Mobilisation contre la conférence européenne sur l’intégration le 3 et 4 Novembre à Vichy

2593 visites
Vichy 2008 14 compléments

Les 3 et 4 novembre 2008 se tiendra à Vichy la troisième Conférence européenne sur l’intégration. Pendant cette période le gouvernement français veut faire adopter un Pacte européen sur l’immigration et l’asile, ceci dans le contexte de la Directive retour adoptée par le Parlement européen. A l’appel d’RESF une mobilisation est prévue à Vichy pour s’opposer à la politique de l’immigration française et au scandale que représente la tenue de cette conférence dans l’ex capitale de la France collaboratrice.

Il n’avait échappé à personne l’énergie mise en oeuvre par Sarkozy pour liquider l’héritage du conseil de la résistance en matière d’acquis sociaux, force est de constater que la manoeuvre se poursuit mais cette fois-ci dans le champ miné de la « gestion des flux migratoires ». L’objectif de cette conférence semble clair : réhabiliter la pratique de la déportation en y hôtant son caractère négatif lié à la collaboration vichyste, rendre
« moderne » une pratique marquée par le sceau de l’infamie nazi.

Alors que les mutineries se succèdent dans les centres de rétentions, il s’agit pour le gouvernement de justifier l’inhumanité de ses méthodes, de rendre légitime l’horreur de la rétention et de la déportation. Choisir pour cela d’organiser cette conférence à Vichy est pour le moins maladroit, même si en creux ce choix permet une fois de plus d’établir des correspondances qui deviennent de moins en moins scabreuses. On ne peut s’empêcher en effet d’y voir là l’activation de ce qu’Alain Badiou identifiait dans son ouvrage « De quoi Sarkozy est-il le nom ? » ; le pétainisme de Sarkozy (et d’Hortefeux) prend sens ici dans la réhabilitation de Vichy comme symbole de la soumission aux puissances du moment : puissances du marché (et sous prétexte de « rupture ») pour Sarkozy, régime nazi (et sous prétexte de « révolution ») pour Pétain. Mais il prend également sens dans le racialisme qui caractérise les nouvelles politiques migratoires de la France : rafles des sans-papiers, immigration choisie,réhabilitation de la colonisation et maintenant réhabilitation de la France occupée.

Dans le capitalisme des flux, les expulsions de sans-papiers sont la seule mesure possible pour ne pas se placer à contre-courant de la marche de l’histoire. Les déportations organisées par le régime de Vichy répondaient au même impératif, celui de ne pas aller contre l’empire nazi en pleine expansion. Les choix que nous avons aujourd’hui ne sont
finalement pas si différents de ceux qui se posaient aux français en 1939 : nous pouvons soit collaborer, soit nous battre. L’enjeu est donc primordial de nous rendre à Vichy le 3 et 4 novembre et d’opposer à la mascarade de cette conférence un front uni de combat, une force d’action suffisamment puissante pour en empêcher la tenue.

Plus d’infos sur le forum social de Vichy en préparation :
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70409

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 27 octobre 2008 à 18:08

    Contrairement à ce qui est dit dans l’article, le contre-sommet de Vichy n’est pas appelé par le RESF, mais par un collectif issu du forum social du bassin de Vichy. Les RESF 03 et 63 ont rejoint l’initiative par la suite.
    Idem sur Lyon, où le RESF 69 n’a que tardivement décidé de prendre part au collectif local initié par des individu-e-s.
    Pour les infos sur les cars qui feront l’aller-retour pour la manif du 3, écrire à inscription_lyonvichy@riseup.net.

  • Le 27 septembre 2008 à 16:30

    Apparemment des cars sont en train d’être réservés. Renseignez-vous auprès de RESF par exemple.
    Et ici dès que nous en saurons plus.

  • Le 23 septembre 2008 à 13:59

    Il me semble en effet assez interressant de decentraliser nos actions de résistances concrétes (je parle d’actes ; pas de discours). En tous cas il est très important de reconsidérer les contre sommet comme on l’a fait ces 10 dernières années, car si au début cette stratégie a perturbé le pouvoir (Seatle, Prague) très vite on se retrouve enfermé dans ce genre de rassemblement.

