Mobilité sous contrôle : une multinationale du parking déploie ses vélos sans borne à Lyon

1349 visites

La start-up GoBee.bike a remballé ses vélos verts mais un autre acteur du vélo en libre service sans borne débarque à Lyon : Indigo Weel. Les vélos blancs et violets de cette multinationale, qui se présente comme « leader mondial du stationnement », débarquent dans nos rues et sur nos trottoirs lundi 12 mars.

Arrivés à Lyon en décembre 2017, les vélos de Gobee.bike ont disparu des rues de la ville au mois de février après qu’ils aient quasiment tous été détruits. La startup hongkongaise a quitté la France mais d’autres entreprises spécialisées dans le vélo en libre service sans borne se sont installés, comme Ofo et Obike à Paris. À Lyon, ce sont les vélos d’Indigo Weel qui viennent concurrencer les Vélo’v de JCDecaux à partir de lundi 12 mars.

Free floating et greenwashing

Indigo Weel est une filiale du groupe Indigo, une entreprise française qui propose des services de stationnement et qui s’occupe notamment de la gestion des parkings de Bellecour et d’une partie de la Cité Internationale. 500 vélos seront déployés dans les rues de Lyon, quatrième ville à les voir débarquer, après Metz, Tours et Bordeaux.

À la différence de Gobee.bike qui était arrivée à Lyon sans prévenir les pouvoirs publics, Indigo entend collaborer avec le Grand Lyon. Et pour garantir un meilleur accueil que celui reçu par les vélos hongkongais, l’entreprise annonce qu’elle va s’associer avec des « associations locales ». On ne sait pas vraiment de quelles associations il s’agit mais on retrouve ici une démarche classique des industriels : fabriquer de l’acceptabilité sociale pour garantir une bonne réception des produits.

Un service de vélopartage « connecté, intelligent et sans station ». C’est ainsi qu’Indigo Weel présente son offre de vélos en free floating. Contrairement aux Vélo’v, les vélos en free floating fonctionnent sans bornes : une application pour smartphone permet de géolocaliser un des vélos de la flotte et de le débloquer pour effectuer un trajet avant de le reposer dans l’une des zones déterminées. Le paiement se fait également via l’application. En plus de se diversifier, l’entreprise aux 4 000 parkings se paye un petit coup de greenwashing en développant un nouveau service garanti « écologique et durable ».

JPEG - 212.5 ko
Vélo = écolo ?

Saccages à Lyon ou à Reims, décharges en Chine

Gobee.bike a quitté la France parce que son service n’était pas rentable et que ses vélos ont été saccagés à Lyon, Lille ou Paris.

En Chine, où plusieurs entreprises se disputent le marché, des millions de ces vélos ont été mis en circulation. Et des milliers d’engins pourrissent déjà dans des décharges [1]. Pour un observateur de ce marché, le problème est que les entreprises de ce secteur sont trop préoccupées par les questions d’implantation et d’investissement pour se concentrer sur la fourniture d’un service de qualité :

« On voit des milliers de vélos garés partout dans la ville et beaucoup ne fonctionnent pas parce que personne ne s’en occupe » [2].

JPEG - 579.7 ko
Cimetière de vélos en libre service à Xiamen (Chine)

Sur ce point, Indigo Weel assure qu’un système de bonus-malus encouragera les client-es à ne pas laisser les vélos n’importe où. Et l’entreprise va même tenter de s’occuper de l’entretien des vélos déployés. En consultant les sites de recherche d’emploi, un rédacteur du site tourangeau la Rotative est tombé sur une offre de CDI pour un poste d’« agent opérationnel » basé à Tours, proposée par la multinationale du parking. Notamment chargé d’ « effectuer des réparations légères sur la flotte de vélos » et d’« assurer le déploiement de la flotte de vélos en extérieur », cet agent devra être « rigoureux, organisé, autonome, polyvalent, imaginatif, bon communicant, sociable et appliqué », mais aussi connaître Tours comme sa poche. Autant de compétences grassement rémunérées : l’offre promet un SMIC.

