#Restonsàlamaison mais ne restons pas silencieux !

726 visites
Covid-19

Ce texte est la traduction pour dijoncter.info du texte italien #Rimaniamoacasa ma non rimaniamo in silenzio paru sur infoaut.org. Il est écrit par un groupe de quartier, et est sorti au lendemain d’une déclaration du premier ministre Conte à propos des mesures de confinement. En plus de nous apporter quelques nouvelles d’Italie, sa lecture nous a donné quelques perspectives de lutte collective en ces périodes compliquées.


Nous sommes en train d’organiser la solidarité dans notre quartier, en distribuant du désinfectant, en nous mettant à disposition pour faire les courses des anciens, en cherchant à ne laisser personne seul, comme le font la plupart des gens dans ce pays : pas après pas, lieu après lieu. Mais le mutualisme ne peut pas suffire, nous devons trouver le moyen de prendre la parole.

Pendant que le gouvernement nous impose de rester à la maison et de limiter au maximum les déplacements, des milliers de personnes se révoltent dans les prisons, des personnes sont abandonnées à elles-mêmes dans les quartiers, les mesures de préventions ne sont pas appliquées pour les travailleurs, les expulsions continuent à être exécutées, tous ceux qui touche normalement des rentrées d’argent (en travaillant au noir, en étant déclaré ou sous différentes formes de contrat) reste sans salaire pour un temps indéterminé tout en devant continuer à payer un loyer, des médicaments, de la nourriture, du désinfectant, des masques et des gants.

L’état d’urgence fonctionne comme le lit de Procuste [1] : celles et ceux qui sont trop court ou trop long pour les mesures de prévention contre le coronavirus sont écarquillé·es ou mutilé·es. Une torture qui culpabilise toutes celles et ceux qui n’entrent pas précisément dans le lit du tortionnaire. Nous assistons à une violence sans précédent dont le discours du premier ministre hier soir dans les médias est la revendication explicite. Dans les paroles de Conte, les milliers de détenus en révolte dans les prisons italiennes, les plus de dix morts et les centaines de blessés, n’existent pas. Des personnes à qui la télévision rappelle tous les jours de ne pas fréquenter de lieux peuplés, mais qui sont contraintes dans des cellules surpeuplées, des personnes auxquelles on demande de tomber malade en silence sans pouvoir communiqué avec leurs proches. Des personnes qui ont été massacrées, des personnes dont l’existence est tout simplement ignorée.

De toute une génération de barmans, de physiothérapistes, de guides touristiques, de remplaçants dans les écoles, de pizzaiolo, d’orthophonistes, de professeurs de sport, restée d’un jour à l’autre sans salaire, contraints de payer un loyer, de continuer à se soigner, de continuer à consommer, l’unique description qui a été faite est celle d’un peuple de divertissement. Les seules paroles les concernant les invitent à arrêter les apéros. Des parents qui ne peuvent plus confier leurs enfants aux grand-parents mais doivent continuer à travailler. Ceux-là non plus n’existent pas.

Des travailleurs encore plus stressés, sans aucune mesure de prévention, qui respectent les règles chez eux et sont ensuite exposés au risque de contagion dans les entrepôts, dans les usines ou au bureau, il n’y a aucune trace. Ils n’existent simplement pas. Hier matin nous sommes allés devant l’usine de Peroni à Tor Sapienza, les ouvriers étaient en grève pour demander l’application de l’accord de secteur, le patron a essayé d’imposer des briseurs de grève en profitant de la limitation des activités syndicale imposée par l’état d’urgence. À la fin les ouvriers ont réussis à imposer un accord mais ont du prendre des risques, se réunir, organiser un rassemblement : faire le choix en peu de mots entre risquer d’être licenciés et risquer d’étendre la contagion.

Le chacal qui leur a imposé ça bénéficiera probablement des déductions fiscales du gouvernement. Lui est bien représenté dans le discours du premier ministre Conte, il est de ceux qui vont être aidés, de ceux pour qui le lit de Procuste a été dessiné sur mesure.

La suite à lire sur : https://dijoncter.info/restonsalamaison-mais-ne-restons-pas-silencieux-1840

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Covid19 : pour une veille syndicale de la situation sanitaire

Lors du mouvement contre la réforme des retraites voulue par Macron, nombre de débats visaient à démontrer que les chiffres avancés par le gouvernement, pour faire passer sa réforme, étaient faux. Ces débats se fondaient sur des démonstrations et arguments fournis notamment par les directions...

› Tous les articles "Covid-19"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>28 février 1921 : révolte de Kronstadt dernier acte de la révolution russe

Si on entendra encore parler de la révolte de Kronstadt de 1921 longtemps après, c’est que, d’une certaine manière, en quelques semaines se concentrent tous les éléments de la révolution russe. Dans la tragédie de la révolution russe, ces événements sont ceux qui annoncent le dénouement. C’est le moment...

>Première bataille de Wounded Knee le 27 février 1973

Le 27 février 1973, des membres de l’American Indian Movement (AIM) et des Lakotas (Sioux) Oglala occupent dans la réserve indienne de Pine Ridge le comptoir de Wounded Knee afin de protester contre le régime de terreur instauré par le président du conseil tribal dit « progressiste » [1] et corrompu...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"