Soutenir Indymedia Paris, pour la liberté dans nos rues comme sur le net !

3472 visites
6 compléments

Indymedia Paris publie quelques photos de flics infiltrés dans une manif, et oulah, sacrilège, les syndicats de flics sont sur les nerfs, l’Hortefeux menace de porter plainte et tout le monde apprend le terme de « copwatching ». Mais en fait de quoi s’agit-il ? Le copwatching c’est le Wikileaks de la rue, la surveillance de celles et ceux qui prétendent, en toute impunité, nous surveiller, nous menacer, nous agresser (verbalement souvent, physiquement régulièrement)…

La documentation de tous ces faits, si elle n’est pas légale — c’est leur police, leurs lois — est légitime. En manif, cela permet de pouvoir identifier plus rapidement des flics infiltrés, pratique courante : les images n’ont pas manqué cet automne pour prouver les techniques policières d’infiltration systématique des manifs contre les retraites. Une vidéo de RebellyonTV le prouvait (comme d’autres depuis longtemps en réalité), et a fait réagir beaucoup de monde [1].

Et il est souvent trop long en manifestation de s’assurer qu’on ne fabule pas, que l’oreillette entre-aperçue en est bien une, et qu’on ne va pas accuser quelqu’un à tort… Se refiler, faire tourner les photos des flics infiltrés est l’une des manières (finalement bien non-violente) de s’en prémunir et de protéger un cortège. Les flics (plus ou moins) incognitos dans les manifs, c’est le retour des polices secrètes, des polices politiques qui t’arrêtent dès que tu marches pas complètement droit.

Dans la rue, au quotidien, tout le monde craint les cow-boys de la BAC, à cent à l’heure au volant de leurs voitures banalisées, toujours en civil et oubliant régulièrement leurs brassards dans leur poche. Les flics en civil et armés dans nos rues, c’est le retour de la vendetta, mais légale et protégée au plus haut niveau.

La police française n’aime pas la lumière

L’été dernier, l’évocation documentée de l’occupation policière de la Villeneuve à Grenoble avait déjà valu des menaces d’Hortefeux lui-même à l’égard d’Indymedia Grenoble et du Jura Libertaire. En France, il est interdit de filmer des interventions policières (excepté pour les journalistes encartés) : concrètement, la personne qui a filmé le tabassage de Rodney King à Los Angeles aurait risqué plusieurs années de prison en France !! Alors finalement, la question qui se pose face à ces menaces contre quelques photos et quelques textes, c’est « mais de quoi ont-ils peur » ? Que pourrait bien révéler l’observation des flics en manif, leurs profils Facebook et leurs blogs, ou l’enregistrement vidéo de leurs interventions ? Qu’ils sont violents, réactionnaires, et souvent racistes ? Apparemment c’est ce que craignent leurs supérieurs et leurs syndicats.

On va nous aussi les surveiller, les identifier et se passer le mot, d’une manière ou d’une autre. S’il faut y mettre les formes, pour ne pas être inutilement poursuivi en diffamation ou pour outrage, on les mettra, et on leur donnera du monsieur madame tant qu’ils veulent. Mais on les photographiera, tant qu’ils mettront les pieds dans les manifs sans brassards, tant qu’ils feront de la même manière des interpellations dans la rue sans être identifié-e-s… Tant qu’ils ne pourront pas être condamnés sans qu’Hortefeux intervienne pour les défendre, tant qu’existera le délit d’outrage ou de rébellion qui leur permet en toute impunité de pourrir la vie à une partie grandissante de la population…

Si ce travail de surveillance de la police demande du temps et de l’organisation pour ne pas risquer de pointer du doigt des gens qui n’ont rien à voir (nombreux sont les manifestant-e-s suspectées à tort d’être des flics), il est plus que jamais nécessaire de prendre ce temps.

C’est pour cela que nous soutenons et que nous appelons le maximum de personnes à soutenir Indymedia Paris :
- d’abord en hébergeant les photos qui ont fait réagir Alliance (parce qu’il s’agit aussi dans cette affaire de fliquer le net autant qu’ils fliquent déjà nos rues) ;
- ensuite pour faire cesser rapidement les pratiques d’infiltration des flics en manif et les agissements de cowboys dans la rue, en nous organisant collectivement pour multiplier les pratiques de « copwatching » et leur diffusion.

On en a tous et toutes marre de la police et de ses pratiques, de la surveillance permanente, entre les hélicos, les caméras, le fichage ADN, les logiciels espions, les dizaines de fichiers plus ou moins légaux [2]

Soutenir Indymedia Paris, pour la liberté dans nos rues comme sur le net !

