Sur le décret Salvini « Sécurité et immigration », un pas de plus vers le désastre sécuritaire…

737 visites

Le 27 novembre, le décret-loi Salvini intitulé « Sécurité et immigration » est entré en vigueur. Les premières conséquences de cette nouvelle loi sécuritaire ne se sont pas faites attendre. Quelques jours plus tard, 26 réfugiés bénéficiant d’une protection humanitaire régulière, ont été expulsés de leur foyer d’accueil puis placés dans un bus qui les a laissés devant la gare de Crotone (Calabre) sous la pluie battante, démunis et sans logement.

Parmi eux, un jeune couple avec un bébé de 5 mois. Le quotidien La Repubblica du 1er décembre 2018 indique que quelque 40’000 demandeurs d’asile peuvent être jetés à la rue de la sorte en cas d’application stricte de ce décret-loi. Cette nouvelle législation portée par le ministre de l’intérieur Matteo Salvini est en droite ligne avec les déclarations xénophobes qu’il n’a cessé de proclamer depuis son arrivée au pouvoir dans le gouvernement italien et traduit sa volonté de venir à bout du système de protection des étrangers.

En voici les principales dispositions :

. Le décret-loi supprime le permis de séjour pour raisons humanitaires. Ce permis protégeait les personnes qui avaient fui des pays bouleversés par des guerres, des catastrophes naturelles ou des troubles politiques. La décision de l’abolir est particulièrement dure et touchera un grand nombre de personnes, étant donné que la protection humanitaire est la principale forme de protection accordée par l’Italie. Au lieu de celle-ci, des permis pour des « cas particuliers », sont prévus mais dont les critères d’obtention sont si exceptionnels et restrictifs qu’ils ne seront vraisemblablement que très peu délivrés. L’autorisation peut par exemple être accordée aux victimes d’« exploitation grave du travail », à des personnes qui sont dans des « conditions de santé de gravité exceptionnelle » ou à celles qui viennent d’un pays se trouvant dans une situation de « calamité extraordinaire ». La durée de la protection est très limitée : de 6 mois à 2 ans selon les cas, une sorte d’aumône pour les personnes remplissant ces conditions… Autre point dramatique, les « cas particuliers » sont exclus du système national de santé (dont l’accès est attribué uniquement aux bénéficiaires d’une protection internationale – statut de réfugié ou protection subsidiaire), ce qui fait que la majorité des migrants et des réfugiés ne peuvent bénéficier de soins médicaux ou d’aide psychologique.

. Il prolonge et durcit les mesures restrictives visant les demandeurs d’asile et les migrants. La durée de détention pour les personnes en attente d’expulsion enfermées dans les CPR (Centres de rétention et de rapatriement) passe de 90 jours à 180 jours. Les personnes arrêtées à l’occasion du franchissement irrégulier de la frontière ou arrivées sur le territoire national à la suite d’opérations de sauvetage en mer peuvent être quant à elles bloquées dans des hotspots pour une durée allant jusqu’à 30 jours dans l’attente de la vérification de leur identité et de leur nationalité. Lorsque celles-ci ne sont pas obtenues dans le délai imparti, elles sont maintenues dans les centres de rétention les plus proches pendant 180 jours au maximum, où, le cas échéant, si ceux-ci sont pleins, elles demeurent bloquées aux postes frontières. Cette législation procède essentiellement à une criminalisation de l’immigration en procédant à une sorte de détention préventive pour les personnes qui n’ont commis aucun crime autre que d’échapper à des situations insoutenables dans leur pays d’origine. Cela signifie, en bref, la possibilité d’être retenu pour de très longues durées.

La suite à lire sur : https://cevennessansfrontieres.noblogs.org/post/2018/12/14/sur-le-decret-salvini-securite-et-immigrat

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Procès de compagnon.nes : appel à manifester à Gap le 17 octobre

Jeudi 17 octobre, trois compas sont jugé•es pour « menaces de commettre un crime ou un délit contre les biens d’une personne dépositaire de l’autorité publique ». Il s’agit de l’adaptation d’une chanson des gilets jaunes entonnée lors de la manif non-autorisée du 26 février 2019 à Montgenèvre, dénonçant les...

>Du 1er au 17 octobre, quinzaine de solidarité pour les enfants sans-abri

Le 20 novembre prochain, la France célébrera le 30e anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Or, en cette rentrée 2019, le collectif « Jamais sans Toit » recense déjà des centaines d’enfants dont les droits sont bafoués dans l’agglomération lyonnaise. Afin de mettre en lumière...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

>12 septembre 1948 : tentative d’attentat aérien contre Franco

Le 12 septembre 1948, une tentative d’attentat aérien contre Franco est entreprise par un petit groupe d’exilés anarchistes à Paris. Les audacieux choisissent la voie des airs pour tenter de bombarder la tribune officielle d’une course de bateaux depuis un petit avion de tourisme qui décolle du pays...

› Tous les articles "Extrêmes droites"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « ici on noie les Algériens ! »

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Film : Minguettes 1983 – Paix sociale ou pacification ?

Pour les 30 ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, qui traversa la France profonde du 15 octobre au 3 décembre 1983, l’agence IM’média a procédé à la restauration du film « Minguettes 1983 – Paix sociale ou pacification ? » et en propose une nouvelle version...

› Tous les articles "Discriminations"