    Si on va à Vichy pour manifester symboliquement pourquoi pas y aller. Chacun sa méthode, on va dire que c’est mieux que ceux qui font rien.
    Mais si on veut aller la-bas pour foutre sérieusement le bordel je crois pas que ce soit une très bonne idée, car de la flicaille y va y en avoir à Vichy. En plus c’est une toute petite ville super facile à controler pour la police.
    Donc la stratégie voudrait qu’on décentralise nos actions de sabotages, d’émeutes (si y a le nombre) ou de rassemblement plus trad...
    Le seul problème avec ces stratégie de décentralisation c’est la coordination... Comment savoir qui fait quoi et où sans que les flics le sachent ? Le jour ou on pourra répondre à ce problème, le pouvoir va commencer a fliper sérieusement.

  • Le 22 septembre 2008 à 19:42

    C’est bien une différence d’approche. Tu mets en priorité le fait d’aller à Vichy, puis si localement il y en a qui veulent « faire un truc », tu ne vas pas te plaindre ?. En somme, pas la peine de discuter de stratégie, puisque c’est ta position qui domine et qui au bout du compte ne semble pas discutable : « il faut aller à Vichy » et « Après si des personnes veulent aussi faire un truc localement au moment de cette conférence, on va pas se plaindre, juste fais-le. »

    Et moi je te dis que ce n’est pas « après » c’est maintenant que l’on discute de l’efficacité d’aller à Vichy. Et pour ma part je n’inciterai personne à y aller, mais plutôt de réfléchir puisque c’est encore le moment, de la contre-efficacité qu’un tel rassemblement impliquerait. Ce débat ne doit pas être confisqué par aucune position qui se veut dominante comme celle qui serait de dire comme tu « le fais juste », « ...il est important,..., d’avoir une mobilisation à Vichy. Point . » Tu sembles avoir décidé pour tout le monde, or ici, ce n’est pas un lieu de décision, c’est un espace de débat.

    Chacun-e décidera dans son, ses collectifs du bien fondé d’aller à Vichy, en attendant les arguments des « pour y aller massivement » ne sont guère convaincant, surtout que cette proposition est balancée comme ça, par des organisations politiques bien connues*, comme une évidence à laquelle tou-te-s nous devrions adhérer sans en discuter.

    Et tout cela ne se résume pas à un « just do it » comme tu le proposes (beaucoup confondent le « Do it yourself » collectif et anarchiste avec le « just do it » (juste fais-le) des libéraux). On n’agit pas après s’être répété des slogans, ni en répétant ce que l’on connait par coeur et qui ne sert à rien, preuve en est depuis dix ans de contre-sommets divers, qui n’ont jamais rien amené en termes de gains sur les luttes et moins encore ces dernières années.
    Pour la proposition d’aller tou-te-s à Vichy, on peut aisément anticiper ce qu’il pourra s’y passer et quel pourra être le résultat, ne pas y aller et faire totalement autrement, cela reste à inventer. Il est aussi question dans ce débat du renouvellement des stratégies en remplacement des anciennes « méthodes » obsolètes de l’avis de nombre d’entre-nous.

    Donc réitération de la proposition de ne pas aller à Vichy en masse, juste quelques groupes pour la forme et le symbole (voir la diversion), mais une majorité se concentrant sur des actions et une résistance partout ailleurs pendant ces jours-là. Il ne s’agit pas alors de juste faire du localement ou du concentré, mais de réaliser de la résistance diffuse couvrant tout le territoire.

    A noter : * Forum Social de Vichy

    Artisans du Monde, Attac, FCPE, Horizon, Secours populaire, Coordination Nationale contre les élevages industriels, Confédération paysanne, Ligue des Droits de l’Homme, Union régionale Auvergne des Mutuelles solidaires, Union départementale de la Fédération des Mutuelles de France, Mutuelle Centre Auvergne, CGT, Intermittents du spectacle CGT, Réseau d’Education sans Frontières 03, FSU, G10 Solidaires Sud, APIC, LCR, PCF, PRG, PS, VERTS ALLIER.

  • Le 22 septembre 2008 à 01:21, par Vercors

    En fait je crois que c’est pas trop la peine de discuter ici de tout ça. On est d’accord sur la vacuité de la manifestation symbolique de toute manière. Sur le fait qu’il faille faire des manifs sur un terrain qu’on connaît aussi. Ce qui m’étonne c’est cette propension (très militante) à n’utiliser toujours qu’un seul registre de lutte qui est soit-disant au top de la radicalité (on ne parle même pas d’efficacité). Pour le coup, c’est pas le top au niveau de la stratégie (l’Etat excelle par exemple dans ces multiples registres de discours).