Des membres du collectif d’animation de Rebellyon

P.-S.

A noter que LOPPSI 2 permettra le filtrage de sites internet avec établissement d’une liste noire. Le partage de l’information devient vitale avant que les sites tels Indymedia, Rebellyon, Jura Libertaire ou autres soient totalement évincés.

Notes

[1Personne n’a pourtant porté plainte contre RebellyonTV, ni contre Mélenchon, ni Bernard Thibault qui s’en plaignaient ou les dizaines de sites et de journaux qui relayaient l’info ou la vidéo. A un moment il devient difficile de porter plainte contre une évidence manifeste.

[2Quelqu’un a déjà évoqué les fichiers plus ou moins secrets « de personnes recherchées pour appartenance à la mouvance ’anarcho-autonome » qui pourrissent la vie à des centaines de personnes, lors de simples contrôles routiers par exemple, quand les flics doivent noter leur provenance, leur destination, le contenu de leur téléphone portable avant de les laisser repartir ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 5 janvier 2011 à 10:20, par Sylvain

    Bonjour,

    Dans l’article il est dit que "En France, il est inter­dit de filmer des inter­ven­tions poli­ciè­res (excepté pour les jour­na­lis­tes encar­tés)"

    Ce dont je ne suis pas sûr du tout :

    selon la saisine numéro 2005-29 concernant les photographies, « le fait pour les policier ou les crs d’êtres photographiés ou filmés durant leur intervention, ne peut constituer aucune gêne pour des policiers soucieux du respect des règles déontologiques. »

    Perso je continuerai donc à filmer les porcs pendant leurs interpellations !

  • Le 30 décembre 2010 à 18:04, par Ludo

    @ anonymous :
    Quand tu prends une photo avec un appareil numérique, des « méta-données » sont enregistrées avec chaque image. Ce sont les informations EXIF, XMP ou IPTC.
    Ces méta-données, qui n’apparaissent pas sur l’image mais sont inscrites dans le fichier, renseignent le type d’appreil utilisé, l’objectif, l’ouverture, mais aussi la date du cliché. Paraît même qu’avec les appareils équipés de GPS elles donnent l’endroit où la photo a été prise (faut pas être malin, non plus, pour avoir un appareil équipé d’un GPS). Ce sont donc, potentiellement, des informations utilisables par les porcs.

    Donc s’il te prend l’envie de partager des photos ou de les publier sur internet, n’oublie pas nettoyer toutes les méta-données. Des logiciels comme Xnview ou Faststone permettent de faire cela d’un coup sur tout un lot d’images, ce qui est bien pratique. Et évidemment, ne conserve aucune photo plus longtemps que nécessaire dans la carte mémoire de ton appareil.

  • Le 29 décembre 2010 à 10:24, par anonymous

    machin : tu peux expliquer en quoi faut il faire attention ? je ne comprend pas tout dans l’article et je ne dois pas etre le seul... Merci !!

  • Le 27 décembre 2010 à 00:38, par machin

    Juste pour info...

    Attention à ça :

    Exchangeable image file format

  • Le 25 décembre 2010 à 16:34, par etudiant

    Il est urgent de commencer élaborer une stratégie de diffusion d’information en cas de filtrage généralisé du web... Personnellement, je ne vois pas comment m’informer en cas de fermeture des sites internet comme rebellyon ou indymedia.
    Quelqu’un aurait -il des infos sur la parution de nouveaux journaux ( comme jusqu’ici) qui permettrait de pérenniser les liens entre les villes dans la lutte ? Jusqu’ici va t il reprendre sa diffusion ?

  • Le 25 décembre 2010 à 11:54, par Huissier de justice

    Il y a une organisation copwatch sur Lyon ? Si oui je serais interessé pour en faire partie, c’est pas si dur que ça. Et si non pourquoi ne pas en créer une ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>EmRaWi – un nouveau site d’infos pour l’Autriche !

Communiqué d’un nouveau site antiautoritaire germanophone à Vienne en Autriche. Depuis un moment, nous bricolons un site de publications où des individus ou des groupes peuvent publier des textes. Finalement, nous sommes prêt·e·s et le site se trouve en ligne sur www.emrawi.org « EMRAWI – Infos :...

>Fake News et Post-vérités

Depuis la campagne électorale de Trump en 2016, on entend beaucoup parler de « post-vérité » et de deux notions apparentées, les fake news et les « faits alternatifs ». Tout cela est révélateur du fait que les dirigeants de cette « grande démocratie » ont basculé dans le grand n’importe quoi. Les faits, la...

>Google et la Safe City

Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce...

› Tous les articles "Médias"