Révolution au Soudan : « Les femmes ont une âme de combattantes »

287 visites

Au mois de décembre 2018, le peuple soudanais s’est soulevé contre le régime d’Omar El-Béchir. Après la démission du tyran, c’est le Conseil Militaire qui s’est emparé du pouvoir. Les manifestations se poursuivent, la répression s’aggrave. Nous avons échangé avec deux femmes soudanaises vivant à Tours sur la situation dans leur pays. Témoignage de deux femmes révoltées.

Comment tout a commencé

Depuis début décembre, c’est la révolution au Soudan. Le peuple est révolté parce que le prix du pain a énormément augmenté en un an — une baguette pouvait coûter jusqu’à 5 euros ! Les banques n’avaient plus d’argent, alors que dans le palais d’El-Béchir il a fallu trois camions pour transporter l’argent qui y était entreposé ! Les manifestations ont commencé à Atbara, où un monument du gouvernement a été brûlé, puis le reste du pays s’est révolté. Ce sont d’abord les jeunes qui se sont mobilisés, puis toute la population s’est soulevée, malgré la peur. Certaines familles ne comprenaient pas pourquoi sortir dans la rue : elles ont toujours vécues comme ça ! Imaginer un nouveau départ, c’était peut-être difficile pour elles. C’est la peur de tout changer. Il y a eu beaucoup de manifestations pacifiques. À l’exception du premier jour, où il y a l’incendie du monument, ça a toujours été pacifique : pas d’armes, juste des slogans.

Quand le président a été destitué, son beau-frère a pris sa place. Vingt-quatre heures plus tard, le peuple l’a obligé à partir. Ce n’est qu’après que le Conseil Militaire est arrivé et a annoncé qu’il s’emparait du pouvoir pour une durée de trois ans, soi-disant pour assurer la transition. En fait, c’est un vrai coup d’état. L’homme à la tête du Conseil Militaire, on n’a vu son visage qu’une fois. Face à ce coup de force, le peuple est redescendu dans la rue, le travail a été arrêté partout, puis un campement a été organisé devant le Conseil Militaire. Tout le monde pouvait venir dans ce campement : on accueillait les sans-abris, il y avait des tentes de médecins, des cantines, des lieux de vie… C’était une petite ville dans la ville. Tous les opposants aux militaires se sont regroupés au sein des Forces de Liberté et de Changement. A chaque fois, le Conseil Militaire faisait mine de négocier avec les Forces de Liberté et de Changement, mais il changeait toujours les dates de rendez-vous ! Quand ils se sont rencontrés, le Conseil Militaire a proposé qu’il y ait au moins cinq militaires dans le gouvernement, ce que les FLC ont refusé ! Mais les membres du Conseil Militaire ne sont même pas d’accord entre eux…

La suite à lire sur : https://larotative.info/revolution-au-soudan-les-femmes-3358.html

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"