    Il me semble qu’il est important, parallèlement à tout ce qui peut se faire localement et tout au long de l’année, d’avoir une mobilisation à Vichy. Point. C’est aussi une occasion d’échanges et de rencontres. Après si des personnes veulent aussi faire un truc localement au moment de cette conférence, on va pas se plaindre, juste fais-le.

  • Le 21 septembre 2008 à 18:29

    Ton jugement sur mon analyse révèle de grandes méconnaissances et un défaut d’analyse de ceux et celles contre qui nous luttons, et bien normalement tu plonges dans l’erreur de l’angélisme.

    D’abord, bien sûr que personne pour le moment n’attend personne à Vichy, mais je peux affirmer qu’avec ce genre d’appel « tous à Vichy », Hortefeux ne va pas y venir avec ses pairs européens sans une armée de forces de répression. Ils n’ont évidemment pas attendu que nous ayons cet échange pour commencer à étudier la manière de sécuriser et contrôler la zone, je peux l’affirmer sans crainte aucune. (au passage, les forces de répression s’entraînent toute l’année dans des villes-camps d’entrainement comme à St Astier : http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_national_d%27entra%C3%AEnement_des_forces_de_gendarmerie )

    Deuxièmement, les actions symboliques n’ont plus d’impact, tout simplement parce que, le symbolique c’est créer une image forte, de résistance ici dans le cas qui nous préoccupe. Seulement tu n’as (et nous n’avons) aucun contrôle sur l’image, les médias de la domination se chargeant bien de tourner le symbolique en « rien du tout » ou « si peu » ou « danger pour la sécurité du pays ». Ca je peux aussi l’affirmer sans crainte d’une mauvaise analyse. L’Histoire parle déjà en ce sens.

    Un certain angélisme t’amène à croire que les critiques que nous faisons habituellement sur la domination, c’est à dire, sur le flicage, le contrôle des flux et des individus, le contrôle de l’information et de la désinformation..., ne s’appliqueraient pas dans ce genre de cas, parce qu’il y aurait une portée symbolique qui effacerait tout cela comme par enchantement. Ces approches de la lutte sont désuètes et relèvent d’un enthousiasme militant qui n’a pas pris la mesure de la situation. Nous ne sommes pas là pour être « militant-e-s », nous sommes là pour résister concrètement et en pleine conscience de la situation difficile à laquelle nous avons à faire face.

    Pour ton premier argument concernant la situation géographique (Massif Central) et les faibles capacités d’organisation des groupes là-bas, ça n’a pas de sens. Un contre-sommet ne s’organise pas seulement avec les personnes sur place. Et puis surtout, si les forces d’organisation de la résistance sont ailleurs, autant qu’elles agissent sur leur terrain, plutôt que d’être concentrées le temps d’un week-end sur un terrain choisi et contrôlé par l’ennemi, qui se fera un plaisir de rentrer dans ses fichiers les belles têtes de tout ce petit monde. De l’image, oh oui, il va en être produit, mais pas à notre avantage.

    Organisons dans toutes les villes des actions de résistance, ne perdons pas notre temps et nos forces en de vains contre-sommets du folklore militant !

    Pour passer le message, n’utilisons plus la carte de la médiatisation événementielle. Agissons là où nous sommes, élargissons les luttes en allant au contact de la population qui dort, qui ne se sent pas concernée. Informons directement !

    Tout le monde a un camps de rétention près de chez soi. Beaucoup ne le savent pas et ce n’est pas en allant tous à Vichy que les gens en seront informés.

    A bas le spectacle militant ! A bas la société spectaculaire marchande !

  • Le 21 septembre 2008 à 13:25, par Vercors

    Je pense que ton analyse est mauvaise sur plusieurs points.
    - tout d’abord, nous ne sommes pas attendus à Vichy pour l’instant, tout simplement parce que c’est loin, dans le Massif Central, etc., et que les groupes militants sur place n’ont pas forcément la capacité d’organiser un gros truc.
    - sur la question des actions symboliques : il s’agit avant tout de montrer que deux stratégies évoluent parallèlement. La première, celle des gouvernements européens dans leur volonté de rationnaliser les flux d’êtres humains, de les contenir, les contrôler par tous les moyens, se rapproche de la conception policière du régime de Vichy. La deuxième, celle des opposantEs à cette stratégie, les partisans de la liberté de circulation, les réfractaires à la société policière et à l’Europe forteresse, se retrouvent acculés par la radicalité du réel à quitter la posture protestataire symbolique pour des pratiques plus proches de celles de la résistance.

