Sans-papiers : la chasse bat son plein

668 visites

Expulsion brutale de la famille Raba
vers le Kosovo où elle risque la mort,
suicide d’un jeune turc sans-papier
en rétention près de Marseille, grève
de la faim dans plusieurs centres de
rétention…

Des méthodes dignes des régimes totalitaires pour expulser la famille Raba

L’impressionnante mobilisation autour de
la famille Raba -grève d’enseignants,
mobilisation de la population etc.- n’aura
pas suffi à faire céder le ministre de l’intérieur
dont l’orgueil démesuré est à l’image
des moyens déployés par les autorités
pour expulser le jeune couple et
leurs trois enfants (7, 4 et 3 ans). Le 6
décembre, après 21 jours de rétention les
Raba, encadrés par dix policiers, étaient
expulsés depuis l’aéroport de Toulouse-
Blagnac -la famille ayant été déplacée
pour la couper de ses soutiens- par avion
militaire spécialement affrété par le gouvernement.
Direction : Tirana en Albanie.
Le lendemain, les Raba étaient reconduits
par la Minuk, la force d’interposition internationale
au Kosovo dans leur village d’origine
Orahovac, là même où ils craignent
le plus pour leur vie. Coût de l’opération :
30 000 euros et à la clé mensonges, violence
et mépris des décisions de justice.
Le même jour, Sarkozy organisait une
réception au ministère pour féliciter les
fonctionnaires des préfectures pour leur
travail sur l’application de la circulaire du
13 juin. Cette expulsion marque en tous
cas une étape supplémentaire dans le
bras de fer qui se joue entre l’Etat et le
RESF.

Suicide et grève de la faim dans les centres de Rétention

Sous le coup d’un arrêté préfectoral de
reconduite à la frontière, un jeune turc de
22 ans Kazim Kastule était retrouvé vendredi
1er décembre pendu dans sa cellule
au centre de rétention du Canet près de
Marseille. Ouvrier du bâtiment, il avait été
interpellé lors d’un contrôle sur un chantier
le 22 novembre.

En solidarité et pour protester contre les
conditions de détention, les sans-papiers
du centre du Canet à Marseille et de Saint-
Exupéry à Lyon commençaient massivement
une grève de la faim.

Immédiatement, le directeur du centre de
rétention de Saint-Exupéry décidait de fermer
l’accès à la cour, aggravant ainsi leurs
conditions de détention.

Aire France auxiliaire de police de Sarkozy ?

AIR France / KLM, deviendra-t-elle la compagnie
aérienne qui menotte, matraque,
bâillonne et rackette ses passagers ? Jeudi
7 décembre, des membres du personnel
appelaient à un rassemblement pour
dénoncer la complicité d’Air France avec le
ministère de l’intérieur. En effet, la direction
de la compagnie, n°3 mondiale du
transport aérien, n’hésite pas à mettre au
dernier moment des commandants de
bord zélés qui faciliteront les expulsions
de sans-papiers. Cela avait été le cas lors
de l’expulsion le 30 août dernier du
lycéen nigérian Jeff Babatunde Shittu.
Peu après, le 14 septembre, le directeur
de la Police Nationale Michel Gaudin,
adressait ses félicitations à Jean-Cyril
Spinetta, PDG d’Air France/ KLM. Ce dernier
affirmait sur les ondes le 26 novembre
que " lorsque la République nous
demande notre concours pour exécuter
les décisions prises dans le cadre d’une
légalité incontestable, je ne vois pas au
nom de quel motif on le refuserait... "
Rappelons qu’il y a dix ans, suite à une
expulsion qui s’était mal passée, la compagnie
avait refusé d’expulser des sanspapiers
pendant six mois.

Ne laissons pas faire l’inacceptable :
continuons à participer aux rassemblements
appelés par RESF et les comités de
soutien aux Sans-Papiers, à envoyer des
courriers de protestation aux préfectures...
Continuons la lutte !

P.-S.

Rassemblement Elèves, Vaulx
papiers/antenne vaudaise du RESF

Préfecture du Rhône (rue Dunoir),
Mercredi 20 décembre à 14 h

Réunion RESF
Bourse du travail, mardi 9 janvier à 18 h

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info