Récit de la garde à vue du 05/06 à Lyon dans le cadre d’une enquête sur le sabotage d’une usine Lafarge

3404 visites
Comptes-rendus de justice

Lundi 5 juin, à travers la France, une quinzaine de personnes sont perquisitionnées et interpellées, accusées d’avoir participé à l’« invasion-sabotage » de l’usine Lafarge de Bouc-Bel-Air (13, Bouche-du-Rhône), le 10 décembre 2022, dont les dommages sont estimés à hauteur de 6 millions d’euros. Nous rédigeons ce communiqué alors que, le mardi 20 juin, 18 personnes ont de nouveaux été arrêtées dans des conditions similaires.

Ci-joint une cagnotte afin d’aider tout.es les militant.es qui font face à la représsion de ces dernières semaines : https://www.helloasso.com/associations/cacendr/collectes/caisse-de-solidarite

Nous sommes des proches de la personne arrêtée à Lyon, et comme les proches des interpellées de Montreuil [1], nous allons faire ici le récit de l’interpellation de notre camarade.

Nous décidons d’intervenir aujourd’hui en publiant ce texte afin de mettre en lumière les méthodes employées par l’État et ses chiens pour mater tout ce qui semble lui faire opposition ; pour rendre publique le récit d’une expérience qui nous concerne toutes et tous.

1. Perquisition

Lundi 5 juin, 3 flics sonnent à la porte de l’appartement de notre camarade à 6h du matin, la porte leur est ouverte – se présentent deux gendarmes de Marseille et un troisième qui dit être lyonnais sans préciser le service auquel il est rattaché. Rétrospectivement, notre ami a émis un doute sur la provenance de ce dernier ; doute alimenté, plus tard, par des remarques faites à la volée qui révèlent une méconnaissance de la ville. Parmi les 2 personnes présentes dans l’appartement, l’une est recherchée, l’autre est soumise à un contrôle d’identité avant d’être autorisée à partir avec son ordinateur à condition de le déverrouiller afin de « prouver qu’il lui appartient ». Suspectant la méthode, elle refuse : on ne peut pas faire confiance à la police. Son ordinateur est finalement saisi avant qu’elle ne quitte l’appartement.

S’ensuivent 2h30 de fouille minutieuse de l’appartement. L’un des gendarmes s’occupe de l’administratif, l’autre fouille l’appartement et le "lyonnais" prend des photos :
- Ils fouillent les canapés, les déhoussent, retournent les matelas, tirent chaque meuble jusqu’aux derniers tiroirs, inspectent toute la vaisselle, vident les paquets de pâtes et les bocaux fermés ;
- tous les supports numériques de l’appartement sont saisis sans exception : ordinateurs, clés USB, téléphones, disques durs, même les emballages des cartes SIM ;
- ils inspectent chaque livre, chaque carnet comme s’ils cherchaient des inscriptions ou des informations dissimulées. Saisissent les livres aux titres les plus « aguicheurs », comme Insurrection 1977, ou Investigation et téléphonie mobile : un guide à l’usage des avocats de Haurus, embarquent tous les livres présents en plusieurs exemplaires (ils demandent au camarade s’il en fait commerce).
- Ils fouillent les papiers administratifs, regardent attentivement les tickets de caisse, semblent vouloir créer un lien avec la ville de Marseille. Par exemple, en tombant sur un contrôle technique provenant du garage **** ils s’exclament « Ah mais y’en a un avec le même nom à Marseille ». En revanche, ils n’ouvrent pas les lettres postales fermées.
- Chaque vêtement est scrupuleusement inspecté. Le matériel de protection de chantier (masque, gants) est saisi ; ils prennent aussi des lunettes de piscine, des casques de moto, des gants de ski : en somme, tout ce qui pourrait permettre de constituer le profil (ici, disons le style) du « black bloc ».
- Ils cherchent des tote bags et semblent très satisfaits lorsque qu’ils en trouvent un (« Ah ! Encore un tote bag ! »)

Tout ce qui n’est pas perquisitionné est pris en photo et une partie de la saisie sera rendue à la fin de la garde à vue, ils conserveront uniquement le matériel informatique chiffré, matériel dont notre ami a évidemment refusé de donner les codes. Les clés USB non-chiffrées sont passées en revue une par une puis, faute d’informations intéressantes à leurs yeux, elles lui seront rendues à l’issue de la garde à vue.