    Si les actions symboliques sont limitées, et tout le monde en est aujourd’hui conscient, elles peuvent parfois être efficaces. A charge pour nous que celle qui aura lieu à Vichy soit la manifestation et l’affirmation de véritables pratiques de résistance à l’Europe des flics et des matons.

  • Le 19 septembre 2008 à 13:48

    Pour agir massivement, il vaut mieux surtout organiser dans toutes les villes des actions de résistance, manifs devant les centres de rétention (en plus réaffirmer notre solidarité avec les prisonniers des camps de rétention !) par exemple et autres, mais ne pas aller où on nous attend. Si quelques un-e-s veulent faire diversion en allant à Vichy pour y maintenir les effectifs de CRS prévus, ça peut être bien, mais pas tout le monde !
    Il y a mieux à faire ailleurs que dans cette zone qui sera déjà sous contrôle des autorités et des médias.

    Ne les laissons pas nous balader à Vichy, organisons-nous, surprenons-les, finissons-en avec le folklore des contre-sommets et le spectacle militant !

    Soyons plus malin-gne-s ! Ne jouons pas le jeu de cette mascarade, organisons une vraie résistance partout ailleurs !

    Finissons-en avec les actions « symboliques » qui ne mènent à rien, ne tombons pas dans le piège qui nous est tendu à Vichy de la contestation autorisée, molle et encadrée.

    A bas la société spectaculaire marchande !

  • Le 13 septembre 2008 à 10:53

    Est ce qu’il y a un bus militant qui part ? Ou des gens qui proposerez du covoiturage pour y aller...

  • Le 11 septembre 2008 à 01:29, par nico

    je suis d’accord.
    la riposte doit être massive, on ne peut pas laisser passer ce sommet dans cette ville. c’est bien beau d’aller manifester contre le pen quand il passe de justesse au deuxième tour et qu’il n’a aucune chance de gagner, encore faut il se bouger encore plus quand le fascisme est carrément à l’élysée. et les gens qui la ramenaient en disant « si sarko est élu na na na » c’est le moment !

    tous à Vichy !

  • Le 10 septembre 2008 à 17:59

    Il faut absolument aller s’opposer à la tenue de cette conférence, le symbole est trop flagrant pour que nous puissions laisser passer ça.

    La résistance d’hier doit être celle d’aujourd’hui, tous à Vichy !!

  • Le 9 septembre 2008 à 20:20

    http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&filtre=0&droiteA=0&numpageA=1&id=7418

    ILS SONT À VICHY, SOYONS PIRATES !

    Les 3 et 4 Novembre prochains, le chef du sinistre Ministère de
    l’immigration et de l’Identité Nationale organise, à Vichy, une rencontre au
    sommet de tous les ministres de l’Intérieur et de la Justice de l’Union
    européenne.
    Dans cette tâche laborieuse des quotas à mettre en place, des forteresses à
    ériger, des avions et des bateaux à affréter , des polices à mobiliser pour
    les expulsions de sans papiers, Hortefeux et les 26 autres sinistres
    européens seront accompagnés de 200 personnes (députés, sénateurs,
    représentants du comité économique et social européen, représentants des
    régions...)... Des "propres sur eux" de droite comme de gauche.
    Depuis l’avènement de Nicolas Sarkozy, toute allusion, tout rapprochement
    entre son gouvernement et celui de l’An 1940 du Maréchal Pétain est
    répréhensible. Celles et ceux qui osent rapprocher les deux époques sont
    susceptibles d’être conspués, poursuivis par la Police, condamnés par la
    Justice...
    En convoquant ce sommet à Vichy, ville symbole du gouvernement pétainiste et
    de cette sombre époque de chasse à l’intru, c’est Hortefeux lui-même qui
    provoque les rapprochements. Tout comme Sarkozy, qui jaquetait pendant sa
    campagne que « le travail rend libre ». C’est cette phrase qui était au
    fronton du camp nazi d’Auschwitz, en Pologne. Ce n’est pas nous non plus qui
    avons repris le principe de la « rétention de sûreté » chère à Rachida Dati
    en 2007, promulguée par ailleurs par Adolphe Hitler en novembre1933.
    Nous vivons une période nauséabonde où la politique xénophobe des États
    européens rappelle celle où le racisme était clairement revendiqué, alors...
    rassurons-les quand même. S’ils ne s’étaient pas réunis à Vichy pour ce
    sommet, ont les auraient allumé aussi. Mais devant cette provocation
    vichyste, notre mot d’ordre est « à l’abordage » !

