette marche ne me choque pas mais il me semble, au contraire, qu’elle perdrait tout son sens si elle était mixte !

  • Le 24 novembre 2011 à 17:01, par mixité ?

    Avant de (re)lancer une énième fois les mêmes débats, pas mal d’article parus récemment là dessus :

    - Aux gars, par un gars : ce que la non-mixité femmes a changé pour moi
    - Patriarcat, non-mixité, auto-organisation
    - Aux gars, par un gars : ce que l’autonomie des luttes signifie pour moi
    - Attention, danger : Masculinisme !
    et d’autre mais j’ai la flemme de chercher ;)

  • Le 24 novembre 2011 à 16:47, par KRIME

    réponse aux 8 portes :
    1 - ce n’est pas parcequ’un débat est vieux qu’il n’est pas pertinent
    2 - « organiser un évènement non mixte ne veut pas dire que les mecs ne peuvent pas être féministes » : ha bon ?
    3 - il ne les exclu pas mais les mets de coté..
    4 - elle n’en ont peut etre pas peur mais elle place tous les hommes en « ennemis » potentiel ?
    5-a quoi bon sert de convaincre des convaincu-e-s ?
    6-( d’accord, le mot intégriste etait fort, mais c’était pour avoir des réactions , ça marche :))
    7-n’est ce pas du sexisme que de différencier des individu-e-s selon leurs sexe ?
    8- la prise de conscience est déja un beau combat a remporté pour la gente masculine.

    en tout cas ne voyez pas de ma part quelques provocation, je suis juste un peu surpris de ces méthodes qui divisent quand nous avons besoin de comprehension et de partage, particulièrement sur ce combat.

    avec tout mon soutien,

  • Le 24 novembre 2011 à 15:57, par zoralouise

    Bien d’accord avec c’est déprimant et je suis d’accord avec tes 8 portes ouvertes à un détail pret et ben non les mecs vous pouvez pas être féministes et pour ceux qui veulent des réponses penchez vous sur les 40 dernières années du mouvement féministe ! Voilà une vraie raison de nous traiter d’intégristes ?

  • Le 24 novembre 2011 à 14:07

    c’est déprimant mais vu le niveau des débats, je me dit que ça peu encore valoir le coup de répondre et d’enfoncer quelques portes ouvertes

    1- ce débat sur la pertinence de la non mixité dans la lutte féministe a lieu depuis au moins.... 40 ans
    2- organiser un évènement non mixte ne veut pas dire que les mecs ne peuvent pas être féministes
    3- organiser un évènement non-mixte n’exclut pas les hommes de la lutte
    4- organiser un évènement non-mixte ne signifie pas que les personnes organisatrices ont « peur » de la mixité
    5- les féministes ne souhaitent pas forcément être des assitantes de personnes dans la prise de conscience et déconstruction de leur sexisme
    (et rien que sur rebellyon ce dernier mois y’a quand même eu beaucoup de tentatives pour aider, glisser des pistes de réflexion et lister des lectures possibles - voir les ’compléments d’infos’ des articles de la même rubrique)
    6- reprocher à des personnes opprimé-e-s de vouloir ENTRE AUTRES avoir des moments de non-mixité dans la lutte peut aussi être perçu comme « intégriste et pas libertaire »
    7- la lutte contre le sexisme concerne tout le monde, à chacun-e de voir les outils qu’ille souhaite utiliser pour avancer sur cette lutte.
    8- Au lieu de dire « pourquoi faites-vous ça ? » aux autres, se demander « qu’est-ce que je fais/je peux faire moi ? » Ca peut aussi être constructif, non intégriste et d’inspiration libertaire ;)

    bref, vive l’autogestion.

  • Le 24 novembre 2011 à 11:04, par KRIME

    je comprend tout à fait le combat, qui est juste et necessaire !
    cependant pourquoi avoir choisi une forme « non mixte » ? ne peut-on pas être féministe par ce qu’on est un mec ? ne serait’ce pas faire ce que vous reprochez ?
    de quoi avez vous peur dans la mixité des luttes : que les hommes recupèrent ce combat ? je vois mal comment ... en excluant les hommes de cette lutte, comment faire passer le message à la gente « dominante », et permettre une prise de conscience ?
    enfin bon juste pour dire que je trouve cette démarche intégriste pour un groupe qui se dit libertaire.
    merci de me répondre, je reste très curieux et sachez que vous avez tout mon soutien.

  • Le 23 novembre 2011 à 16:44, par verdeterre

    Reconnaitre, identifier le sexisme ordinaire et les mécanismes grâce auxquels cette discrimination et ce rapport de domination omniprésents passent inaperçus pour une majorité de personnes,

    Se questionner sur les rapports de domination que nous entretenons, faire évoluer nos pratiques en fonction de ces questionnements,

    Avoir l’humilité de reconnaitre ses propres conditionnements, travailler à tuer le/la sexiste en soi,

    Voilà qui est politique et bien plus révolutionnaire que réformiste à mon sens.

  • Le 23 novembre 2011 à 12:43, par Lumpen

    Et la question politique là dedans ? Ne faudrait il pas se battre pour une autre société plutôt que de vivre plus confortablement dans celle ci (est-ce réellement possible, par ailleurs ?)

  • Le 23 novembre 2011 à 05:09, par désespérée

    Je serais post-féministe dans le post-patriarcat !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info