Rendu du procès suite à la mort de Mickaël étouffé par 4 vigiles de Carrefour en 2009

789 visites

Cour d’assises de Lyon, jeudi 19 novembre – Il est 16h, le premier jour du procès, quand l’huissier amène un grand téléviseur à deux écrans, plantés dos-à-dos sur un meuble à roulettes. La cour et le public vont visionner la mort en direct de Mickaël Blaise, 25 ans. Le 28 décembre 2009, le jeune martiniquais s’était fait pincer avec une canette de bière volée. Pour le maîtriser jusqu’à l’arrivée de la police, 4 vigiles le plaquent contre un comptoir, l’écrasent jusqu’à l’étouffement. 6 ans plus tard, les 4 accusés comparaissent libre pour « violences volontaires en réunion ayant entrainé la mort sans intention de la donner ». Ils encourent 20 ans de réclusion criminelle.

Cour d’assises de Lyon, jeudi 19 novembre – Il est 16h, le premier jour du procès, quand l’huissier amène un grand téléviseur à deux écrans, plantés dos-à-dos sur un meuble à roulettes. La cour et le public vont visionner la mort en direct de Mickaël Blaise, 25 ans. Le 28 décembre 2009, le jeune martiniquais s’était fait pincer avec une canette de bière volée. Direction le local exigu du Carrefour de la Part-Dieu. Mickaël, 1 mètre 90 se débat. Pour le maîtriser jusqu’à l’arrivée de la police, 4 vigiles le plaquent contre un comptoir, l’écrasent jusqu’à l’étouffement. 6 ans plus tard, les 4 accusés comparaissent libre pour « violences volontaires en réunion ayant entrainé la mort sans intention de la donner ». Ils encourent 20 ans de réclusion criminelle.

...

Libérables en 2016

11 heures, la cour et les jurés partent délibérer. Ils resteront enfermés 7 heures, pour se décider sur la nature de l’infraction et la peine appropriée. 18 heures, dans un silence absolu, la salle, toujours emplie des familles des accusés, vient écouter le verdict. Les accusés sont tous reconnus coupables de « violences volontaires en réunion ayant entrainé la mort sans intention de la donner ».

Aucune altération du discernement n’est retenue. La peine : 4 ans dont 2 avec sursis pour trois d’entre eux, 3 ans dont 18 mois avec sursis pour Lyacine Ghazioui. Les policiers prennent place dans le box aux côtés des 4 anciens agents désormais sous mandat de dépôt. Ils paraissent calmes et rassemblent quelques affaires – sauf Cortbaoui, paniqué. Ils ont déjà purgé 4 mois de détention provisoire. Ils pourront prétendre à une libération conditionnelle dans le courant de l’année 2016.

L’intégralité de l’article sur StreetPress

Les articles de l’époque :
Ayez peur ! Carrefour assassine !
Carrefour assassin
Arrêté par des vigiles de la Part-Dieu, Michaël, 25 ans, meurt peu après.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Brigade Spécialisée de Terrain : programmées pour traquer

La loi « relative à la sécurité publique » de février 2017 qui assouplit largement les conditions d’ouverture du feu des policiers n’en finit pas de produire son cortège de drames. Le nombre de morts s’accélère. En 2022, pas loin d’une dizaine de personnes sont mortes, tués par des agents après des « refus...

>La place du Pont n’est pas un plateau télé !

Darmanin revient faire son show le 9 septembre à la Guillotière, pour soutenir la police contre la population et promouvoir sa politique raciste. Stop à l’instrumentalisation, Darmanin casse toi, la Guillotière n’est pas à toi ! Occupation festive et massive dés 10h Place du Pont ...

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"