    VICHY, TRAVAIL-FAMILLE-PATRIE

    Hortefeux va ainsi consolider le symbole que représente cette ville par
    rapport à la politique de collaboration avec le régime nazi. Cette
    dénomination du « Ministère de l’immigration et de l’Identité Nationale »
    aurait sûrement satisfait le gouvernement Pétain, installé dans l’hôtel du
    Parc.
    C’est dans cette ville que fut décidée et mise en œuvre la politique de
    collaboration avec le régime nazi. Elle s’est traduite, entre autres, par
    l’internement en France, puis la déportation dans les camps de concentration
    de milliers de personnes sous prétexte qu’elles étaient juives, espagnoles
    ou italiennes antifascistes, homosexuelles, tziganes, handicapées,
    communistes, anarchistes, résistantes...
    C’est de cette ville que, comme les autres fonctionnaires, Papon recevait
    les ordres pour organiser les déportations de personnes à Bordeaux.
    C’est de cette ville que fut dirigée la Milice française.
    Comment alors ne pas faire le lien entre la politique de Vichy et celle du
    gouvernement de Sarkozy, du moins concernant le traitement des immigrants ?

    VICHY, MINISTÈRE EUROPÉEN DES EXPULSIONS

    Comment accepter de laisser pavoiser tranquillement les 27 patrons de la
    chasse à l’immigré ?
    Le ministre italien organise le fichage des Roms, puis après quoi ? Le
    ministre français organise les rafles d’étrangers, puis après quoi ? On sait
    toujours où commence un outil de répression, on ne sait jamais où et quand
    il se termine.
    Pour exemple, le camp de Rivesaltes, fermé depuis 2007. Cet ancien camp
    militaire a été transformé en camp ’’d’accueil’’ pour les réfugiés
    espagnols. Ensuite, le gouvernement de Vichy y enferma des Juifs... en
    attendant leur déportation. Puis arrivèrent les prisonniers de guerre
    allemands et italiens. Pendant la guerre d’Algérie, des Algériens y furent
    également internés. De 1962 à 1977 des Harkis y furent ’’accueillis’’ etc.
    De 1986 à 2007, ce camp a été transformé en Camp de Rétention Administrative
    (CRA). Pendant ces années, de nombreux sans papiers y ont été retenus en
    attendant leur expulsion. Fin 2007 alors que les camps de "rétention" se
    multiplient, le centre a été déménagé car un Musée-Mémorial de "repentance"
    est en cours de construction sur le site. Les sans papiers enfermés y
    seront-ils oubliés ?

    Nous avons déjà assez supporté la vindicte policière, le racisme latent des
    gouvernants et leur cynisme, les conditions inhumaines de rétention, la
    double peine...
    Il faut dire non et nous mobiliser contre cette conception du monde qui
    conduit à faire mourir des milliers de gens lorsqu’ils tentent de rentrer
    dans l’espace Schengen et à en traquer les rescapés. Il faut briser la
    machine à expulser !

    VICHY YA BASTA !