Pendant la perquisition, les gendarmes posent des questions auxquelles le camarade essaye de ne pas répondre (leur sont donnés des haussements d’épaules, des pets de bouche et des gestes d’incompréhension). Globalement, ils alternent entre questions anodines, questions en lien direct avec l’enquête, questions de profilage "on vient pour l’affaire de l’usine Lafarge, tu vois de quoi je parle ?" [première question posée à leur entrée], "Est-ce que tel ou tel objet est à toi ?", "Qu’est-ce que c’est ça ?" [en montrant les objets qu’ils prennent], "Tu vis avec qui, t’es en coloc ? Tu fais quoi comme métier, comment tu payes ton loyer ?"

Le camarade n’est pas menotté pendant la fouille. Les policiers agissent calmement,sans provocation, en suivant minutieusement la procédure. Enfin, ils ferment l’appartement à clé et embarquent notre ami en lui demandant "personne d’autre a la clé de l’appartement ?", question à laquelle il ne repond pas.

2. Garde-à-vue et auditions

Arrivé à la caserne militaire de Perrache, le camarade est laissé dans un hall surveillé par un gendarme présent lors de la perquisition. Ce dernier tente de le « rassurer » en jouant le flic sympa en lui donnant des conseils du type « T’inquiète, c’est pas la peine de parler, on a déjà tout ce qu’il nous faut. On sait que tu parleras pas et c’est pas grave, on a ce qu’on veut. On veut que ça se passe vite pour rentrer chez nous [à Marseille] le plus tôt possible ». À ce moment là, notre ami ne sait pas s’il va être transféré à Marseille ou s’il va rester à Lyon. Il est emmené en cellule et restera à Lyon tout le long de la GAV.

Les chefs d’inculpation sont les suivants (les faits reprochés permettent l’utilisation des moyens d’enquêtes anti-terroristes.)
- Détérioration du bien d’autrui par moyen dangereux, avec la circonstance aggravante de « bande organisée », cette qualification fait de cette procédure une procédure « criminelle » ;
- Association de malfaiteurs formée en vue de la commission d’un délit puni d’au moins 5 ans d’emprisonnement

Après avoir signé des papiers, les gendarmes demandent à notre camarade s’il souhaite un avocat. Selon les gendarmes l’avocat souhaité est indisponible "ça sera sûrement un commis d’office", pourtant, c’est bien l’associée de l’avocat désigné qui se présentera plus tard.
On lui demande aussi s’il veut voir un médecin, il répond que oui et au moment de la consultation, demande au médecin des anxiolytiques pour dormir. Le medecin lui prescrit un Xanax matin midi et soir, la prescription est rigoureusement respectée par les policiers durant la GAV, qui vérifient que les pilules sont ingérées. Le camarade réussit à en prendre uniquement le soir, pour s’aider à dormir sans être stone au moment des interrogatoires.
On ne lui propose pas à manger le soir, le matin on lui dira "On ne peut pas savoir que tu as faim si tu ne nous parles pas."

Quatre ou cinq auditions de durées différentes ont lieu durant les 38h, toujours en présence de l’avocate. Les interrogatoires sont filmés avec un plan très serré sur le visage de notre ami : dès qu’il bouge on lui fait remarquer qu’il n’est plus dans le cadre. Le contexte d’une telle GAV rend la restitution précise impossible mais nous tentons ici de compiler plusieurs des choses dont notre ami est capable de se souvenir précisément :
- En réponse à la première question le camarade annonce qu’il n’a rien à déclarer et qu’ils peuvent noter la même chose pour toutes les autres questions. On lui répond que ça ne marche pas comme ça et qu’il a le devoir de répondre Je n’ai rien à déclarer à chaque question posée. Son avocate intervient en rappelant son droit à garder le silence, il restera silencieux pendant tout le reste des auditions.
- Les premières séries de questions visent à élaborer un profil. À ce moment-là, elles ne sont pas directement en lien avec l’affaire et sont plutôt larges. Ils annoncent « on veut tout savoir sur toi », puis lui demande où il a étudié (école, lycée, post-bac), la relation qu’il entretient avec les membres de sa famille (sur lesquels ils disposent de quelques informations, plutôt sommaires), les critères qu’il a pour nouer des amitiés. Ils l’interrogent « pourquoi vis-tu en centre-ville ? »
- Ils posent des questions générales sur son orientation politique, lui demandent s’il a des liens avec (en vrac) XR, Les soulèvements de la Terre, Bassines Non Merci, La voie est Libre. Lui est demandé : « est-ce que tu penses que tu vas sauver le climat tout seul ? », « es-tu prêt à tout pour sauver le climat ? »
- Ensuite, ils annoncent avoir étudié son activité téléphonique et bancaire pendant un an. Ils posent des questions sur les activités téléphonique et bancaire de notre ami.
- Ils questionnent beaucoup notre camarade sur ses moyens de déplacement « Où est votre voiture ? Où se trouve les clés de votre voiture ? Avez-vous un abonnement SNCF ? »
- Les gendarmes ne donnent pratiquement aucune information sur le dossier. La seule chose qui a été dite au camarade, c’est que son ADN aurait été trouvé sur des gants carbonisés aux alentours de l’usine. Ils lui ont présenté une photo de « restes » complètement calcinés, dont il est difficile de distinguer si c’est vraiment des gants ou non. Les gendarmes posent une question : « avez-vous fait partie du groupe commando ? ».
- Aussi lui ont-ils posé des questions sur une autre des personnes interpellées sans lui notifier que cette personne avait effectivement fait l’objet d’une interpellation.