Un coup de pédale vers la ville sous contrôle

L’avantage de ce type de service, pour les municipalités qui l’accueille ? D’abord, contrairement aux modèles avec bornes de type « Vélo’v », ils ne nécessitent en général aucun investissement de la part de la collectivité. Au contraire, la Ville de Paris envisagerait la création d’une redevance pour occupation commerciale du domaine public [3]. Cela permet donc de donner le sentiment qu’on mène une politique en faveur du vélo sans rien débourser. Malin.

Ensuite, cela donne une image moderne et connectée de la ville. Comme l’explique Serge Clémente, PDG d’Indigo, sa société ne se contente pas de gérer des parkings : elle est un outil au service de la « smart city » [4]. Des éléments de langage qui rappellent fortement ceux des élus et des communicants de la Métropole lyonnaise, censée devenir une « smart community ».

Cette smart city, ou « ville intelligente », est devenue un outil de développement économique et d’attractivité territoriale pour les collectivités comme Lyon [5] : il s’agit de projeter l’image d’une ville « innovante ». Tant pis si cette innovation est réservée pour une bonne part aux seul-es utilisateur-ices de smartphones, comme c’est le cas pour les vélos en free floating.

JPEG - 68.8 ko
Ne me fiche pas, je m’en charge

Mais la smart city, c’est aussi la promesse de mieux administrer la ville grâce aux données et aux nouvelles technologies. Transports, stationnement, éclairage, déchets... De multiples pans de la vie urbaine sont aujourd’hui décortiqués en vue d’être optimisés. Et les entreprises se bousculent pour promettre aux collectivités une gestion plus fluide et rationnelle de leur territoire et des comportements de leurs habitants : le marché mondial de la smart city est estimé entre 400 et 1 600 milliards de dollars à l’horizon 2020 [6]. Tout doit être prévu, calculé, géré, organisé. Au prix d’un contrôle permanent et d’une exploitation massive des données personnelles des habitant-es.

Tout cela n’empêche pas Indigo Weel de présenter son service comme « révolutionnaire ». Du coup, ce serait vraiment dommage que leurs vélos soient vandalisés.

P.-S.

Article largement inspiré de celui de nos camarades tourangeaux de la Rotative

Notes

[1Voir les photos publiées sur le site du Guardian(en anglais).

[2Traduit depuis The Guardian.

[3Voir Mieux vaut des pistes cyclables que des vélos pas chers sur le blog L’interconnexion n’est plus assurée et Le vélo jetable arrive en France sur le site carfree.fr.

[4« Héritiers de l’esprit d’innovation de VINCI Park, nous sommes le pont entre la voiture connectée et la smart city ». Source : parkindigo.com.

[5Voir à la page 10 du rapport De la smart city au territoire d’intelligence(s) - L’avenir de la smart city, rapport au Premier ministre confié à Luc Belot, député de Maine-et-Loire, avril 2017.

[6Source : rapport de Luc Belot précité.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

>Gilets jaunes, des clés pour comprendre

Un livre électronique édité par Syllepse, diffusé gratuitement, qui compile différentes analyses autour du mouvement des Gilets jaunes : des militant(e)s antiracistes, des syndicalistes, des individus sans qualificatif particulier livrent leurs expériences et points de vue...

>Appel à rassemblement antifasciste samedi 15 décembre

La semaine dernière s’est tenu l’acte 4 des gilets jaunes, à Lyon comme partout en France. Nous partageons la volonté de pousser cette mobilisation populaire vers des revendications anticapitalistes et anti-autoritaires. Nous ne comptons pas continuer à livrer les rues lyonnaises aux fascistes mais...

>[Genève] L’OMC redécorée ! Vive le 10 !

Cette nuit, 10 du mois, nous nous sommes attaqué·e·s au siège international de l’OMC à Genève, Organisation mondiale criminelle, symbole des accords entre les puissant·e·s, du libre échange frénétique, du productivisme destructeur, de l’impérialisme sournois, du capitalisme antisocial... Cette nuit, nous...

> Tous les articles "Globalisation - capitalisme"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

>Record battu pour la manifestation No-Tav du 8 décembre à Turin

Un véritable raz-de-marée contre la ligne à haute vitesse Lyon-Turin. Les mois prochains vont sans doute être décisifs, mais il semble que le mouvement No-Tav est actuellement le seul capable d’incarner le visage combatif de l’opposition au gouvernement Lega/5...

> Tous les articles "Transport"