    On ne pourra jamais empêcher des hommes et des femmes de vouloir émigrer et
    peu importe les raisons qui les poussent : misère, guerre, famine, épidémie,
    catastrophe naturelle, amour... Cessons cette démagogie qui consiste à dire
    qu’on va fermer les frontières : cela conduit à une chasse inhumaine, et
    c’est impossible ! De plus la clandestinité profite aux patrons.
    Des travailleurs sans papiers ont entamé un mouvement de grève avec
    occupation des lieux de travail afin d’être régularisés. Cette lutte rend
    visible le fait que les sans papiers ne sont pas essentiellement des gens
    qui se cachent par peur du gendarme, mais des êtres humains essayant de
    vivre dans les conditions imposées par l’exploitation capitaliste. Cette
    survie est d’autant plus dure que leur statut administratif ne leur donne
    aucun droit, si ce n’est celui de payer des impôts, des charges sociales
    (sécurité sociale...), avec en bonus la peur de croiser les flics à chaque
    coin de rue.
    Les sans papiers sont instrumentalisés pour renforcer la précarité et donc
    de faire pression sur le marché du travail en faveur des capitalistes. En
    outre la chasse aux sans papiers permet de mettre en place un arsenal
    législatif de plus en plus répressif. Cela légitime le renforcement du
    contrôle de la population (fichages...). Ainsi, lutter contre l’exclusion
    sociale, la précarité et la restriction de la liberté individuelle suppose
    de se mobiliser pour la régularisation globale de tous les sans papiers.
    Depuis près de 5 ans, le Réseau d’Education Sans Frontière, récemment
    accusé, comme d’autres, par le gouvernement d’être dangereux pour l’ordre
    public, a montré que les sans papiers peuvent être aussi des parents
    d’élèves, des élèves ou des étudiants. Ce réseau se mobilise pour que des
    enfants et jeunes majeurs puissent poursuivre leur scolarité sans qu’ils
    vivent dans la crainte de l’expulsion de leurs parents et donc d’eux mêmes.
    Il en va de même pour les étudiants recevant des Obligations à Quitter le
    Territoire Français (OQTF).
    De même, des collectifs tentent de lier la lutte des sans papiers avec celle
    pour l’obtention de logements aussi bien pour des personnes en situation
    régulière (de nationalité française ou étrangère) qu’irrégulière (sans
    papiers).
    Les sans papiers ne sont ni des quotas, ni des hordes fantomatiques de
    parasites, ni des criminels en papiers, ce que veulent nous faire admettre
    les États-puissances capitalistes. Ce sont des hommes, des femmes, des
    enfants essayant de vivre au sein de la société européenne. Comme n’importe
    quelle personne, les sans papiers sont des êtres humains à part entière,
    devant assurer leur (sur)vie. La prise en compte de cette
    multidimensionnalité des personnes montre que les problèmes que rencontrent
    les immigrés, notamment les sans papiers, rejoignent ceux que connaissent
    les personnes de nationalité française et européenne. La lutte antiraciste,
    comme la lutte sociale, inévitablement par cette prise de conscience se
    traduisant concrètement par la convergence des luttes.

    Dès aujourd’hui, il faut se mobiliser devant les ministères, les
    préfectures, les camps de rétention, les ports et aéroports, les
    commissariats, les administrations...
    Pour dire non à la xénophobie de l’État !
    Pour la fermeture et la destruction des camps de rétention
    la liberté d’installation et de circulation
    Pour l’ouverture des frontières !
    Pour des papiers pour tous et toutes !

    Nous appelons à propager la protestation contre la tenue de ce sommet et la
    politique qui l’inspire.
    Nous appelons donc à faire circuler et diffuser le texte ci-dessous et à le
    signer.
    Nous appelons les personnes et les organisations locales, nationales,
    européennes à s’unir pour faire campagne conjointe.
    Nous appelons à des actions de protestations.
    Nous appelons à rendre visible le rapprochement malheureusement facile entre
    Vichy et la politique anti-migrants actuelle.
    Nous appelons notamment à perturber et bloquer de partout les préfectures et
    autres organes de gestion des étrangers les 3 et 4 novembre prochains.

    Collectif de Soutien aux Demandeurs d’Asile et aux Sans Papiers
    06 34 19 64 98
    csdasp37@no-log.org

  • Le 8 septembre 2008 à 11:50, par y en a plus que mare

    Y a interet a ce qu’on monte en nombre et qu’on se fasse entendre voir que pour une fois on fasse vraiment peter le truc. y en a mare des manifs trop « gentille » trop citoyenne et « democratique ».On va attendre quoi ?

    Ils provoquent, tentent de remettre au gout du jour des symboles hymonde et bien soit, pour une fois repondons a leur provoc...

    Sabotages, actions directes, emeutes...

  • Le 6 septembre 2008 à 00:49, par matito

    pff, c’est moi qui ai mis ce post sur bellaciao avec les liens...mais j’avais aussi mis un lien vers http://auvergne-indymedia.org/spip.php?article71 mais celui là a été censuré...je les vomis !!!

    SOYONS PIRATES !

    Les 3 et 4 Novembre prochain, le chef du sinistre Ministère de l’immigration et de l’Identité Nationale organise à Vichy, une rencontre au sommet de tous les ministres de l’Intérieur et de la Justice de l’Union européenne.