Bien sûr, ce compte-rendu est loin d’être exhaustif : notre ami a été soumis à de nombreuses heures d’interrogatoire et par extension, à beaucoup de stress et de fatigue. Il est aujourd’hui difficile pour lui de dresser une chronologie exacte de ces différents moments d’audition et nous essayons d’en restituer ici le plus possible. Il se rappelle que l’officier chargé de lui poser des questions avait sur son bureau un dossier bien fourni : il a cru apercevoir une photo de lui prise à la volée quelques semaines avant son interpellation ; parfois, ils lui tendaient ce dossier tout en lui refusant de le manipuler ou même de le toucher.
Après 38h de GAV, notre camarade est relaché allégé de tout son matériel informatique. On lui annonce qu’il recevra une convocation ultérieurement. Bien qu’heureux.ses de le voir sortir, nous ne pouvons nous réjouir : nous savons pertinemment que les emmerdes ne font que commencer, que coupable ou innocent.es (si une telle distinction est encore viable), dès que l’État et ses chiens mettent le nez dans nos vies, c’est pour les détruire. Face à cela, nous devons nous organiser collectivement pour nous défendre et pour rendre coup pour coup.

3. Se protéger pour la suite

À ces fins, il nous semble important de rappeler quelques mesures de sécurité pour éviter de s’exposer à la surveillance, de prêter le flanc à la répression. Les interpellations du mardi 20 juin nous rappellent que l’enquête continue et qu’à la veille de la dissolution des Soulèvements de la Terre la volonté de l’État est d’annihiler toute forme de contestation. En effet, que pourrait-il faire d’autre que de suivre sa logique répressive après des mois d’un mouvement social qui a littéralement retourné le pays et qui n’a cessé de mettre en question l’arbitraire du pouvoir et le partage entre gouvernant et gouverné.es. Les moyens technico-politiques mis en place par le gouvernement ont pour objectif majeur de cartographier l’ensemble des opposant.es grâce à l’acquisition et au recoupement d’informations par tous les moyens possibles. Les vagues de perquisitions qui déferlent depuis deux semaines ne sont qu’un début, de nombreuses enquêtes sont en cours. À Lyon, par exemple, nous avons déjà vu des retombées des enquêtes commencées au moment de mouvement social contre la réforme des retraites. Dans ce contexte, on se souviendra que prendre soin de nos liens et de nos luttes implique plusieurs choses :

- Garder le silence en garde-à-vue est TOUJOURS la meilleure idée : on se met nous-mêmes à l’abri de réponses irréfléchies, dans un contexte stressant, et on protège d’autres personnes. Même des informations anodines peuvent leur être utiles, et il est plus facile de répondre à chacune des questions par un "je n’ai rien à déclarer" que d’alterner réponses et silences (silences qui peuvent sembler coupables dans ce cas). Nous avons tenté de restituer ici les techniques de manipulation utilisés par les gendarmes pour mettre à mal la résolution de notre camarade à garder le silence.
Ci-dessous, d’autres exemples de techniques de manipulation qu’ils peuvent utiliser :
* être sympathique avec toi (flatterie, mention de présence de points communs entre enquêteurs et toi : "Toi, tu es pas comme les autres, tu es intelligent, tu es un bon type etc.)
* te montrer que tu leur dois quelque chose (ils t’ont offert un verre d’eau, donc tu leur dois une info),
* prêcher le faux pour connaitre le vrai (p.ex. te pousser à corriger une fausse assertion sur toi)
* créer de la suspicion sur tes amie.s (ce n’est pourtant pas ce que nous a raconté votre ami.e)
* rabaisser et dévaloriser, se moquer de toi
* fausse promesse de pouvoir t’aider devant la juge contre des informations données,
* essayer de te convaincre que tes actes ont été en contradiction avec tes propres valeurs
* création d’espoir et de déception
* etc...