    Dans cette tâche laborieuse des quotas à mettre en place, des forteresses à ériger, des avions et des bateaux à affréter , des polices à mobiliser pour les expulsions de -papiers, Hortefeux et les 26 sinistres européens seront accompagnés de 200 personnes (députés, sénateurs, représentants du comité économique et social européen, représentants des régions...)... Des "propres sur eux" de droite comme de gauche.

    Depuis l’avènement de Nicolas Sarkozy, toute allusion, tout rapprochement entre son gouvernement et celui de l’An 1940 du Maréchal Pétain est répréhensible. Celles et ceux qui osent rapprocher les deux époques sont susceptibles d’être conspués, poursuivis par la Police, condamnés par la Justice... En convoquant ce sommet à Vichy, ville symbole du gouvernement pétainiste et de cette sombre époque de chasse à l’intru, c’est Hortefeux lui-même qui provoque les rapprochements. Tout comme Sarkozy, qui jaquetait pendant sa campagne que « le travail rend libre ». C’est cettephrase qui était au fronton du camp nazi d’Auschwitz, en Pologne . Ce n’est pas nous non plus qui avons repris le principe de la « rétention de sûreté » chère à Rachida Dati en 2007, promulguée par ailleurs par Adolf Hitler en novembre1933.

    Nous vivons une période nauséabonde où la politique xénophobe des États européens rappelle celle où le racisme était clairement revendiqué, alors... rassurons-les quand même. S’ils ne s’étaient pas réunis à Vichy pour ce sommet, ont les auraient allumé aussi. Mais devant cette provocation vichyste, notre mot d’ordre est « à l’abordage ».

    VICHY, TRAVAIL-FAMILLE-PATRIE

    Hortefeux va ainsi consolider le symbole que représente cette ville par rapport à la politique de collaboration avec le régime nazi et de la criminalité étatique des politiques anti-étrangers. Cette dénomination du « Ministère de l’immigration et de l’Identité Nationale » aurait sûrement satisfait le gouvernement Pétain, installé dans l’hôtel du Parc.

    C’est dans cette ville que fut décidée et mise en œuvre la politique de collaboration avec le régime nazi. Elle s’est traduite, entre autres, par l’internement en France puis la déportation dans les camps de concentration milliers de personnes sous prétexte qu’elles étaient juives, espagnoles ou italiennes antifascistes,homosexuelles, tziganes, handicapées, communistes, anarchistes, résistantes... C’est de cette ville que, comme les autres fonctionnaires,Papon recevait les ordres pour organiser les déportations de personnes à Bordeaux. C’est de cette ville que fut dirigée la Milice française. Comment alors ne pas faire le lien entre la politique de Vichy et celle du gouvernement de Sarkozy, du moins concernant le traitement des immigrants ?

    VICHY, MINISTÈRE EUROPEEN DES EXPULSIONS

    Comment accepter de laisser pavoiser tranquillement les 27 patrons de la chasse à l’immigré ? Le ministre italien organise le fichage des Roms, puis après quoi ? Le ministre français organise les rafles d’étrangers, puis après quoi ? On sait toujours où commence un outil de répression, on ne sait jamais où et quand il se termine. Pour exemple, le camp de Rivesaltes, fermé depuis2007. Cet ancien camp militaire a été transformé en camp ’’d’accueil’’ pour les réfugiés espagnols. Ensuite, le gouvernement de Vichy y enferma des Juifs... en attendant leur déportation. Puis arrivèrent les prisonniers de guerre allemands et italiens. Pendant la guerre d’Algérie, des Algériens y furent également internés. De 1962 à 1977 des Harkis y furent ’’accueillis’’ etc. De 1986 à 2007, ce camp a été transformé en Camp de Rétention Administrative (CRA). Pendant ces années, de nombreux sans papiers y ont été retenus en attendant leur expulsion. Fin 2007 alors que les camps de « rétention » se multiplient, le centre a été déménagé car un Musée-Mémorial de « repentance »est en cours de construction sur le site. Les sans papiers enfermés y seront-ils oubliés ?

    Nous avons déjà assez supporté la vindicte policière, le racisme latent des gouvernants et leur cynisme, les conditions inhumaines de rétention, la double peine... Il faut dire non et nous mobiliser contre cette conception du monde qui conduit à faire mourir des milliers de gens lorsqu’ils tentent de rentrer dans l’espace Schengen et à en traquer les rescapés. Il faut briser la machine à expulser !

    VICHY YA BASTA !