- Protéger et chiffrer son matériel (ordi et téléphones) permet non seulement de protéger son intimité, celle d’autres personnes et de prendre soin des liens existants. Même si on peut avoir le sentiment que rien de répréhensible n’est présent sur un téléphone, les données peuvent permettre de mettre au jour qui parle avec qui, quels sont les pseudos des gens, qui a été présent où, quelles photos renvoient à quel événement...Il ne s’agit jamais que de soi-même, mais d’une responsabilité envers les personnes avec qui on se lie [2].

- Prendre soin de liens et de capacités de mobilisation, c’est aussi ne pas s’aventurer à spéculer sur qui a fait quoi. Se réjouir que des gestes de lutte existent n’implique pas de savoir qui a aidé à les porter.

Alors que nous voyons les personnes arrêtées le 5 juin sortir sans poursuite (pour le moment) de cette garde-à-vue on ne peut s’empécher de penser à cet autre moment où l’État a jugé intolérable que des militant.es s’élèvent contre l’avenir nucléaire qu’il nous promet. À Bure, des militant.es avaient été arrêté.es une première fois, lors d’une opération d’ampleur (le 20/09/2017), et étaient ressorti.es libres à la fin de leur garde-à-vue. Ce n’était alors que 8 mois plus tard (le 20/06/2018), qu’une deuxième vague d’arrestations avait eu lieu, une fois que les appareils saisis avaient été exploités, et que des milliers d’heures d’écoute avaient été réalisées. IMSI Catcher, filatures, sonorisations... Des moyens là aussi démésurés, et proprement terrifiants. Pourtant, les condamnations n’ont au final été que faibles au regard de ces moyens. Et le procès avait été l’occasion d’une joyeuse rencontre, une association des associations de malfaiteurices.

l’État est doublement terroriste : d’abord car il défend becs et ongles une entreprise, qui en plus de vouloir faire de la terre un immense parking bétonné, a financé le terrorisme en soutenant Daesh [3]. Mais aussi car il a pour objectif de terroriser tous.tes celles et ceux qui osent encore se dresser contre sa gestion du désastre.

Force à toutes les victimes de la répression.
Des ami.es et des soutiens de la personne gardée-à-vue

P.-S.

Pour soutenir toutes les personnes touchées par la représsion ces dernières semaines : https://www.helloasso.com/associations/cacendr/collectes/caisse-de-solidarite

Les dons récoltés permettront de compenser les frais qu’induisent une telle opération policière :
* frais d’avocat⋅es,
* frais de transport,
* frais matériel quand les perquisitions ont confisqué même les ordinateurs professionnels,
* frais d’hébergement pour rendre visite aux personnes en prison parfois à l’autre bout de la France,
* envoi de mandat pour les personnes incarcérées car tout est cher en prison, là aussi le capitalisme a jeté son dévolu pour faire du profit sur le dos des personnes enfermées.

Notes

[3Même si nous ne souhaitons en aucun cas nous en remettre à une décision de justice, le fait suivant peut être un marqueur, à minima, de l’absurdité d’utiliser les moyens de l’anti-terrorisme pour prendre la défense de Lafarge : l’entreprise été condamné à 778 millions de dollars aux USA pour complicité de crime contre l’humanité pour avoir collaboré avec Daesh.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Justice / Enfermements » :

› Tous les articles "Justice / Enfermements"

Derniers articles de la thématique « Écologie / Anti-productivisme » :

>32 ans Friche des Chats Libres de Saint-Bernard

Les chats-libres et leurs ami·es vous invitent à la fête d’anniversaire de la friche Saint-Bernard ! Ouverte au public le temps d’une après-midi, retrouvez une exposition biographique in situ présentant les “preuves de vies” de cet espace en libre évolution !

>Conférence Stop barrage Rhonergia mardi 16 avril

📣 Viens rencontrer le Collectif STOP Barrage Rhônergia lors d’une conférence pour s’informer et échanger autour du projet de barrage sur le dernier tronçon encore sauvage du Rhône en aval de la centrale nucléaire du Bugey.

› Tous les articles "Écologie / Anti-productivisme"