    On ne pourra jamais empêcher des hommes et des femmes de vouloir émigrer et peu importe les raisons qui les poussent : misère, guerre, famine, épidémie, catastrophe naturelle, amour... Cessons cette démagogie qui consiste à dire qu’on va fermer les frontières : cela conduit à une chasse inhumaine, et c’est impossible ! De plus la clandestinité profite aux patrons.

    Des travailleurs sans papiers ont entamé un mouvement de grève avec occupation des lieux de travail afin d’être régularisés. Cette lutte rend visible le fait que les sans papiers ne sont pas essentiellement des gens qui se cachent par peur du gendarme, mais des êtres humains essayant de vivre dans les conditions imposées par l’exploitation capitaliste. Cette survie est d’autant plus dure que leur statut administratif ne leur donne aucun droit, si ce n’est celui de payer des impôts, des charges sociales (sécurité sociale...), avec en bonus la peur de croiser les flics à chaque coin de rue. Les sans papiers sont instrumentalisés pour renforcer la précarité et donc de faire pression sur le marché du travail en faveur des capitalistes. En outre la chasse aux sans papiers permet de mettre en place un arsenal législatif de plus en plus répressif. Cela légitime le renforcement du contrôle de la population (fichage...). Ainsi, lutter contre l’exclusion sociale, précarité, la restriction de la liberté individuelle suppose de se mobiliser pour la régularisation globale de tous les sans papiers. Depuis près de 5 ans, le Réseau d’Education Sans Frontière , récemment accusé, comme d’autres, par le gouvernement d’être dangereux pour l’ordre public, montré que les sans papiers peuvent être aussi des parents d’élèves, des élèves ou des étudiants. Ce réseau se mobilise pour que des enfants et jeunes majeurs puissent poursuivre leur scolarité sans qu’ils vivent dans la crainte de l’expulsion de leurs parents et donc d’eux mêmes. Il en va de même pour les étudiants recevant des Obligations à Quitter le Territoire Français. De même, des collectifs tentent de lier la lutte des sans papiers avec celle pour l’obtention de logements aussi bien pour des personnes en situation régulière (de nationalité française ou étrangère) qu’irrégulière (sans papiers). Les sans papiers ne sont ni des quotas, ni des hordes fantomatiques de parasites, ni des criminels en papiers, ce que veulent nous faire admettre les États-puissances capitalistes. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants essayant de vivre au sein de la société européenne. Comme n’importe qu’elle , ayant des papiers ou pas, les sans papiers des êtres humains à part entière, devant assurer leur (sur)vie. La prise en compte de cette é des personnes montre queles problèmes que rencontrent les és, notamment les sans papiers, ceux que connaissent les personnes de nationalité française européenne. La lutte antiraciste, comme la lutte sociale,inévitablement par cette prise de conscience se traduisant concrètement par la convergence des luttes.

    Dès aujourd’hui, il faut se mobiliser devant les ministères, les préfectures, les camps de rétention, les ports & aéroports, les commissariats, les administrations... Pour dire non à la xénophobie de l’État ! Pour la fermeture et la destruction des camps de rétention la liberté d’installation et de circulation Pour l’ouverture des frontières ! Pour des papiers pour tous et toutes !

    Nous appelons à propager la protestation contre la tenue de ce sommet et la politique qui l’inspire. Nous appelons donc à faire circuler et diffuser ce texte et à le signer. Nous appelons les personnes et les organisations locales, nationales voire européennes à s’unir pour faire campagne conjointe. Nous appelons à des actions de protestations. Nous appelons notamment à rendre visible le rapprochement malheureusement facile entre Vichy et la politique anti-migrants actuelle. Nous appelons aussi à perturber et bloquer de partout les préfectures et autres organes de gestion des étrangers les 3 et 4 novembre prochains.

    Collectif de Soutien aux Demandeurs d’Asile et aux Sans Papiers

    06 34 19 64 98

    csdasp37 cgH no-log.org

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Vichy 2008 » :

>Contre-sommet de Vichy : photoreportage

Vichy, le 3 novembre 2008. Les récits héroïques de valeureu.x.ses combattant.e.s abondant déjà sur l’Internet, celui ci n’en est pas. Ce n’est pas non plus une analyse sur l’efficacité pratique de la journée du 3 novembre 2008. Juste des impressions sur cette soirée d’automne, illustrées par un...

› Tous les articles "Vichy 2008"